Le Brésil

L’évolution de la xénotransplantation montre l’importance de l’identification du virus chez les animaux – Jornal da USP

En tout cas, Silvano Raia souligne que ce qui s’est passé lors de la greffe d’un cœur de porc à un humain dans le Maryland « a représenté une étape importante dans l’évolution de la transplantation d’organes »

Au Brésil, 1 780 personnes sont mortes sur la liste d’attente pour des organes et toutes les 30 secondes, quelqu’un meurt faute d’organes – Photo : Marcos Santos/USP Images

Ils ont été identifiés, en patient ayant reçu du cœur de porc, dans le Maryland (Etats-Unis), et décédé deux mois après l’intervention chirurgicale, des signes d’un virus animal (cytomégalovirus). Sur cette base, les études devraient s’attacher à identifier, avant la xénotransplantation, la présence de ce type de virus dans l’organe et à utiliser des animaux non infectés.

Professeur Silvano Raia, titulaire de Chirurgie Clinique à l’USP School of Medicine, USP Journal on the Air 1ère édition, a rappelé qu’au Brésil, 1 780 personnes sont mortes sur la liste d’attente d’organes et que, selon l’Organisation internationale des greffes, une personne meurt par manque d’organes toutes les 30 secondes. « La xénotransplantation vise à transplanter des organes d’animaux chez l’homme et ainsi mettre fin à la liste d’attente. »

Silvano Raia – Photo : AIE

En 2021, le Administration des aliments et des médicaments (FDA) a autorisé la xénotransplantation d’un patient du Maryland, qui n’avait pas d’autre choix et était déjà affaibli. Selon Raia, « ce n’était certainement pas le meilleur choix pour le premier cas », mais la FDA n’autorise les nouvelles méthodes que dans la mesure où elles ont déjà été expérimentalement réussies chez les animaux et chez les patients qui « n’ont pas d’autre alternative capable d’empêcher leur évolution vers la mort en peu de temps ». période de temps ».

Le professeur souligne également que, pour mieux interpréter la cause du décès de ce patient, il faut considérer que « Dr. Muhammad Mohiuddin, premier assistant du Dr. Barteley Griffith dans la chirurgie pionnière, a obtenu, en 2016, une survie de 945 jours chez un babouin, manifestement en bon état général, soumis à une xénotransplantation de cœur porcin similaire à celle pratiquée dans le Maryland ».

Infection à cytomégalovirus

En 2008, l’OMS a interdit la xénotransplantation jusqu’à ce qu’il soit prouvé que la transmission du cytomégalovirus, présent chez le porc, ne se produisait pas entre humains. L’expert souligne que cette interdiction a été levée par la possibilité, décrite par Church en 2014, d’inactiver dans le génome des porcs donneurs tous les loci, « petites régions […] où ces virus se trouvent et se multiplient ».

En 2008, l’OMS a interdit la xénotransplantation jusqu’à ce qu’il soit prouvé que la transmission du cytomégalovirus, présent chez les porcs, ne se produisait pas entre humains Photo : Pixabay /Fotomontagem : Revue USP

Cependant, dans le cas du Maryland, la société qui a fourni le porc pour la greffe n’a pas évalué le risque de contamination par le cytomégalovirus et le receveur d’organe a eu une infection systémique et est décédé. De là, le professeur pointe une autre étape supplémentaire à la xénotransplantation, précisément cette détection du virus dans les organes de porc. « Notre groupe, pour éviter le risque d’infection à cytomégalovirus, utilisera des cochons sauvages, provenant d’une île du sud de la Nouvelle-Zélande, sans contact avec d’autres porcs. »

Raia conclut en disant que toute recherche scientifique peut être comparée à ce qui se passe en alpinisme : « A chaque pas franchi, le grimpeur révèle un nouvel horizon qui peut montrer un obstacle non encore prévu ou un raccourci qui facilite son chemin vers le but final ». C’est ce qui s’est passé avec la xénotransplantation cardiaque pratiquée dans le Maryland, qui « a représenté une étape importante dans l’évolution de la transplantation d’organes », ajoute-t-il.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...