Le Brésil

Lewandowski annule l’ordonnance du MEC contre le passeport de vaccination

São Paulo – Le ministre Ricardo Lewandowski, de la Cour suprême fédérale (STF), a suspendu ce vendredi (31) une décision du ministère de l’Éducation interdisant aux universités fédérales d’exiger une preuve de vaccination des étudiants pour retourner en classe. Le ministre s’est félicité d’une action présentée par le PSB. Ainsi, tel qu’indiqué dans sa dépêche, il considère que les institutions fédérales ont une autonomie et peuvent exiger une preuve de vaccination.

« L’absence de toute justification plausible démontre que l’ordonnance (du ministère de l’Éducation) est fondée sur des prémisses erronées. Et c’est directement contraire à la position réitérée des agences de santé d’Organes en ce sens que la vaccination de la population est la mesure la plus adéquate pour lutter contre la pandémie », a affirmé le PSB dans la demande de secours d’urgence.

En plus du sous-titre, PDT et PT avaient fait appel au STF contre l’ordonnance de MEC. Selon la PDT, exiger ou non un justificatif de vaccination est une décision qui doit être prise par chaque établissement, en fonction des orientations sanitaires de sa région. Le PT a soutenu que la Cour suprême a déjà établi que la vaccination obligatoire est constitutionnelle, « tant que l’État n’adopte pas de mesures invasives, pénibles ou coercitives, précisément pour garantir le droit collectif à la santé ».

L’action fait référence à l’arrêté publié au Journal officiel de l’Union ce jeudi (30), le ministre de l’Éducation, Milton Ribeiro, a affirmé que les établissements d’enseignement fédéraux ne peuvent pas exiger une preuve de vaccination contre le covid-19 pour reprendre les cours en classe. Ribeiro a fait valoir que les protocoles sanitaires déterminés par le Conseil national de l’éducation devraient s’appliquer. En outre, il a déclaré que faire payer le vaccin serait un moyen indirect de le rendre obligatoire, ce qui, selon lui, ne peut se faire que par la loi.

preuve scientifique

Cependant, Lewandowski a souligné que l’ordonnance de Milton Ribeiro contredit les preuves scientifiques en matière de santé et décourage la vaccination. Selon le ministre STF, il existe déjà une loi qui permet aux autorités de prendre des mesures pour empêcher la diffusion du covid-19. Pour terminer, il a classé la loi MEC comme une violation du droit à la santé et à l’éducation.

« En soustrayant à l’autonomie de gestion, administrative et patrimoniale des établissements d’enseignement l’attribution d’exiger un justificatif de vaccination contre le covid-19 comme condition de reprise des activités éducatives en présentiel, l’acte attaqué contrevient aux dispositions des art. 6e et 205 à 214, ainsi que le droit à l’autonomie universitaire et les idéaux qui régissent l’éducation dans notre pays et dans d’autres nations guidées par les canons de la démocratie », dit Lewandowski.

Pour Ricardo Lewandowski, c’est le rôle du STF de veiller à ce que les droits fondamentaux, comme la protection individuelle collective de la santé, soient respectés par les pouvoirs publics.

Vous pourriez également aimer...