Le Brésil

L’exposition active la mémoire pour mettre en garde contre la dictature – Jornal da USP

L’étape de la bataille historique de Maria Antônia rassemble des vétérans et de jeunes artistes qui dépeignent et réfléchissent à la période sombre de l’histoire du pays

par Luiz Prado

Foule, par Claudio Tozzi – Photo : Reproduction

À partir du 6 novembre, le Centre universitaire Maria Antonia de l’USP accueillera l’exposition MemoriAntonia : pour une mémoire active des droits humains. L’exposition rassemble des œuvres d’artistes vétérans et de jeunes impactés, marqués, incités et horrifiés par la dictature civilo-militaire brésilienne. La curatelle est assurée par Márcio Seligmann Silva, traducteur, critique littéraire et professeur à l’Université de Campinas (Unicamp), et Diego Matos, Ph.D. de la Faculté d’architecture et d’urbanisme (FAU) de l’USP.

Le Centre universitaire Maria Antonia de l’USP, espace qui organise l’exposition, est à la fois témoin et mémoire de la période couverte par l’exposition. C’était l’arène de la célèbre « Bataille de Maria Antonia », dans laquelle des membres du Commandement de la chasse communiste (CCC), logés dans ce qu’on appelle maintenant Universidade Presbiteriana Mackenzie, située en face du centre universitaire, ont attaqué des étudiants de la faculté d’alors. de Philosophie, Sciences et Lettres (FFCL) de l’USP, les 2 et 3 octobre 1968. L’affrontement a impliqué la police militaire et a entraîné la mort d’un lycéen, en plus de plusieurs blessés et la déprédation du bâtiment de l’USP.

« La curatelle était guidée par un projet de provocation mnémotechnique », précise Seligmann Silva. « On dit que le Brésil est un pays sans mémoire. Ce n’est pas vrai. Ce qui se passe, c’est que, lorsqu’il s’agit des marques de mémoire de ceux qui sont subordonnés, de ceux qui s’opposent à la politique des élites et se battent pour une société plus juste, ce sont les mémoires qui sont refoulées et tendent à s’effacer dans notre société.

C’est pourquoi, dit le professeur, il faut apprendre à valoriser les empreintes de la période de l’esclavage et du génocide des populations originelles, parmi d’autres histoires enfouies. « Nos villes, nos rues et nos routes commémorent les présidents, les généraux, les industriels, les grands propriétaires terriens et les tortionnaires. Il y a ici une commémoration de la colonialité, une monumentalisation de la barbarie qui se présente comme s’ils étaient des signes de progrès, des Lumières et de la raison. Il est donc essentiel que nous entrions dans ce combat pour inverser ce scénario. »

En ce sens, le travail de commissariat de Seligmann Silva e Matos a recherché des artistes dont le travail présente encore aujourd’hui des dispositifs de résistance à la dictature ou à l’inscription de l’époque. « Nous avons convoqué des membres de la génération héroïque de ceux qui ont résisté à la dictature et l’ont combattue avec leurs œuvres, leurs idées et leurs corps », explique le professeur. C’est le cas de Claudio Tozzi, Carlos Zilio, Cildo Meireles et Fúlvia Molina, cette dernière ancienne étudiante de la FFCL et participante à la résistance à la dictature à la fin des années 1960.

Aux côtés des vétérans, les conservateurs ont inclus ce que Seligmann Silva appelle « les luminaires des nouvelles générations », qui produisent des œuvres actuelles faisant référence au « passé présent » de la dictature, comme Giselle Beiguelman, Leila Danziger, l’Argentin Marcelo Brodsky, Gilvan Barreto, Jaime Lauriano, Lais Myrrha et Rafael Pagatini. L’exposition comprend également des œuvres documentaires telles que les photographies de Hiroto Yoshioka, un ancien étudiant de la FAU responsable de l’enregistrement de la « Batalha da Maria Antonia », d’Evandro Teixeira et d’Orlando Brito, qui ont capturé avec acuité la dictature. Le documentaire est également présent. Sourire, d’Isael Maxakali, Sueli Maxakali et Roney Freitas, sur les pratiques associées au génocide indigène durant la période, et le documentaire de Renato Tapajós La bataille de Maria Antonia.

Guevara vivant ou mort, par Claudio Tozzi – Photo : Reproduction

Panorama sinistre

Selon Seligmann Silva, l’exposition est une bouffée d’air dans un sombre panorama dans lequel, selon les mots du conservateur, « le fléau de l’extrême droite déréglée, une pandémie qui menace l’humanité dans son existence, se superpose le chaos politique. -économique et la pratique éhontée de la falsification du passé et du présent ».

« Ça montre qu’on peut, oui, encore rêver », poursuit-il. « Nous devons réactiver nos utopies, nous devons croire que les droits de l’homme ne doivent pas être le patrimoine des élites et que la mémoire critique de l’histoire de ce pays peut servir de support à la construction d’une démocratie authentique. Car il n’y a pas de démocratie authentique sans la fin de nos absurdes inégalités sociales.

Lucia Maciel Barbosa de Oliveira, directrice du Centro Universitário Maria Antonia, considère l’exposition urgente et nécessaire face aux temps actuels. « D’une part, il s’agit de la défense des valeurs démocratiques, du maintien des droits et des acquis durement acquis, encore loin de résoudre les problèmes structurels de la société brésilienne, mais qui se limitent à un terrain défendable ; d’autre part, la perspective prise par le gouvernement et ses défenseurs est une action qui cherche à déstabiliser la démocratie, à assumer la barbarie comme forme d’action, à discréditer la science, le savoir et bien d’autres sphères sans lesquelles une société démocratique ne peut pas perdurer », affirme le réalisateur.

« Ces politiciens qui sont au pouvoir aujourd’hui, comme pendant la dictature, persécutent les universités, les professeurs, les intellectuels, les artistes, les peuples autochtones et les noirs et exercent quotidiennement leur misogynie et leur homophobie », explique Seligmann Silva. « Je suis convaincu que soutenir les espaces culturels et produire des contre-mémoires résistantes sont des moments fondamentaux dans la lutte pour nous sortir du trou dans lequel nous nous sommes enfoncés. On ne peut oublier que toute politique est avant tout une politique d’images.

Questions aux pierres, série 2 (2019), par Giselle Beiguelman – Photo : Reproduction

La « Bataille de Maria Antonia »

Pour la réalisatrice Lucia Oliveira, un élément fondamental de l’exposition est l’importance accordée au Centre universitaire Maria Antonia en tant qu’espace de mémoire, de défense des valeurs démocratiques et de liberté. « La perspective critique prise par l’exposition reflète les événements d’octobre 1968, au-delà de l’idée actuelle qu’il s’agissait d’une bataille entre les étudiants de l’USP et du Mackenzie, la comprenant comme une attaque planifiée visant à mettre fin à l’existence de la FFCL dans la région centrale. de la ville, gommer leur remise en cause potentielle, leur action critique et politique, disperser enseignants et élèves, les démobiliser », explique Lucia.

Seligmann Silva considère également qu’il est important de comprendre le conflit à Maria Antonia non pas comme un simple affrontement entre étudiants de l’USP et Mackenzie, mais comme une attaque organisée et paramilitaire articulée par des membres du Communist Fighter Command. « Cet événement n’était pas une guerre entre égaux, mais plutôt une attaque menée par le CCC avec le soutien des agences de sécurité publique », explique le professeur. « Le contexte était celui des dictatures latino-américaines pendant la guerre froide. Les 2 et 3 octobre 1968, dans la capitale du Mexique, a eu lieu le massacre de Tlatelolco, au cours duquel l’armée mexicaine a assassiné des centaines de manifestants qui se sont rassemblés pour protester contre la tenue des Jeux Olympiques dans le pays.

C’est pourquoi Selligman Silva pense qu’il est fondamental de déconstruire l’idée de « bataille » et de réfléchir au concept d’attaque planifiée. « Cela dénoue un malentendu et nous permet de regarder les pratiques néo-fascistes de notre présent, avec la politique génocidaire effrontée des populations les plus pauvres pendant la pandémie, avec leurs interventions dans les processus d’élection des doyens des universités fédérales, avec la Cinémathèque de des politiques de démantèlement, la destruction du Musée national, avec la fin des lois pour encourager la production artistique, entre autres attaques.

Écoutez sur le lien ci-dessous une interview avec le commissaire Márcio Seligmann Silva – commissaire de l’exposition MemoriAntonia : pour une mémoire active des droits humains, en partenariat avec Diego Matos – accordé à la productrice Heloisa Granito, de Rádio USP (93,7 MHz).

« A l’heure où l’autoritarisme et la défense des valeurs anti-démocratiques reviennent sans cérémonie sur le devant de la scène, il faut réactiver la mémoire des temps difficiles, où la dictature civilo-militaire s’est installée au Brésil et que nous subissons encore ses effets », prévient Lucia. « Travailler avec la mémoire dans une perspective critique nous permet de clarifier ce qui s’est passé, ce qui est fondamental pour nous de réfléchir à la consolidation démocratique dans le pays, un défi plus qu’urgent. C’est penser les conditions de possibilité d’une autre perspective future, qui clarifie le passé pour comprendre le présent et modifier le futur.

Seligmann Silva considère également qu’une mémoire critique et claire de la période de la dictature est fondamentale pour la construction d’une société moins attachée aux politiciens populistes réactionnaires. « Comme Robert Antelme, qui a combattu dans la Résistance française puis a survécu à Buchenwald, a écrit : ‘Quand les pauvres deviennent prolétaires, les riches deviennent SS.’ Cela s’est produit en 1933, 1964 et 2018. Et cela pourrait se reproduire. Si nous ne pouvons pas compter sur la Justice dans ce combat pour réparer les crimes commis entre 1964-1985, puisque notre STF a décidé en 2010 de bloquer les procès contre les bourreaux, faisons des politiques de mémoire comme antidote à ce terrible cycle politique », conclut le professeur.

Mouvement étudiant 1968 : Bloody Friday à Cinelândia (Rio, 1968) – Photo : Evandro Teixeira

Le vernissage de l’exposition MemoriAntonia : pour une mémoire active des droits humains il a lieu le 3 novembre, à 19h, avec des visites à partir du 6, du lundi au vendredi, de 9h à 20h, et le samedi, de 10h à 18h. L’entrée est gratuite. L’adresse est Rua Maria Antônia, 294, à Vila Buarque, à São Paulo. Il est obligatoire de porter un masque de protection individuel et de présenter un carnet de vaccination contre le covid-19, avec au moins une dose.

Vous pourriez également aimer...