Le Brésil

L’histoire doit être vue du point de vue de ceux qui ont perdu, défend Lula

São Paulo – Juste avant l’extinction des lumières et la fermeture des rideaux dans l’auditorium de l’ABC Metallurgists Union, pour la projection du film marighella, l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a déclaré que l’histoire du Brésil doit être vue du point de vue des perdants. Contrairement à l’histoire officielle, a-t-il rappelé, parlant de pluralité. « C’est dans nos différences qu’il nous faut construire notre démocratie », a déclaré Lula aux côtés d’une partie de la distribution et de dirigeants de mouvements sociaux, ce vendredi soir (3), à São Bernardo do Campo.

Avant l’ancien président, les présidents de la CUT, Sérgio Nobre, et de Força Sindical, Miguel Torres, ont pris la parole, ainsi que João Paulo Rodrigues, de la direction du Mouvement des travailleurs ruraux Se Terra (MST). Trois membres du film ont également pris la parole : l’actrice Maria Marighella, conseillère et petite-fille de la guérilla, et les acteurs Luiz Carlos Vasconcelos et Henrique Vieira. La présence du cinéaste Juliano Dornelles, l’un des réalisateurs du film, a également été annoncée. Engoulevent.

Les évangéliques vaincra Bolsonaro

Acteur et pasteur évangélique, Henrique a fait la déclaration la plus catégorique. Il a appelé à ne pas « généraliser » impliquant son église, parfois tenue pour responsable de l’élection du président actuel. Et il a déclaré qu’il est nécessaire de maintenir « le contact avec la base évangélique populaire de ce pays, (…) composée en majorité de pauvres, d’ouvriers, de femmes, de noirs, qui luttent chaque jour pour survivre ».

« Nous devons vaincre l’intégrisme religieux dans ce pays, en dialoguant avec la base populaire », a déclaré l’acteur et pasteur, ajoutant que l’année prochaine les évangéliques « participeront à la défaite de Bolsonaro » aux élections. « Nous n’allons pas généraliser, nous allons dialoguer et nous allons peaufiner le pacte pour la démocratie. Nous allons vaincre Bolsonaro, nous allons vaincre l’intégrisme religieux, la violence d’État », a-t-il ajouté.

l’élite ne veut pas d’inclusion sociale

Lula a souligné le discours. Il a dit qu’il est nécessaire de convaincre la société que le président actuel ne croit pas en Dieu et ne pratique aucun des enseignements bibliques. Parallèlement, il défend la liberté religieuse. « (Les évangéliques sont) des citoyens brésiliens qui ont le droit de professer leur foi. Et il en est de même pour toutes les religions », a déclaré l’ancien président. Mais il a ajouté : « Il y a beaucoup de mercenaires qui prétendent être religieux, et beaucoup de gens trompent les humbles qui ont besoin de soutien. »

À propos du film, qui commencera à être diffusé à 20 heures, Lula a déclaré que Carlos Marighella « est l’une des rares personnes assassinées par le régime militaire que nous avons réussi à transformer en symbole ». Et il a ajouté qu’il faut « évaluer la raison pour laquelle il est mort ». Il a mentionné d’autres personnages, tels que Zumbi, Dandara et João Cândido. « A nous de raconter un peu l’histoire de ce pays. car cela a toujours été raconté par les gagnants », a-t-il déclaré.

Lula a également évoqué les difficultés pour l’avancement de la démocratie au Brésil. Il a déclaré que l’élite du pays « est tellement mal à l’aise avec Cuba, le Nicaragua, le Venezuela », mais a en même temps soutenu son arrestation. « Parce qu’ils ne voulaient pas que nous recommencions à gouverner ce pays, parce qu’ils ne veulent pas d’inclusion sociale, pour que les travailleurs vivent bien. » L’ancien président a parlé pendant exactement 20 minutes. Il a annoncé que du lundi au mercredi il participera aux enregistrements d’un document, et que jeudi (9) il se rendra en Argentine, où il restera trois jours.

Vous pourriez également aimer...