La Colombie

L’imputation des membres de l’armée pour les faux positifs interviendra après juin

Le rapport le plus récent de la Juridiction spéciale pour la paix (JEP) montre que dans le pays, entre 2002 et 2008, plus de 6 400 exécutions extrajudiciaires ont été enregistrées. Les chiffres ont été révélés par la justice transitionnelle avant que le projet de charges contre des commandants de haut rang de l’armée pour ces événements ne soit connu.

Des sources officielles du JEP ont confirmé que bien que l’accusation soit encore sous forme de projet, les décisions sur cette affaire seront connues au second semestre de cette année.

Les soi-disant «faux positifs» ont été pendant des années la pierre dans la chaussure du gouvernement national, car à plus d’une occasion des enquêtes ont été menées pour établir la responsabilité dans les faits des membres de l’armée dans le mandat de ancien président Álvaro Uribe, car selon le rapport, c’est sous son administration que le plus grand nombre de victimes de ce fléau a été enregistré.

Vous pouvez lire: Dix dissidents des FARC sont morts dans un bombardement militaire à Guaviare

Les enquêtes du bureau du procureur général, ainsi que les rapports des organisations de défense des droits de l’homme, et même les témoignages des militaires qui ont été forcés de générer cette pratique, reposent dans les bureaux de la salle de reconnaissance de la vérité, de la responsabilité et de la détermination, et il était en charge de aller de l’avant avec le protocole d’enquête qui, enfin, régira les déterminations faites dans le macro-cas numéro 3, appelé «décès illégalement présentés comme victimes de combat».

<< Afin de satisfaire au mieux le droit à la justice des victimes, d'identifier et de clarifier les schémas de l'action pénale et d'attribuer la responsabilité des crimes du système aux principaux responsables, la Chambre considère qu'il s'agit d'une approche utile et nécessaire. cette enquête basée sur des critères objectifs permettant de regrouper les cas individuels en fonction des schémas criminels et d'identifier les plus responsables », repose sur le jugement.

Dans cette affaire, la Chambre a adopté une stratégie d’enquête «ascendante» pour déterminer ce qui s’est passé et les responsabilités individuelles. De cette manière, en premier lieu, il identifiera les acteurs déterminants et les plus responsables au niveau régional et local. Par la suite, et sur la base de la construction réalisée lors de ces premières étapes, il déterminera s’il y en a et qui sont les plus responsables à d’autres niveaux de l’échelle territoriale et nationale.

Au milieu de ces stratégies, le JEP a identifié les périodes et les lieux d’occurrence des événements pour lesquels il ouvrirait l’enquête, ainsi que les unités militaires auxquelles appartenaient les auteurs présumés de ces événements. Cela a notamment permis d’identifier les 10 départements du pays ayant le plus grand nombre de victimes de décès illégalement présentés comme victimes au combat et les périodes de plus grande occurrence.

Selon le rapport, Antioquia est le département avec le plus grand nombre d’exécutions extrajudiciaires dans le pays, suivi par Meta, Caquetá, Cesar, Norte de Santander, Tolima, Huila, Casanare, La Guajira et Cauca, en maintenant ses statistiques entre 2002 et 2008. .

faux positifs

À Antioquia

La décision montre qu’Antioquia a enregistré 25% du nombre total de victimes survenues au niveau national entre 2002 et 2008, soit près d’un quart du total national. L’année de la plus grande victimisation dans ce département est 2004.

Concernant les auteurs éventuels, les informations du JEP ainsi que les enquêtes du parquet datent que ce sont quatre divisions de l’armée nationale qui concentrent environ 60% des cas. Il s’agit de la première, deuxième, quatrième et septième division.

Le premier et le septième correspondent aux unités ayant juridiction à Antioquia. En ce qui concerne les unités militaires compétentes dans ledit département, la Chambre a estimé que la IVe brigade pourrait être responsable de 73% des décès recensés entre 2000 et 2013, compte tenu du fait que pour la période 2002-2007 les personnes âgées sont concentrées. Niveaux de victimisation et dans les années 2003, 2004 et 2005 une plus grande participation de l’unité militaire est observée dans le total des victimes identifiées dans la zone.

En outre, le rapport révèle que quatre bataillons ayant des compétences dans les municipalités d’Antioquia seraient responsables d’actes de cette nature. Ceux-ci correspondent au bataillon d’artillerie n ° 4 «  Colonel Jorge Eduardo Sánchez Rodríguez  », au bataillon d’infanterie n ° 10 «  Colonel Atanasio Girardot  », au bataillon du génie de combat n ° 4 «  général Pedro Nel Ospina  » et au bataillon d’infanterie aéroporté n ° 31 les première et septième divisions.

Sur la côte caraïbe

L’analyse et le contraste des rapports reçus par la justice transitionnelle montrent que dans les départements de Cesar et de La Guajira, elle a permis à la Chambre, dans une première phase, d’identifier les unités militaires impliquées dans les événements et les principales caractéristiques des victimes.

Par exemple, ils ont dans leur enquête que la première division de l’armée, entre 2002 et 2005, a présenté le plus grand nombre de décès interrogés au niveau national, comme indiqué par le bureau du procureur général dans son rapport 553 et selon ladite entité, La plupart de ces décès étaient concentrés au nord de Cesar, juridiction du bataillon d’artillerie n ° 2 «La Popa» et au sud de La Guajira, juridiction du groupe mécanisé Juan José Rondón.

Selon cette même source, Cesar rapporte le troisième lieu d’incidence de la victimisation dans le pays, avec 7,7% des cas analysés par le parquet dans son rapport, correspondant à 173 victimes interrogées, et La Guajira la neuvième avec 90 décès interrogés, équivalent à 4%.

«Ainsi, la Première Division a enregistré 15% des victimes interrogées analysées au niveau national et, au sein de celle-ci, le bataillon Popa a concentré le plus grand nombre de cas enquêtés (166), qui représentent 51% du total de la Division, occupant le position du bataillon avec le plus grand nombre de cas instruits dans la loi 600 devant le parquet, suivi par le groupe mécanisé Juan José Rondón avec 24% des morts », repose sur le jugement du JEP.

Ce qui attire l’attention du rapport sur la justice transitionnelle, c’est que le bataillon d’artillerie La Popa, ayant compétence à Agustín Codazzi, en Bosnie, à El Copey, à La Paz, à Manaure, à Pueblo Bello, à San Diego et à Valledupar, municipalités de Norte del Cesar, prouve qu’il était une unité représentative pour comprendre l’évolution du phénomène des morts présentés illégalement comme des victimes au combat.

«La représentativité du phénomène, d’un point de vue quantitatif et qualitatif, est pertinente à la fois en raison de l’ampleur de la victimisation, de la victimisation ethnique, ainsi que du nombre de parties apparaissant de cette unité qui ont été soumises au JEP et du nombre d’enquêtes menées contre des membres de ces unités, c’est pourquoi il est jugé pertinent de prioriser cette unité pour son analyse dans le cadre du cas 03 », a déclaré le tribunal de paix.

Concernant le groupe mécanisé Juan José Rondón, dont la compétence comprend les municipalités d’Albanie, Barrancas, Distracción, El Molino, Fonseca, Hatonuevo, la Jagua del Pilar, San Juan del Cesar, Urumita, Villanueva, ainsi que les zones frontalières de Maicao et Uribía Dans le département de La Guajira, il y a une similitude dans les faits, d’où la cour de paix considère que le phénomène peut également être compris.

«Les informations fournies par le parquet ont été mises en contraste avec les faits fournis dans d’autres rapports soumis au JEP, conformément à ce qui précède, et il a été établi que 7,3% de l’univers des victimes, pour la période comprise entre 2002 et 2008, se situe dans le département de César, pour s’imposer comme le troisième département avec le plus haut niveau de victimisation du pays », lit-on dans le document.

Le JEP attire l’attention sur le rapport du Bureau du Procureur sous un aspect « pertinent » et c’est que l’entité d’enquête a pu identifier 41 victimes autochtones au niveau national, ce qui correspond à 2% de l’ensemble des victimes. Cependant, 22 personnes appartenant aux groupes ethniques Kankuama, Wiwa et Wayuu, soit plus de la moitié des victimes identifiées, ont été présentées comme tuées au combat par des membres du bataillon La Popa et du groupe mécanisé Juan José Rondón, principalement.

De même, ils notent que la première division, qui est composée de deux brigades, la dixième brigade blindée et la deuxième brigade, a signalé 6% des victimes identifiées avec un état de handicap physique ou cognitif. Par conséquent, le rapport montre que l’appartenance des victimes à des groupes armés en dehors de la loi était également caractéristique de la Première Division, avec 19 enquêtes.

En plus de ce qui précède, selon le bureau du procureur général, le groupe mécanisé Juan José Rondón a enregistré un nombre élevé de victimes féminines avec 9% du total des enquêtes, de sorte qu’il représente le double du pourcentage moyen de la première division.

En revanche, les faits présentés par les unités rattachées à la première division liés aux morts illégales à César, ont conduit le parquet à mener 74 enquêtes contre 472 membres desdites unités.

Sur la base de ce qui précède, la Chambre a décidé de donner la priorité à l’analyse du problème à Cesar et La Guajira, qui relèvent de la compétence de la première division, pour laquelle elle a jugé opportun de faire avancer l’enquête sur les événements survenus entre janvier 2002 et Juillet 2005 dans le nord de Cesar et le sud de La Guajira, correspondant aux décès rapportés par des membres du bataillon La Popa.

Au nord de Santander

En revanche, les bases de données sur les décès présentés comme des victimes au combat livrées à la Chambre, sous forme de rapports, tant judiciaires qu’étatiques et non gouvernementaux, placent Norte de Santander à la sixième place, au niveau national, en nombre de victimes de cette pratique. , après les départements d’Antioquia, Meta, Cesar, Caquetá et Huila.

Dans la base de données des victimes de cette région du pays, 420 victimes de cette pratique ont été identifiées sur la période 1985-2016. 82% des victimes du département sont concentrées entre 1999 et 2008.

Dans ce cas, les informations traitées ont également permis de constater que les années 2007 (26%) et 2008 (17%) ont concentré le plus grand nombre de victimes. De même, le plus grand nombre de victimes signalées est concentré dans les municipalités qui font partie du territoire de Catatumbo. 9 des 10 communes ayant le plus grand nombre de victimes dans le département appartiennent à ce groupe et représentent 68% du total.

Il attire l’attention du tribunal de paix sur le fait qu’en examinant la relation entre la période avec le plus de victimes et les communes qui composent la région de Catatumbo, on observe que: El Carmen, Ábrego et Teorama présentent des concentrations pertinentes pour expliquer le phénomène étudié en 2007, malgré le fait que cette année présente une répartition similaire des victimes dans la plupart des communes de la région.

Concernant la gravité des événements, la Chambre a constaté dans les rapports soumis par les victimes une manifestation d’urgence de la société civile organisée, notamment en cas de forte menace de répétition des événements en raison de la situation d’insécurité après la signature des accords, mais lié à la dynamique historique du conflit armé.

Il est à noter que les événements survenus à Catatumbo entre 2007 et 2008 par les membres de la brigade mobile numéro 15 permettent la construction d’au moins deux schémas représentatifs du macro-cas 03: d’une part, le meurtre de personnes sans défense qui ils sont préalablement sélectionnés dans le secteur, en partie, sur la base des préjugés et de la stigmatisation; et de l’autre, une sorte de sophistication du schéma criminel, consistant à recruter des victimes d’autres territoires, à les tromper, à les assassiner et à rapporter leur mort comme des victimes au combat.

Enfin, au vu de la représentation des auteurs présumés, la Chambre a conclu que parmi les auteurs présumés de ces événements survenus à Catatumbo entre 2007 et 2008, figuraient majoritairement des membres de la brigade mobile numéro 15.

« Les informations disponibles sur l’implication de ces membres de l’armée ont permis d’identifier rapidement parmi les commandants impliqués des commandants de la brigade mobile 15, ainsi que des officiers de rang inférieur, tels que des commandants de bataillon et de compagnie », précise le document.

Vous pourriez également aimer...