Le Brésil

L’individualisme mondial et les intérêts économiques rendent difficile la lutte contre le changement climatique

São Paulo – Le déni guidé par les intérêts économiques, la désinformation et l’égoïsme mondial sont des facteurs qui sapent la lutte contre le changement climatique, créant un scénario d’injustice environnementale qui affecte principalement les pays sous-développés. Bien que les populations du monde entier aient, en général, pris davantage conscience de la préservation de l’environnement ces dernières années, l’individualisme prime toujours sur l’intérêt général et la nécessité de créer une société durable. L’analyse est du président de l’Institut brésilien pour la protection de l’environnement (Proam), Carlos Bocuhy.

Dans une interview avec Glauco Faria, à Journal actuel du Brésil, le spécialiste prévient que les pays n’éduquent pas les nouvelles générations à une pratique plus solidaire. Au contraire, la diplomatie globale et les pratiques comportementales individuelles plongent plus loin dans une réalité fondée sur l’égoïsme. Selon lui, un des exemples de cette distorsion se produit lorsqu’on observe que les pays riches ont leur économie basée sur la pollution de l’air, alors que ce sont les nations les plus pauvres qui subissent les dures conséquences des impacts de ce mode de production.

« Prenons l’exemple de Tuvalu, un petit pays qui disparaît à cause des eaux. A côté se trouvent les îles Fidji. Cette population est incapable de survivre ailleurs, car elle n’a pas les ressources et les pays voisins n’ont pas non plus les ressources pour les recevoir. Il y a donc une injustice environnementale. Si les grands pays polluent, ils refusent également d’aider les sous-développés touchés par le problème. Si vous heurtez la voiture de quelqu’un d’autre, vous payez les dommages. Et cela devrait également s’appliquer au changement climatique », explique Bocuhy.

L’écologiste affirme que les pays du soi-disant G20 sont responsables de la quasi-totalité des émissions de gaz à effet de serre. Récemment, dans un article publié dans le journal L’État de São Paulo, Bocuhy souligne que de tels pays continuent d’être impliqués « dans les effets enivrants d’une consommation exacerbée destinée à quelques-uns et pour une courte durée, ignorant un énorme métabolisme humain qui conduit à l’insécurité hydrique et alimentaire ».

Colonie Brésil et changement climatique

Dans son texte, Bocuhy rapporte également comment l’histoire du colonialisme affecte encore le Brésil dans la lutte contre la dévastation environnementale, par exemple en Amazonie. Selon lui, la proclamation de la République, qui était « gentille », n’a pas rompu les liens avec les élites économiques aux racines colonialistes. De là, il est possible de percevoir ces liens à travers la composition du Législatif fédéral, avec la soi-disant « Bancada do Agribusiness », qui ne renonce pas à ses pouvoirs et privilèges.

« Le Brésil a aggravé des éléments de cet égoïsme, car nous venons d’un modèle de colonisation qui n’a pas été brisé. Notre pays n’a pas cherché l’indépendance d’une lutte populaire, une rupture avec les racines du colonialisme, c’était quelque chose de plus consensuel dans la couronne elle-même. Tout s’est apaisé. Le Brésil a à ses racines une grande injustice sociale qui se reflète aujourd’hui. Bolsonaro en est la plus grande représentation, surtout lorsqu’il parle de l’Amazonie et défend sa dévastation », a déclaré le président de Proam.

Le spécialiste affirme également qu’il existe un groupe de personnes conscientes des problèmes de changement climatique auxquels la planète sera confrontée, mais nient néanmoins les risques car elles ne veulent pas abandonner leur mode de vie. « On sait que les grandes compagnies pétrolières ont fait pression pour encourager le déni, c’est-à-dire la protection des intérêts économiques, l’impréparation de la société et l’individualisme. L’humanité abrite encore des secteurs qui ont un état d’esprit qui ne prend pas en compte l’intérêt public, seulement le personnel », a-t-il déploré.

Selon lui, le processus éducatif à long terme est le seul moyen de transformer les attitudes individuelles en attitudes collectives. « Cette transformation passe par l’espace individuel, par la simplicité individuelle, mais aussi par les politiques sociales. Pour rechercher ce changement, les gens ont besoin d’informations et d’un haut niveau de confort. La grande majorité de la population doit prendre conscience de ce besoin et changer ses habitudes. Ce dont nous avons besoin, c’est de promouvoir cette condition de connaissance pour faire ce saut du comportement à la durabilité », a-t-il ajouté.

Découvrez l’entretien

Vous pourriez également aimer...