Le Brésil

L’innovation, un projet urgent à long terme – Jornal da USP

O la connaissance a une valeur stratégique et économique prépondérante. La prospérité est de plus en plus inaccessible sans investissements dans l’éducation, la génération de connaissances par la recherche scientifique et son appropriation économique.

Au Brésil, les meilleures universités ont atteint des niveaux d’excellence dans la formation des professionnels et dans la génération de connaissances, mais elles peuvent contribuer davantage pour que tout cela soit intégré dans la vie quotidienne, en participant à la qualification de l’activité économique et à la formulation des politiques publiques Stratégies.

L’USP a choisi le soutien à l’innovation comme l’une de ses priorités. Bien que le terme apparaisse fréquemment dans le débat public, sa raison d’être manque de clarté.

L’innovation est un processus qui part d’une idée et se traduit par des avantages sociaux, culturels, environnementaux ou économiques. Les expériences d’autres pays montrent qu’un impact significatif n’est obtenu que lorsque les secteurs public, privé et universitaire créent ensemble, en harmonie et en synergie.

L’articulation entre les trois secteurs exige des objectifs à long terme, de la ténacité et une continuité de planification et d’exécution. Le gouvernement apporte les aspirations et les besoins de la société pour établir des domaines prioritaires d’innovation.

Il doit jouer un rôle de premier plan dans la planification et la coordination, être responsable des infrastructures urbaines, avec un zonage pour le partage d’espaces créatifs communs, et des incitations pour une période déterminée et avec une demande de contreparties. Le cadre juridique et fiscal doit être amélioré pour assurer la sécurité et l’agilité.

Le secteur privé, quant à lui, est sensible au potentiel perturbateur, social et économique des idées originales et créatives, contribuant à attirer le capital-risque. La participation des universités vient des connaissances accumulées et de l’exploration des frontières actuelles du savoir, en plus de la formation qualifiée des jeunes.

Les innovations disruptives sont le résultat de la combinaison des connaissances issues de la recherche scientifique et de la perception sensible des impacts potentiels sur la vie quotidienne.

Il existe des exemples de réussite tels que l’Ontario, au Canada. À la fin des années 1990, le gouvernement local a promu des actions systématiques pour accélérer l’innovation. Comprenant que le processus est local, avec une efficacité maximale lorsque des collaborateurs universitaires et privés agissent dans un rayon de 30 km, l’Ontario a créé 18 centres d’innovation. Au lieu de centraliser, l’idéal est de profiter des compétences des universités et de la vocation économique de leur environnement.

À Toronto, le district d’innovation MaRS est devenu opérationnel en 2005. Il était financé à 100 % par l’État; actuellement, la fraction est de 40 %. Toronto est aujourd’hui l’une des quatre villes les plus importantes d’Amérique du Nord sur le plan technologique et, au cours des cinq dernières années, a généré le deuxième plus grand nombre d’emplois dans ce domaine sur le continent.

Lors des élections, les programmes gouvernementaux doivent envisager un projet d’État urgent, avec des politiques à maintenir pendant au moins deux décennies, pour que la société récolte les fruits de la créativité, de l’ingéniosité, de la ténacité et de l’esprit d’entreprise de notre peuple.

São Paulo concentre le capital financier, les affaires, le parc industriel et produit une fraction importante de la science du pays. L’USP est prête à jouer son rôle dans cette tâche difficile.

(Article initialement publié dans l’éditorial Tendências / Debates, du journal Folha de S. Paulo, le 01/08/22)

Vous pourriez également aimer...