Le Brésil

L’instabilité économique pousse les multinationales à quitter le pays – Jornal da USP

Pour Paulo Feldmann, le Brésil avait déjà des taux de chômage élevés et une faible consommation; la pandémie n’a fait qu’aggraver la situation, accélérant le processus de départ des entreprises

Le prix des robots a beaucoup baissé et il est très facile pour les entreprises de les acheter et de commencer à fabriquer dans leur propre siège social, ils n’ont plus besoin de main-d’œuvre bon marché – Photo: Domaine public via Wikimedia Commons

LESLes multinationales ont quitté le Brésil pour plusieurs raisons, parmi lesquelles les risques de l’économie brésilienne, l’instabilité politique et juridique. Le départ des grandes entreprises a touché plusieurs secteurs, comme l’automobile. Paulo Feldmann, professeur à la School of Economics, Administration and Accounting (FEA) de l’USP, dans un entretien avec Journal USP no Ar 1er Édition, commente les événements.

Parmi les entreprises qui ont quitté la production dans le pays, on trouve: Sony, Ford, Mercedes-Benz, Roche, LG, Nike, FNAC, entre autres. Selon le professeur, il s’agit d’un phénomène très inquiétant, dû à «l’instabilité brésilienne». «L’économie brésilienne ne va pas bien. Nous avons des taux de chômage très élevés, ce qui entraîne une réduction de la consommation. Les questions du «coût du Brésil» sont très importantes pour l’événement. Le Brésil devient de plus en plus cher, l’infrastructure brésilienne est encore très mauvaise, le transport brésilien se fait toujours par autoroute, nous n’avons pas de chemin de fer et les projets de nouveaux chemins de fer sont encore loin. Nous avons des problèmes avec l’électricité, avec le fardeau fiscal et tout cela finit par coûter cher aux entreprises », dit-il.

Feldmann attire l’attention sur le fait que «la ruée des entreprises, que beaucoup appellent la« déglobalisation »se produit partout dans le monde». La production des entreprises retourne dans leur pays de siège, dans ce cas. «Maintenant, le processus d’automatisation se déroule de manière si dense, le prix des robots a tellement chuté, il est très facile pour ces entreprises d’acheter les robots et de commencer à fabriquer dans leur propre siège social, elles n’ont plus besoin de main-d’œuvre bon marché, « dit-il.

Ce sont ces facteurs technologiques et environnementaux dans les pays qui font partir ces entreprises traditionnelles, selon Paulo Feldmann. Concernant ce dernier, il met en évidence l’insécurité juridique, très mal vue par le marché étranger. « Il y a beaucoup à faire pour surmonter ce problème », souligne-t-il.

On peut dire que la pandémie a accéléré le processus de départ des entreprises, alors que le Brésil est entré dans la crise sanitaire avec des taux de chômage élevés et la consommation, déjà faible, a encore diminué. «Il y a aussi le fait que nous ne savions pas comment gérer correctement la pandémie. Nous aurions dû offrir quelque chose à ces populations à faible revenu. Nous l’avons fait l’année dernière, ce qui a un peu atténué la situation, mais pas cette année. L’aide d’urgence a mis du temps à se produire et, lorsqu’elle est arrivée, elle est arrivée en très petite quantité. La question de l’insécurité alimentaire au Brésil est alarmante. C’est une situation compliquée et elle s’est aggravée », dit-il.

Il faut donc dresser un plan pour l’avenir et surmonter cette réalité dans le pays. «Il faut se préoccuper de réglementer de nouvelles professions, de nouvelles activités dans le domaine de la santé, de nouvelles activités dans le domaine de l’environnement. Tout cela peut créer des emplois dans les petites entreprises. Le Brésil devrait se préparer à servir les petites entreprises, car il leur est très hostile. Nous aurions besoin d’une nouvelle politique économique qui donnerait la priorité et des incitatifs aux petites entreprises, qui les traiterait différemment. Dans d’autres pays, il existe des politiques publiques d’aide aux petites entreprises, ce qui n’existe pas au Brésil. La politique publique est de créer des conditions permettant aux petites entreprises de faire face aux grandes entreprises », conclut-il.


Journal de l’USP sur l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat de Rádio USP avec l’École polytechnique, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nl’air, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi: 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 4h : 45 h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12 h à 12 h 30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...