La Colombie

L’objectif que s’est fixé le plongeur colombien Sebastián Villa pour les JO de Tokyo

Sebastián Villa Castañeda (Medellín, 1992), est l’un des visages expérimentés de la natation colombienne. À 20 ans, il s’est qualifié pour les Jeux Olympiques dans les modalités de trampoline de 3 mètres et de plate-forme de 10 mètres, sa spécialité.

Neuf ans plus tard, Villa a plusieurs médailles dans le cycle olympique et sept au niveau Fina – l’instance dirigeante de la natation mondiale.

La onzième place qu’il a obtenue lors de la récente Coupe du monde de plongée, qui s’est tenue au Tokyo Aquatic Center, lui a valu la possibilité de se qualifier pour la troisième fois à l’événement le plus important du sport.

Maintenant, il reste deux mois de préparation intense pour profiter, au même endroit, du talent d’un sauteur qui a été fait de la peur des hauteurs.

Comment s’est déroulé le processus pour garantir votre troisième participation aux Jeux Olympiques?
Ce furent des mois difficiles, rares pour tout le monde. Nous savions comment le gérer et nous avions beaucoup de soutien et un travail bien établi qui nous a permis de le réaliser au milieu de tant de difficultés et de protocoles. Nous avons fait le travail d’atteindre l’objectif principal et d’être également en finale de la Coupe du monde. Cela me rend très heureux parce que j’ai réalisé ce que j’avais l’intention de faire.

L’émotion est-elle la même que lors du premier classement ou est-elle déjà habituelle?
Ce n’est pas coutume, car on travaille c’est pour ça. Je suis dans ma carrière depuis 21 ans et ce sont mes troisièmes Jeux Olympiques, donc ce n’est pas quelque chose qui arrive fréquemment. Chaque classification a été différente parce que dans ma vie, j’ai traversé différents processus. Dans celui-ci, j’étais un peu plus calme que dans les deux précédents, mais l’illusion était plus grande-

Comment avez-vous vu le Tokyo Aquatic Center? As-tu aimé?
Oui en effet. La première impression que j’ai eue a été choquante. C’était très impressionnant de voir les plates-formes en arrière-plan, la scène si grande. C’est dommage que ce soit vide, mais la vérité est que cela a l’air brutal et être dans une piscine olympique aura toujours une valeur supplémentaire.

Dans quelle mesure les protocoles étaient-ils stricts, étant donné que Tokyo est en état d’urgence?
Nous n’avons même pas pu sortir de nos chambres. Nous avons exigé de la nourriture au même étage et nous avons dû manger dans la chambre. Nous ne pouvions pas descendre aux autres étages ni changer de chambre. À partir du moment où nous sommes descendus de l’avion, plusieurs filtres ont dû être passés et nous avons eu des applications sur nos téléphones portables où nous avons rempli les enregistrements quotidiens de température et de localisation. Bref, beaucoup de choses qui peuvent être très ennuyeuses au quotidien mais qui doivent être remplies si nous voulons que les Jeux aient lieu.

Villa Sebastian

Sebastián Villa, plongeur colombien de premier plan.

Photo: archives privées / El País

Onzième de la finale de la Coupe du monde sur un tremplin de 10 mètres. Avez-vous répondu aux attentes?
L’objectif principal était d’obtenir le quota, mais sur le plan personnel, j’avais le défi de maintenir la stabilité dans les compétitions. Je pense que je l’ai fait, mais je veux continuer à travailler davantage. Je sais que je suis en mesure de me remettre en question, de m’exiger et de réaliser de plus grandes choses, en termes de scores et de développement de compétences. C’est à cela que servent ces semaines restantes, travailler plus dur et augmenter la demande. Je veux vraiment profiter de ce temps restant avant de retourner au Japon.

En gros, qu’allez-vous faire ces deux mois?
Je veux m’entraîner, me préparer un peu plus physiquement, car l’effort avec lequel tu t’entraînes est perceptible en compétition et cela m’aidera aussi sur le plan technique.

Qu’est-ce qui vous a le plus plu dans votre performance en Coupe du monde et que pensez-vous pouvoir améliorer?

Sur le plan technique je dois améliorer deux ou trois petites choses dans lesquelles j’ai échoué dans certaines plongées, mais en général je suis content car beaucoup sont venus me féliciter, pour me dire « hé, c’est bon de te voir sauter comme ça », ces sont des choses qui doivent être appréciées pour se rendre compte que je suis sur la bonne voie et que je veux que cela se poursuive d’ici aux Jeux olympiques.

Avec quel bond des 18 qu’il ne restait-il pas? Il y en a un qui a attiré beaucoup d’attention et c’est celui qui a fait le poirier, ça doit être un défi …
Je pense que je me retrouve avec l’inverse de la demi-finale. C’est très difficile car il y avait six plongées dans chaque phase. Avec le poirier, j’ai une relation amour-haine pour ma peur connue des hauteurs et du poirier, mais j’aime ça. Je l’aime beaucoup, j’ai l’impression qu’il y a quelque chose sur lequel je dois travailler personnellement sur cette plongée pour qu’elle améliore toutes les performances de la compétition en général.

Que ressentez-vous lorsque vous vous tenez à 10 mètres au-dessus de la piscine?
Sur le plan technique et émotionnel, il se passe quelque chose lorsque l’on se tient debout sur les mains: on a l’habitude de faire des tours et demi, car on tombe cloué après avoir commencé à se tenir debout, mais puisque vous êtes déjà debout sur vos mains, vous devez le faire. tours complets Parce que tu tombes tête baissée, comment tu as commencé Cela me semble difficile, mais j’aime ça et ça me met au défi.

Dans une situation très compliquée comme celle que traverse actuellement le pays, vous avez donné un peu de joie …
Je pense que nous sommes cela. Nous, les athlètes, pouvons être le bon visage de la Colombie. Nous voulons envoyer un message au monde: que même si les choses ne sont pas bonnes, nous voulons continuer à avancer et nous avons de bonnes choses à montrer, que beaucoup de choses qui se produisent ne nous représentent pas, ne nous identifient pas et que nous veulent qu’ils changent. Nous pouvons y parvenir non seulement les athlètes, mais aussi les artistes, chaque personne qui quitte le pays et quelqu’un d’autre va travailler ou quoi que ce soit.
C’est une question très sensible, il n’a pas été facile pour nous d’être loin et de savoir que nous nous battions pour des objectifs importants pour un pays auquel nous voulons donner de la joie au milieu de tout ce qui se passe. J’envoie un câlin à tous les Colombiens et j’espère que mon exploit a été un rayon de lumière au milieu de tant de chaos.

Quel sentiment avez-vous sur la participation de vos coéquipiers à la Coupe du monde?
Je suis fier de l’équipe que nous construisons, même avec des gens qui étaient nécessaires au Japon, comme mon entraîneur Jerry Jaramillo. Je pense que tous les plongeurs peuvent être fiers de ce que nous accomplissons. C’est une réalité que Diana Pineda et moi sommes déjà plus à l’extérieur qu’à l’intérieur du sport.
Je veux continuer à concourir pendant encore quelques années, mais ce changement de génération est très important et n’est souvent pas pris en compte dans la projection. Nous sommes fiers de ce que font Daniel Restrepo, Felipe Uribe et Alejandro Solarte. Revenons plus qui étaient en Amérique du Sud en Argentine ou qui vont participer à la Coupe du monde des jeunes cette année.
Il s’agit de continuer à promouvoir l’équipe, de pouvoir rendre la plongée visible et de leur faire savoir que de très belles choses se passent dans notre sport.

Êtes-vous toujours invaincu par Covid?
Jusqu’à présent, heureusement, je ne sais pas ce qu’est le covid. Nous ne l’avons pas vécu dans la famille: ma mère ne l’a pas eu, mon père attend un résultat de travail, mais il ne m’a pas donné et nous espérons que cela continuera comme ça.

Il y a des compétitions dans lesquelles il est également encouragé à concourir sur un trampoline, pourquoi est-il décidé à la fin par plateforme?
Ce qui se passe, c’est que les épreuves olympiques sont une plate-forme de 10 mètres et un tremplin de 3 mètres, ainsi que ceux synchronisés dans chaque modalité. Je fais du tremplin dans le test mixte avec Diana, en fait lors des trois dernières Coupes du monde nous nous sommes qualifiés pour la finale et nous en profitons, mais ce n’est pas encore un test olympique.
J’espère que pour les prochains ce sera pour voir si je dois concourir, car après Paris, je ne le serai sûrement pas (rires).
Au niveau individuel sur la plate-forme, je sens que je vais mieux et sur le trampoline nous sommes très bien avec les représentants de maintenant: Sebastián (Morales), Daniel, Felipe et Alejandro.

En détail
La Colombie a trois petites annonces de plongées à Tokyo 2021: en plus de Villa, il y a Sebastián Morales et Daniel Restrepo (tremplin de 3 mètres)
Diana Pineda et Alejandro Solarte espèrent entrer par repêchage.
Au total, la Colombie compte 38 qualifiés pour les Jeux Olympiques. On s’attend à ce qu’au fil des semaines, le nombre augmente.
Jusqu’à présent, les quotas colombiens déjà assurés se répartissent comme suit: 19 en athlétisme, 2 en tir à l’arc, 7 en cyclisme, 3 en combat, 3 en plongeon, 2 en taekwondo, un en équitation et un en escrime.
Notre pays a réalisé une performance très exceptionnelle aux Jeux de Rio 2016, où il a remporté 8 médailles: trois d’or, deux d’argent et trois de bronze.

Vous pourriez également aimer...