Le Brésil

Loi Rouanet : découvrez la loi d’incitation à la culture

Le projet Amazônia Live, de Rock In Rio, a échoué à la loi Rouanet.  Photo : André Lima/ Agência O Globo.
Le projet Amazônia Live, de Rock In Rio, a échoué à la loi Rouanet. Photo : André Lima/ Agência O Globo.

Connaissez-vous la loi Rouanet ? Savez-vous comment cela fonctionne?

O encourager la culture au Brésil est une question d’importance primordiale et qui prend de temps en temps de l’importance dans les affaires journalistiques, soit par des polémiques impliquant financement de concertsque ce soit par des discussions sur mécanismes d’incitation culturelle.

Cependant, lorsque ces problèmes sont révélés, de nombreuses fausses nouvelles et désinformations sont diffusées avec eux. Par conséquent, dans ce texte, politisez ! expliquer un peu sur qu’est-ce que la loi Rouanet et comment ça marche.

Qu’est-ce que la loi Rouanet ?

O Programme national d’appui à la culture (Pronac)institué par la loi nº 8.313 du 23 décembre 1991, a été créé sous le gouvernement Fernando Collor et est devenu populairement connue sous le nom de « Loi Rouanet » – le surnom provient du nom de famille de celui qui a créé la loi, le ancien secrétaire à la culture Sérgio Paulo Rouanet.

La loi Rouanet a le objectif de promouvoir la culture au Brésil, le Pronac étant chargé de capter et de canaliser les ressources pour le secteur culturel du pays. Il est important de souligner que plusieurs États et municipalités ont des lois visant à encourager la culturequi sont structurés à partir d’exonérations fiscales et d’incitations de diverses natures.

Parmi les objectifs fixés par cette loi figurent :

« 1. Contribuer à faciliter, pour tous, les moyens du libre accès aux sources de la culture et du plein exercice des droits culturels.

2. Promouvoir et stimuler la régionalisation de la production culturelle et artistique brésilienne, en valorisant les ressources humaines et le contenu local.

3. Soutenir, valoriser et diffuser l’ensemble des manifestations culturelles et leurs créateurs respectifs.

4. Protéger les expressions culturelles des groupes qui forment la société brésilienne et sont responsables du pluralisme de la culture nationale.

5. Préserver les biens matériels et immatériels du patrimoine culturel brésilien.

(Institut du patrimoine historique et artistique national, 2020).

Ainsi, la loi profite aux secteurs artistiques et culturelsainsi que la « préservation du patrimoine culturel, historique, architectural, archéologique, des bibliothèques, des musées et autres collections » (IPHAN, 2020).

Ceux les avantages sont réalisés grâce à des mécanismes de soutien prévus par la loi. Dans sa conception originale, la loi prévoyait ce qui suit mécanismes de soutien: le Fonds National de la Culture (FNC), l’Incitation Fiscale et le Fonds d’Investissement Culturel et Artistique (Ficart), mais le Ficart n’a jamais été mis en place.

Bref, l’incitation fiscale sur laquelle repose la loi Rouanet est un moyen d’inciter le secteur privé à soutenir le secteur culturel brésilien. Par conséquent, le gouvernement renonce à une partie des impôts pour que ces valeurs soient destinées au portefeuille de la culture.

Comment fonctionne la loi Rouanet : d’où vient l’argent ?

La loi Rouanet permet aux personnes physiques et morales d’allouer au secteur culturel une partie de leurs ressources qui servaient auparavant au paiement de l’Impôt sur le Revenu (IR). Ainsi, il permet à la fois aux artistes et aux producteurs culturels de obtenir un parrainage grâce à la défiscalisation IR.

Pour cela, le projet doit être proposé au Secrétaire spécial de la cultureactuellement en charge de la ministère du Tourisme. Ce projet est ensuite évalué par un comité qui l’approuve ou non.

Si approuvé, l’artiste ou le producteur culturel cherchera sur le marché à lever des fonds auprès du secteur privé dans la limite de 4% de la taxe à payerc’est-à-dire cherchera un parrainage pour que le projet ait lieu.

Il est à noter que en aucun cas l’artiste ne prend l’argent directement du gouvernement, cet argent provient du secteur privé grâce à la défiscalisation. C’est donc au parrain que la défiscalisation est recherchée.

La personne qui fournit des ressources pour un projet est appelée un encourageur et le montant destiné à l’incitatif culturel peut être versé sous forme de don ou de parrainage.

Tu les projets encouragés par des dons ne peuvent pas être rendus publics, il est interdit de citer ou de promouvoir la figure du parrain. Dans cette modalité, seules les personnes physiques ou morales peuvent en bénéficier à titre non lucratif.

En ce qui concerne les incitations au parrainage, la publicité du soutien et l’identification du parrain sont publiées.

Règles pour qu’un projet en bénéficie

Comme établi à l’art. 3 de la loi n° 8.313 du 23 décembre 1991, Les projets culturels du Pronac doivent répondre à au moins un des objectifs listés pour avoir des ressources captées et canalisées dans leur fonction :

1- Encourager la formation artistique et culturelle

2- Favoriser la production culturelle et artistique

3- Préserver et diffuser le patrimoine artistique, culturel et historique

4- Stimuler la connaissance des biens et valeurs culturels

5- Soutenir d’autres activités culturelles et artistiques

Mythes sur la loi Rouanet

Outre les diverses polémiques autour de la loi Rouanet, vous avez sans doute entendu certaines affirmations, telles que, « seuls les grands artistes bénéficient de cette loi », « seuls les projets avec retour financier peuvent participer » et « l’argent est prélevé sur la santé pour cela » . Nous allons donc en démystifier certains, suivez-nous !

  • « Seuls les grands artistes peuvent participer. »

L’idée que seuls les grands artistes peuvent faire approuver des projets est l’un des mythes les plus propagés autour de la loi Rouanet, car Le processus de collecte de fonds par la loi est divisé en plusieurs phases – allant de l’analyse de sa faisabilité à l’avis du Commission nationale d’incitation à la culture.

Cette analyse est de nature technique et exige que le projet soit conforme aux exigences de la loi, peu importe le mérite de son promoteur et son éventuel alignement avec le gouvernement.

Autrement dit, il prend en compte si le projet respecte les règles nécessaires pour le traitement.

  • « Seuls les projets qui fournissent un retour financier participent. » ou « Seuls les projets à grande échelle peuvent en bénéficier. »

Une autre idée de la loi Rouanet est que seuls les projets culturels importants ou rentables en bénéficient, mais cette distinction n’est pas faite ! En vérité, les projets peuvent être encouragés quelle que soit leur capacité à générer des retours commerciaux.

Cependant, ces dernières années, la compréhension juridique a subi des changements. Il y a une « indication que les projets à fort potentiel de profit ou avec la capacité d’attirer des partenariats privés ne peuvent pas lever de fonds ».

Un exemple de cette indication est le Festival millionnaire Rock In Rioqui a déjà fait usage de la loi et beaucoup ont estimé que l’attribution de la ressource à lui était injuste.

À partir de là, de nouvelles règles déterminent qu’il peut y avoir un profit, tant qu’il n’est pas exorbitant.

  • « La loi prend de l’argent de la santé et de l’éducation pour aller aux artistes. »

Un autre mythe autour de la loi Rouanet est qu’elle prélève de l’argent des caisses publiques pour le donner aux artistes et aux producteurs culturels, alors qu’en réalité cela ne se produit pas. En vérité, la loi encourage le secteur privé à investir dans le secteur culturel et, de cette manière, ces entreprises sont exonérées de l’impôt sur le revenu.

Voir aussi notre vidéo sur l’éducation et la culture !

Outre les mythes, les polémiques de la loi Rouanet : comprendre les plus récentes

Récemment, la loi Rouanet a également été sur fond de polémique entre de grands noms de la musique brésilienne : la chanteuse pop Anitta et les chanteurs country Zé Neto et Gusttavo Lima.

O Le déclic aurait été le ciblage des critiques faites par le chanteur country Zé Neto à Anitta lors d’un concert. Lors de l’événement, il a déclaré: «Nous sommes ici à Sorriso, Mato Grosso, l’un des États qui ont soutenu le Brésil pendant la pandémie. Nous sommes des artistes qui ne dépendent pas de Lei Rouanet. (Folha de S. Paulo, 2022).

Avec cette déclaration, le chanteur a commencé à recevoir plusieurs critiques, ainsi que des frais élevés pour ses spectacles ont commencé à être révélés.. Lorsque la critique d’Anitta a été faite, Zé Neto a reçu 400 000 R$ de la municipalité de Conceição do Mato Dentro, alors que « le montant à payer au sertanejo Gusttavo Lima dépasse 1 million de R$ » (Metrópoles, 2022).

À l’heure actuelle le ministère public du Mato Grosso (MP-MT) a ouvert une procédure d’enquête sur l’émission du 12 mai, au cours de laquelle la polémique a commencé. En effet, malgré les critiques faites à l’utilisation de l’argent public, le concert du duo Zé Neto et Cristiano a été donné sous contrat par la mairie pour la fête municipale.

Alors, avez-vous compris ce qu’est la loi Rouanet ? Laissez vos questions ou avis dans les commentaires !

Références:

Vous pourriez également aimer...