Le Brésil

L’OMS et l’UNICEF lancent une « alerte rouge » à la baisse de la vaccination des enfants

São Paulo – Un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), publié hier (14), révèle que la pandémie de covid-19 a contribué à la plus forte baisse des vaccinations infantiles au cours des 29 dernières années. ans, partout dans le monde. Le document des agences des Nations Unies est basé sur les données de 177 pays. Le nombre total d’enfants ayant reçu trois doses du triple vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DPT3), par exemple, a chuté de cinq points de pourcentage, à 81 %, entre 2019 et 2021.

En conséquence, 25 millions d’enfants ont manqué une ou plusieurs doses du vaccin ROR au cours de la seule année écoulée. Il y a 2 millions d’enfants non protégés de plus par rapport à l’année précédente. Et 6 millions de plus par rapport à 2019. Ainsi, le rapport met en lumière le nombre croissant d’enfants exposés au risque de maladies dévastatrices mais évitables.

L’OMS et l’UNICEF s’attendaient à ce que 2021 soit une année de reprise de la couverture vaccinale des enfants, car les systèmes de santé ont été débordés lors de l’apparition de la pandémie en 2020. Au lieu de cela, la couverture vaccinale DTC3 est revenue à son niveau le plus bas depuis 2008, parallèlement à la baisse de la couverture des autres vaccins. vaccins de routine, éloignant le monde des objectifs mondiaux de vaccination.

alerte rouge

« Il s’agit d’une alerte rouge pour la santé des enfants. Nous assistons à la plus forte baisse continue de la vaccination des enfants depuis une génération. Les conséquences se mesureront en vies », a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell. « Bien qu’une gueule de bois pandémique était attendue l’année dernière en raison des perturbations et blocages de covid-19, ce que nous voyons maintenant est un déclin continu. Le Covid-19 n’est plus une excuse », a-t-il souligné.

À cet égard, elle a appelé à des efforts pour rétablir la couverture vaccinale des enfants, « sinon nous assisterons inévitablement à davantage d’épidémies, à davantage d’enfants malades et à une pression accrue sur des systèmes de santé déjà surchargés ».

« La planification et la lutte contre le Covid-19 doivent également aller de pair avec la vaccination contre des maladies mortelles telles que la rougeole, la pneumonie et la diarrhée », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « Il ne s’agit pas de l’un ou de l’autre, il est possible de faire les deux ».

Rougeole, VPH et Polio

La couverture de la première dose de vaccin contre la rougeole a également chuté à 81 % en 2021, le niveau de protection le plus bas depuis 2008. En 2019, ce taux a atteint 86 %. Au total, 24,7 millions d’enfants ont manqué la première dose de ce vaccin l’année dernière, soit 5,3 millions de plus qu’en 2019. Un autre 14,7 millions n’ont pas reçu la deuxième dose nécessaire.

La protection vaccinale contre le VPH, qui était de plus de 25 % en 2019, a également diminué. L’année dernière, seulement 15 % ont pris la première dose du vaccin. C’est 3,5 millions de personnes qui ont perdu la première dose du vaccin qui protège les filles contre le cancer du col de l’utérus. Ainsi, la baisse de la protection contre le VPH devrait entraîner « de graves conséquences pour la santé des femmes et des filles ».

De même, par rapport à 2019, 6,7 millions d’enfants supplémentaires ont raté la troisième dose du vaccin contre la poliomyélite.

épidémies évitables

Le rapport avertit que des niveaux de couverture inadéquats ont déjà entraîné des épidémies évitables de rougeole et de poliomyélite au cours des 12 derniers mois. En outre, les agences avertissent que le « recul historique » des taux de vaccination se produit simultanément avec l’augmentation des taux de malnutrition aiguë ou sévère.

« Un enfant souffrant de malnutrition a déjà une immunité affaiblie et les vaccins manqués peuvent signifier que les maladies infantiles courantes deviennent rapidement mortelles pour lui. La convergence d’une crise de la faim avec un déficit vaccinal croissant menace de créer les conditions d’une crise de la survie de l’enfant.

La couverture vaccinale a diminué dans toutes les régions, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. L’Inde, le Nigéria, l’Indonésie, l’Éthiopie et les Philippines enregistrent le plus grand nombre d’enfants qui n’ont pas reçu leur première dose de vaccin ROR, par exemple. D’autre part, des pays comme l’Ouganda et le Pakistan ont montré qu’il est possible de retrouver les niveaux pré-pandémiques de vaccination infantile.

L’OMS et l’UNICEF soulignent plusieurs facteurs qui ont conduit à la baisse brutale de la couverture vaccinale des enfants. Par exemple, un nombre croissant d’enfants vivent dans des environnements de conflit et de vulnérabilité, où l’accès à la vaccination est « souvent difficile ». Un autre défi est la désinformation et le discours anti-vaccin qui ont également pris de l’ampleur pendant la pandémie. De plus, de nombreux pays ont concentré leurs ressources sur la lutte contre le covid-19, négligeant la prévention d’autres maladies.

Vous pourriez également aimer...