Le Brésil

Lula et Renan se retrouvent à Maceió ce vendredi, après un acte avec foule à Natal

São Paulo – Après Natal, où il a participé à une manifestation de pré-campagne jeudi soir (16), l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva passera par Alagoas ce vendredi (17). Dans la capitale Maceió, Lula rencontrera le sénateur Renan Calheiros (MDB-AL) ainsi que l’ancien gouverneur Renan Filho, en plus de l’actuel chef du gouvernement, Paulo Dantas, tous deux du MDB. La nuit, tout le monde participe à un acte public au Maceió Convention Center. L’ordre du jour a été établi conjointement, par les conseillers de Lula et l’animateur Renan. En fin de matinée, Lula a eu une rencontre avec des artistes d’Alagoas.

À Alagoas, il y a une nette dissidence du MDB par rapport à l’élection présidentielle. Bien que le pré-candidat officiel du parti soit la sénatrice Simone Tebet (MDB-MS), Renan est l’un des partisans les plus influents de Lula dans le Nord-Est et dans le pays. « L’alliance avec Renan est très solide », déclare le député José Guimarães (PT-CE), l’un des principaux organisateurs de la pré-campagne de Lula, au RBA.

Clôturant l’agenda dans la région, le PT sera à Aracaju samedi (18), où il participera au lancement de la pré-candidature du sénateur Rogério Carvalho pour le gouvernement Sergipe.

Dans un message sur Twitter mardi (14), Renan a déclaré que « l’élection à Alagoas doit être l’une des plus fédéralisées du pays ». Selon lui, il y aura « d’un côté la défense de la démocratie, du respect de la vie, de l’inclusion, de l’emploi et des revenus avec @LulaOficial, de l’autre, le bolsonarisme, synonyme de coup d’Etat, de morts, de faim, de misère et d’incompétence ». Le plus grand opposant politique de Renan dans son État est le président de la Chambre des députés, Arthur Lira (PP-AL), principal allié politique de Jair Bolsonaro dans le pays.

Lula et Fátima Bezerra/Photo : Ricardo Stuckert

Avec des gouverneurs du Nord-Est

Avant l’acte organisé hier soir à l’Arena das Dunas de Natal – un stade construit pour la Coupe du monde 2014 – Lula et son adjoint, l’ancien gouverneur de São Paulo Geraldo Alckmin, ont déjeuné avec des gouverneurs du nord-est. Les chefs d’entreprise ont publié la « Lettre de Noël », dans le cadre de la 1ère Foire Nord-Est de l’Agriculture Familiale et de l’Economie Solidaire. Dans ce document, ils ont dénoncé le projet récemment approuvé au Congrès national qui réduit la collecte de l’ICMS sur les carburants. Il s’agit d’un « risque sérieux pour l’arrangement fédératif brésilien » et pour les politiques publiques des gouvernements des États.

Selon eux, le projet du gouvernement Bolsonaro de, selon le président, lutter contre les prix du carburant, est inefficace « et révèle le souci de maintenir les profits élevés de Petrobras et les revenus de ses actionnaires, permettant ainsi la poursuite de la mise au rebut des actifs de raffinage ». .

Dans la lettre, les gouverneurs affirment que « le principal responsable » des prix du diesel et de l’essence est la politique de parité des prix à l’importation, instituée par le gouvernement Michel Temer et maintenue par Bolsonaro. « S’il est sanctionné (le projet ICMS), il y aura une perte immédiate pour le Nord-Est, de 17,2 milliards de reais, affectant principalement la santé, l’éducation, la culture, la sécurité publique et l’assistance sociale », indique la lettre.

Lors de l’événement qui s’est tenu à l’Arena dans la soirée, Lula a déclaré que, s’il était élu, il « brésilianiserait » les prix du carburant au Brésil. Ce vendredi, Petrobras a annoncé de nouveaux sommets des prix de l’essence et du diesel. La politique de prix de l’entreprise publique est devenue le plus gros problème économique de Bolsonaro et la principale menace pour son projet de réélection déjà difficile.

Lire la suite: Bolsonaro attaque Petrobras pour cacher qu’il ne peut pas résoudre la crise du carburant

Dans son discours dans la capitale de Potiguar, l’ancien président s’est moqué de la tentative de Bolsonaro de dire que c’est lui qui a fait la traversée du fleuve São Francisco. « Nous avons fait la transposition parce que je ne pouvais pas concevoir l’idée qu’une partie de ce pays ait vu sa chèvre mourir de faim, son chien mourir de faim, sa vache mourir de soif parce qu’elle n’avait pas un peu d’eau. Et maintenant, Bolsonaro essaie de dire que c’était lui », a-t-il déclaré.

« Le Brésil a besoin de Lula pour sauver la démocratie », a déclaré Alckmin dans son discours à Natal. « Le Brésil a besoin de Lula pour se développer à nouveau. Au cours de la dernière année du président Lula, l’économie a augmenté de 7,5 %. Aujourd’hui, les jeunes, 30% d’entre eux, sont au chômage», a-t-il ajouté.

Le député fédéral Gleisi Hoffman s’est félicité de la diversité des dirigeants réunis au Natal. « Sur cette plateforme, il y a peut-être des gens qui ont divergé, qui ont eu une différence et qui se sont battus, mais voici ceux qui défendent la démocratie contre Bolsonaro. C’est contre lui qu’il faut se battre », a affirmé le président du PT.

A lire aussi :

Vous pourriez également aimer...