Lula parle de la lutte contre la faim dans la première de la publicité radio

São Paulo – La faim était le thème central du candidat présidentiel Luiz Inácio Lula da Silva (PT) lors de la première de la radio et de la télévision de propagande électorale ce samedi (27). L’émission de Lula citait le litre de lait plus cher que l’essence et disait que dans les gouvernements du PT, les Brésiliens pouvaient faire un « barbecue ». Le candidat a également déclaré que s’il est élu, le peuple recommencera à « voler en avion ».

A l’ouverture de son émission, l’ancien président a déclaré qu’il ressentait du plaisir à parler de l’avenir du pays. Alegria qui, selon lui, n’est pas plus grande uniquement à cause des gens qui meurent de faim.

« Mes amis, mes amis. Je demande à Dieu d’éclairer cette nation et de nous aider à reconstruire le Brésil. C’est un grand plaisir de vous rencontrer ici pour parler de l’avenir du pays. La joie n’est pas complète car, en ce moment, des millions de personnes n’ont pas assez à manger », a déclaré Lula.

« Comment un pays peut-il remonter aussi loin », s’est interrogé le candidat, faisant référence au gouvernement de Jair Bolsonaro.

Le vice-candidat sur la liste de Lula, Geraldo Alckmin, a participé à l’émission et a déclaré que Lula « est la bonne alternative pour que le peuple retrouve sa dignité » face au défi de reconstruire le pays et « d’améliorer la vie des gens ».

Le programme a également été raconté par l’ancien ministre de la Culture et compositeur Gilberto Gil, qui a défendu la démocratie dans le pays. « Il n’y a pas de liberté sans démocratie. La démocratie, c’est le respect des lois, de la Constitution. La démocratie ne se conjugue pas avec la haine, la violence, avec les fake news ».

Bolsonaro

Le président Jair Bolsonaro, candidat à la réélection par le PL, a souligné la création de l’Auxílio Brasil de 600 R$ et a souligné les effets de la pandémie de covid-19 sur l’économie.

Le programme de Bolsonaro a utilisé des extraits de son discours lors du lancement officiel de la candidature, lors d’un événement au gymnase Maracanãzinho, fin juillet.

Dans l’extrait, le président dit qu’il a remplacé Bolsa Família par Auxílio Brasil et a porté le montant à 600 R$. Actuellement, la loi ne prévoit ce montant que jusqu’en décembre, mais Bolsonaro dit qu’il le prolongera jusqu’à l’année prochaine.

« Dans le cadre de la responsabilité fiscale, j’ai mis fin à la Bolsa Família, qui payait en moyenne 190 R$. Il y avait des femmes qui gagnaient 80 R$. Elles ont commencé à gagner 600 R$. J’ai parlé à Paulo Guedes. Ce montant sera maintenu l’année prochaine », a déclaré Bolsonaro dans son discours.

Le programme du président avait un orateur avec un accent du Nord-Est. Dans la région, Lula a sa plus grande domination, avec 57% d’intentions de vote contre 24% pour Bolsonaro, selon le sondage Datafolha.

L’avantage a conduit les politiciens de la région affiliés au PL, le parti du président, à adhérer au candidat du PT. Sur les 142 maires de l’acronyme dans le Nord-Est, au moins 20 soutiennent le PT et seulement 3 demandent à voter pour le président, montre un rapport du Un journal.

Cyrus

Le programme du candidat PDT a déclaré que Ciro est le seul candidat qui propose un revenu minimum de 1 000 R$ pour les familles dans le besoin, la loi Antiganancia (qui limite les paiements d’intérêts à deux fois le montant de la dette initiale) et en prenant le nom des Brésiliens de la liste des débiteurs. Ce sont toutes des propositions traditionnelles de Ciro, répétées par lui dans ses agendas de campagne.

« Ce que je veux, c’est ça. Créer un Brésil où personne n’est laissé pour compte et qui place les plus pauvres devant. Créer un revenu minimum, placer l’éducation brésilienne parmi les 10 meilleures au monde et créer 5 millions d’emplois », a déclaré Ciro.

Tébet

L’annonce du candidat du MDB commençait par présenter les caractéristiques personnelles de Tebet. Elle a informé qu’elle est mère, mariée, professeur d’université et sénatrice.

Elle a rappelé les résistances qu’elle a rencontrées au sein du parti pour se lancer officiellement comme candidate au MDB.

« Tout pour les femmes est plus difficile. Ils ont dit que je ne pouvais pas être le candidat. Ils ont même dit qu’il ne serait pas approuvé à la convention. Nous avons vaincu plusieurs politiciens et maintenant c’est officiel », a déclaré Tebet.

Soraya Thronicke

La candidate d’União Brasil, qui est également sénatrice, a déclaré dans son programme qu’« il n’est pas possible » de revenir sur les « erreurs du passé » ou de « refaire des erreurs ».

Lire aussi : Les candidats au gouvernement PS ouvrent l’heure des élections à la radio et à la télévision

« Pourquoi est-ce que je veux être président ? Parce que vous ne pouvez plus vivre entre la peur et la haine. Avec des inégalités et des injustices. Vous ne pouvez pas revenir aux erreurs du passé ou refaire des erreurs », a déclaré Soraya.

Felipe d’Ávila

Le candidat présidentiel de Novo a critiqué les candidats qui, selon lui, détruisent la fierté d’être brésilien. « Lors de ces élections, vous entendrez des promesses de personnes qui ont transformé le Brésil en ce chaos, de personnes qui détruisent notre fierté d’être Brésiliens. Assez de ce pays divisé.

La propagande électorale sera diffusée à la radio et à la télévision jusqu’au 29 septembre, avant le premier tour. Dans le second, ce sera encore trois semaines, à partir du 7 octobre.


Avec des informations de g1 et Folha de S.Paulo

★★★★★