Lula réaffirme l’espace pour les femmes et les communautés traditionnelles

São Paulo – L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) a réaffirmé aujourd’hui (3) son engagement à recréer le ministère de la Femme, à créer un dossier sur les affaires indigènes et la pêche, actuellement au ministère de l’Agriculture, et à reprendre les politiques visant l’alimentation sécurité qui profite aux petits producteurs, aux extractivistes et aux pêcheurs artisanaux. C’est le cas du programme d’acquisition de nourriture (PAA), éteint par le gouvernement de Jair Bolsonaro (PL) au milieu du retour du Brésil à la Hunger Map.

Lula à São Luís : « L’indépendance aura lieu le 2 octobre »

« Nous allons recréer le ministère de la Femme, créer un ministère pour s’occuper des autochtones, pour s’occuper de la pêche. Cela n’a aucun sens que le ministère de l’Agriculture s’occupe de la pêche. Nous allons également reprendre les conférences nationales et renforcer la participation populaire, la démocratie », a déclaré Lula.

Le candidat à la Présidence de la République a ainsi répondu aux exigences des dirigeants des casseurs de noix de coco babassu, qu’il a rencontrés ce samedi matin à la Casa Palmeira de Babaçu Dada e Dijé, siège du Mouvement inter-États des casseurs de noix de coco Babaçu (MIQCB), dans le centre historique de São Luís.

Des femmes du Maranhão, du Pará, du Piauí et du Tocantins, qui ont commencé à ramasser et casser des noix de coco à l’âge de cinq ans, ont expliqué à Lula les avancées qu’elles avaient faites depuis son gouvernement. Parmi eux, la promotion de la formation de coopératives et l’ouverture de mini-usines de transformation des amandes, produisant de l’huile d’olive, du savon, des savons et autres. Ils ont parlé de l’amélioration des conditions de vie, notamment de l’entrée de leurs enfants à l’université. Et le retour à la situation de famine sous le gouvernement actuel.

Lula en a profité pour exiger plus de respect de la part des femmes

En plus de recréer le ministère de la Femme, les casseurs veulent des mesures pour contenir la persécution et la criminalisation par les propriétaires terriens, qui empêchent l’entrée des extractivistes. Et des lois qui exigent un minimum de 60 palmiers babassu par hectare de pâturage et de monoculture de soja qui avancent dans la région. Un autre aspect environnemental impliqué dans les revendications, directement lié au travail des casseurs, est l’interdiction des pulvérisations aériennes de pesticides, qui contaminent les cocotiers et l’ensemble des champs des agriculteurs.

Au cours de la rencontre, Lula et Janja ont posé plusieurs questions sur le travail pour mieux comprendre les difficultés rencontrées par les femmes dans la vie quotidienne d’un travail dangereux, qui implique l’utilisation d’outils coupants. Et que dans le meilleur des cas, pour être exécuté au sol, provoque des douleurs dans plusieurs parties du corps.

« Notre gouvernement ne veut rien prendre à personne. Mais nous voulons que chacun ait le minimum qui lui convient. Aucune femme ne doit être une noix de coco toute sa vie. Celui qui a la possibilité de faire autre chose et nous allons encourager les coopératives », a déclaré l’ancien président.

Au nom des casseurs de noix de coco, Lula en a profité pour valoriser toutes les femmes tout en tirant les oreilles des hommes, y compris les « progressistes du bar », qui ne partagent pas les tâches ménagères.

Il n’y a pas de chiffres à jour sur les casseurs de noix de coco. Les données de 2010 indiquaient plus de 300 000 distribués par Maranhão, Para, Piauí et Tocantins.

★★★★★