Le Brésil

L’Université et la gestion de la pandémie – Jornal da USP

« Catastrophe » semble moins durable ; « drame », moins intense ; « tragédie », moins pluriel. Il est difficile de qualifier le covid-19 ; la pire expérience collective de notre génération. Il est également difficile de qualifier la gestion de la pandémie dans l’administration publique fédérale. Horrible; tout a mal tourné, même ce qui ne pouvait pas arriver, est arrivé. De l’envoi de vaccins à Amapá à Amazonas à la crise de l’approvisionnement en oxygène. Incompétence, mauvaise foi, tromperie, qu’est-ce qui justifie l’arrêt du suivi des cas, l’opposition au vaccin, la promotion de traitements inefficaces ? Combien de cas pourraient être évités grâce à la prise en charge ; combien de vies auraient été sauvées ! La pandémie nous invite à penser le management comme une stratégie pour réduire la souffrance.

Il y a un espace où cela s’est produit. La gestion de la pandémie est un succès des universités publiques de São Paulo, USP en particulier. Lorsque l’urgence mondiale est arrivée au Brésil, en mars 2020, l’USP a mis toute sa communauté en travail à distance en quelques jours. Il n’y a pas eu de retard dans le calendrier scolaire; les enseignants qui n’avaient jamais donné de cours en ligne auparavant ont appris à le faire auprès de nos équipes informatiques. L’Université a signé les logiciels nécessaires, distribué des kits d’accès à Internet aux étudiants en difficulté de connexion, prêté du matériel à ceux qui avaient besoin d’augmenter leur bureau à domicile.

Mais tout n’est pas parfait. Le réaménagement de la sphère domestique a amplifié le stress que la maladie provoquait déjà par elle-même. Le temps habituellement passé en route était le premier à être absorbé par la bureau à domicile. L’adaptation aux nouvelles formes de communication et le besoin de nouvelles connaissances sur la maladie ont fait avancer notre temps de repos et de loisirs, mettant la santé mentale en danger. Pire encore pour ceux qui ont le deuxième jour de travail dans leurs tâches ménagères, pour ceux qui ont des enfants en bas âge ou qui s’occupent de parents âgés. Ceux-ci portaient un poids encore plus grand pour équilibrer tant de demandes.

Avec le déclin de la première vague, nous avons amorcé le retour des activités en présentiel au second semestre 2020. Mais nous avons suspendu dès l’émergence de la deuxième vague. 2021 a été l’année de la variante gamma, la vague la plus mortelle et la plus chronophage. L’USP n’a pas manqué de distribuer des boissons chaudes aux étudiants qui dépendaient des restaurants universitaires ; les soins de santé ont été maintenus dans les hôpitaux et les centres de santé liés à l’Université. Le centre de santé Geraldo Paula Souza, de la Faculté de santé publique, a été désigné comme l’unité la plus vaccinée contre le coronavirus dans la capitale.

En 2022, nous avons enfin repris le travail en présentiel, avec une série de précautions supplémentaires. Carnet de vaccinations ; port obligatoire du masque ; Planification de l’horaire des cours. La création du Doyen de l’Inclusion et de l’Appartenance est venue amplifier le lien de solidarité entre salariés, enseignants et étudiants. La gestion du retour, ainsi que les arrêts de travail, étaient un motif de confort, de sécurité et de réduction des risques.

La pandémie a amené la nécessité de produire de nouvelles connaissances. L’application du travail universitaire à ce défi est un autre élément d’une gestion réussie de la pandémie à l’Université. L’USP a participé à environ un quart de toutes les études sur le covid-19 menées dans le pays qui ont été indexées au niveau international. Au fur et à mesure que nous tombions malades et accompagnions la souffrance des membres de notre famille et de nos compatriotes, nous avons produit des connaissances sur la physiopathologie et l’épidémiologie de la maladie, les soins médicaux et infirmiers, la planification des services de santé, sans négliger les autres maladies pendant l’urgence sanitaire.

Gestion des soins aux personnes. Promotion de la santé, production scientifique, dévouement ininterrompu à l’enseignement. Durant ces deux années, l’USP est restée sur le bon chemin en jouant dans l’équipe de la protection sociale. Puisse-t-il servir d’exemple à nos gouvernants.

Vous pourriez également aimer...