Le Brésil

L’USP Chamber Orchestra est de retour à Sala Paulo – USP Newspaper

Un concert gratuit aura lieu ce samedi 6, à 11h, en présence du public

par Claudia Costa

L’Orchestre de Chambre (Ocam) de la School of Communications and Arts (ECA) de l’USP – Photo : Marcelo Macauê

Après une longue absence de scène à cause de la pandémie de covid-19, l’Orchestre de Chambre (Ocam) du Département de Musique de l’USP School of Communications and Arts (ECA) revient sur scène dans une présentation gratuite ce samedi 6, à 11 heures. , à Sala São Paulo, intégrant la série Concerts du matin. Pour le chef principal d’Ocam et professeur à l’ECA Gil Jardim, c’est un moment de forte émotion, mais toujours de grande prudence. « Il a été difficile de voir même l’avenir le plus immédiat. La pandémie n’est pas terminée et le danger de contamination persiste. Nous avons perdu beaucoup de nos amis, des phares de la scène culturelle brésilienne et mondiale », se souvient le chef d’orchestre. « De cette façon, nous valorisons trop le fait que nous faisons enfin de la musique en personne et dans le même environnement, en nous regardant, mais sans nous embrasser, en revenant pour savoir que nous sommes une équipe à la recherche de ce que nous pensons être beau dans l’art des sons, désormais avec murs acryliques, distance protocolaire, masques, gel hydro alcoolique etc. Bref, on se réinvente », dit Gil Jardim.

L’orchestre – formé de jeunes étudiants en musique – ouvrira son premier concert live avec la pièce Ponteio et la danse (2004), de Ronaldo Miranda, sous la direction du chef André Bachur. Puis, dirigé par Gil Jardim, l’orchestre interprète Concerto pour vibraphone et orchestre (1998), d’Edmundo Villani-Côrtes, avec en solo le musicien invité Carlos dos Santos (percussions), et Symphonie nº 5 En Si bémol majeur, D. 485 (1816), par Franz Schubert (1797-1828). Selon Jardim, le programme présente des pièces « justement choisies pour ce retour de l’orchestre, avec des œuvres, des interprètes et des compositeurs qui rendent cette rencontre techniquement tangible et possible pour faire de la bonne musique ».

Ponteio et la danse, écrit pour cordes, « est une perle de notre cher Ronaldo Miranda, un grand compositeur brésilien et ancien professeur du département de musique de l’ECA », informe le chef d’orchestre, ajoutant que la pièce a été enregistrée par un petit groupe de cordes dans le concert vidéo en chantant, récemment publié par Ocam, en tant que Journal de l’USP inscrit (regardez ici). « Elle était dirigée par André Bachur, historiquement lié à l’orchestre et au département de musique de l’ECA, actuellement étudiant en troisième cycle et notre chef assistant. Maintenant, cette belle pièce sera réalisée avec la section de cordes complète d’Ocam », dit-il.

Le percussionniste Carlos dos Santos est l’invité spécial du concert – Photo : Fernando Delgado

La deuxième composition prévue, la Concerto pour vibraphone et orchestre, de Villani-Cortes, aura comme soliste « l’excellent Carlos dos Santos, également « house silver » qui, en plus d’être un percussionniste incroyablement virtuose, est aussi un compositeur qui a remporté plusieurs prix de composition et fréquente de plus en plus les rayons de la musique brésilienne. orchestres avec leur musique toujours intelligente et provocante ». De plus, complète le chef d’orchestre, le concert de Villani-Cortes est une œuvre virtuose et provocante, charmante et accessible au public. « Elle apporte en même temps le style généreux de cette icône de la musique brésilienne qui, sur ses 90 ans, bénit le retour d’Ocam. »

Le dernier morceau, Symphonie n°5, de Schubert, a été composée alors que le compositeur n’avait que 19 ans, comme le rapporte le chef d’orchestre. « C’est transparent, léger, avec un lien clair avec le Symphonie n° 40 de Mozart. Il convient très bien aux retrouvailles de nos jeunes musiciens. Il apporte des sujets musicaux et extra-musicaux qui alimentent et stimulent nos premières répétitions en personne en cette période de pandémie. »

De belles réalisations

Même loin de la scène, 2021 a été une année de grandes réalisations pour Ocam, comme le raconte Gil Jardim. En plus d’être présent dans l’environnement virtuel, selon lui, l’orchestre a participé à plusieurs initiatives : le clip Innombrable, en partenariat avec le chanteur Chico César, dans lequel il rend hommage aux victimes de la pandémie (voir ici) ; le court métrage oeil de la rue, avec le Père Júlio Lancellotti, poètes, slameurs et MCs, dans le but de renforcer la collecte de fonds pour des initiatives de soutien aux personnes vivant dans la rue (voir ici) ; et la vidéo du concert en chantant. De plus, trois autres concerts en personne sont prévus.

Pour 2022, on ne sait pas encore si Ocam continuera à faire partie de la programmation du Concerts du matin la Sala São Paulo, mais il y a de bonnes perspectives pour la performance de l’orchestre, comme le révèle le chef d’orchestre. « Il convient de rappeler que l’amphithéâtre Camargo Guarnieri, à Cidade Universitária, a été rouvert et, par conséquent, le campus de l’USP est en mesure de recevoir un beau programme artistique pour notre communauté universitaire, avec toute la production artistique expressive de nos corps culturels.

Jardim souligne également un autre concert qui aura lieu cette année, le 12 novembre, au Teatro Ariano Suassuna, à Jacareí (SP), avec le même programme que le concert à Sala São Paulo, à l’exception du remplacement de l’œuvre Concert de Vibraphone fourrure Concert pour Viola Caipira et Orchestre, de Neymar Dias, avec le compositeur lui-même en soliste. « L’échange de concerts a eu lieu en raison de la connexion avec les activités culturelles développées dans la région de Jacareí. Nous sommes tous très satisfaits de ces décisions qui apportent de nouvelles couleurs, de la diversité et de l’intérêt à la programmation d’Ocam », conclut-il.

L’Orchestre de chambre (Ocam) de l’École des communications et des arts (ECA) de l’USP se produira le samedi 6 juin à 11h00 à la Sala São Paulo (Praça Júlio Prestes, 16, centre-ville, São Paulo). Gratuit. Les billets peuvent être obtenus en ligne ou dans les totems situés au rez-de-chaussée de la Sala São Paulo (limite de deux billets par personne). L’entrée ne sera autorisée qu’avec l’utilisation d’un masque et la présentation d’un justificatif de vaccination (1ère dose). Capacité de la salle avec distance : 480 places. Plus d’informations sur ce lien.

Vous pourriez également aimer...