Le Brésil

L’USP propose une base de données cartographiques pour les études sur les bassins versants brésiliens – #Jornal da USP

Les données géoréférencées proposées par le Centro de Estudos da Metropole présentent des différences par rapport aux cartes conventionnelles, positionnant les limites municipales sur des divisions naturelles ; l’information peut aider à l’élaboration de politiques publiques

Plaine inondable de la rivière Tiete, dans la région de São Miguel Paulista, à São Paulo – Photo : Jorge Maruta/USP Images

.
Le Brésil possède un grand nombre de bassins hydrographiques, qui sont des portions de terre alimentées par un fleuve principal et ses affluents, délimitées par le relief ou la végétation présente dans son environnement. Il y a un total de 12 bassins qui forment un écosystème unique au monde, qui a souffert de la déforestation, des changements dans l’utilisation des terres et des changements dans le climat mondial.

Pour aider aux études et à l’élaboration des politiques publiques qui impliquent ces bassins, ainsi que ceux situés dans la Région Métropolitaine de São Paulo (RMSP), le Centre d’Études de la Métropole (CEM), un Centre de Recherche, d’Innovation et de Diffusion (Cepid) lié à l’USP, a mis à disposition gratuitement un ensemble actualisé de bases de données cartographiques sur le sujet. Ils sont accessibles et téléchargeables gratuitement sur site du centre.

Un des fichiers proposés contient les 12 bassins hydrographiques de premier niveau, selon la Atlas national du Brésil 2010/Division hydrographique nationale. Des exemples de données trouvées sont celles relatives aux bassins du Tocantins, de l’Atlantique Est et du Paraná. Le deuxième fichier rassemble les 12 bassins de premier niveau, c’est-à-dire subdivisés selon leurs principaux affluents – Araguaia (bassin des Tocantins), Paraguaçu, Contas et Jequitinhonha (Atlantique Est), Grande, Tietê et autres (Paraná), totalisant 37 unités territoriales . .

Outre le cloisonnement territorial, les fichiers géoréférencés du CEM apportent des données qui renseignent, par exemple, sur le nombre de communes qui forment le polygone du bassin hydrographique, la population urbaine et rurale totale et le Produit Intérieur Brut (PIB) local, fournissant au chercheur une approche alternative aux découpages territoriaux conventionnels. « La planification, l’application ou l’évaluation des politiques publiques, en revanche, peuvent être mieux réalisées avec la coupure des bassins hydrographiques », explique le géographe José Donizete Cazzolato, qui a créé ces bases de données.

Selon lui, la méthodologie utilisée dans les fichiers CEM pour définir les polygones des bassins hydrographiques brésiliens prenait en compte le découpage communal, ce qui facilite le calcul des données démographiques et socio-économiques. « Cette option entraîne de petites différences par rapport aux cartes conventionnelles, car la plupart des limites communales sont positionnées sur les diviseurs naturels des bassins », ajoute-t-il. Une coupe dimensionnelle a également été utilisée pour les bassins de second niveau, incluant, dans cette classification, uniquement ceux dont l’extension est supérieure à 40 000 km², à l’exception de Ribeira do Iguape (Atlantique Sud-Est) et Itajaí (Atlantique Sud).

Les cartes reprennent les divisions naturelles du territoire par les bassins et détaillent la Région Métropolitaine de São Paulo – Photo : Reproduction/CEM

.
Bassins versants dans la région métropolitaine de São Paulo

Dans le fichier des bassins hydrographiques de la région métropolitaine de São Paulo, ils sont délimités par des diviseurs topographiques, une option plus appropriée selon l’échelle, selon Cazzolato. Il y a 73 polygones, couvrant des bassins d’environ 20 km², classés en cinq niveaux.

Il existe quatre bassins hydrographiques de premier niveau dans le RMSP : Tietê, Paraíba do Sul, Ribeira de Iguape et bassins côtiers, conformément à la loi de l’État 7633/91, qui établit la politique des ressources en eau pour la région. Ses affluents directs forment des bassins de second niveau ; leurs affluents forment le troisième niveau, et ainsi de suite, en respectant la taille minimale retenue. Cette articulation des bassins est indiquée dans la base de données. Exemple : le bassin de Ribeirão dos Couros est de niveau 4, appartenant au bassin de Ribeirão dos Meninos (niveau 3), qui appartient au bassin de Tamanduateí (niveau 2), appartenant au bassin de Tietê (niveau 1).

Diverses sources ont été utilisées pour préparer la base de données, en mettant l’accent sur les cartes du groupe de recherche GovÁgua, du programme d’études supérieures en sciences de l’environnement (Procam), lié à l’Institut de l’énergie et de l’environnement (IEE) de l’USP.

L’équipe de transfert et de diffusion du CEM a préparé et met à disposition deux autres fichiers hydrographiques pour la région métropolitaine de São Paulo, l’un avec les rivières et les ruisseaux (fichier de lignes géoréférencées) et l’autre avec les barrages (fichier de polygones). Les données renseignent sur l’extension et l’articulation des cours d’eau dans le contexte du bassin et l’état du lit : rectifié, tamponné ou submergé.

Dans la mise à jour de 2022, ces bases de données ont été améliorées, avec l’inclusion des réservoirs, des aqueducs et des stations d’exploitation de huit grands systèmes de production d’eau de Sabesp, même en dehors des limites métropolitaines : Alto Cotia, Alto Tietê, Cantareira, Guarapiranga, Ribeirão da Estiva, Rio Claro, Rio Grande et São Lourenço.

Pour accéder à ces bases de données, il vous suffit de vous rendre sur dans ce lien dans Téléchargements de données, sélectionnez l’élément Environnement dans le menu bleu, sur le côté droit de l’écran, et Afficher plus, lorsque les éléments apparaissent : Bassins hydrographiques des premiers fleuves de grandeur au Brésil ; Bassins hydrographiques des fleuves de seconde magnitude au Brésil ; bassins hydrographiques de la région métropolitaine de São Paulo ; Réseau hydrographique de la région métropolitaine de São Paulo et réseau hydrographique en polygones (Massas d’Água) de la région métropolitaine de São Paulo.

Les fichiers de base sont dans fichier de formesun format utilisé par plusieurs applications de géotraitement et qui comporte quatre fichiers : .shp (le fichier fichier de formes lui-même), un autre .shx (index avec les caractéristiques des géométries), .prj (système de coordonnées et informations de projection) et .dbf (qui a les différents attributs). Après téléchargement des fichiers, les cartes peuvent être visualisées avec des logiciels spécifiques tels que QGIS qui a un code ouvert et qui permet également l’édition et l’analyse de données géoréférencées.

Pour plus d’informations sur le Centre d’études Metropolis, visitez https://centrodametropole.fflch.usp.br

.

Texte adapté du Center for Metropolis Studies

.

Vous pourriez également aimer...