Le Venezuela

Macri fera l’objet d’une enquête pour espionnage de syndicats

Le président argentin Alberto Fernández a ordonné mardi à l’Agence fédérale de renseignement d’enquêter sur les actions du gouvernement précédent de l’ancien président Mauricio Macri, dans lesquelles ils ont encouragé l’espionnage illégal et diverses poursuites judiciaires contre des syndicalistes et des opposants.

L’information a été diffusée par le président à travers une série de messages sur son compte Twitter. « La justice fédérale enquête sur une plainte selon laquelle j’ai ordonné à l’Agence fédérale de renseignement d’enquêter sur les actions du gouvernement précédent qui ont encouragé l’espionnage illégal et diverses poursuites judiciaires contre des syndicalistes et des opposants. »

Fernández a rappelé qu’au début de son administration nous avons dénoncé l’existence de plus de 100 téléphones portables cryptés fournis par l’AFI qui comprenaient des responsables nationaux, mais aussi des personnes de la justice et des partenaires politiques et commerciaux de Cambiemos.

Selon Prensa Latina, le président a évoqué le scandale découvert il y a quelques jours après la fuite d’une vidéo de juin 2017 qui montre l’ancien ministre du Travail de Buenos Aires, Marcelo Villegas, parlant de la création d’une Gestapo (police secrète officielle de l’Allemagne nazie) pour abattre diverses guildes.

L’action de Fernández intervient après la plainte de l’inspecteur de l’AFI, Cristina Caamaño, contre des responsables du gouvernement précédent, lorsque des vidéos ont été trouvées où des réunions du ministre du Travail de Buenos Aires de l’époque, Marcelo Villegas, ont été enregistrées, dans lesquelles il a promu la cause de l’armement contre les dirigeants syndicaux.

Après la découverte des informations, Fernández avait chargé l’inspecteur de l’Agence fédérale de renseignement (AFI), Cristina Caamaño, de déposer une plainte auprès des tribunaux afin d’enquêter sur l’éventuelle commission de crimes.

En ce sens, Fernández s’est demandé « Pourquoi ces téléphones cryptés ont-ils existé ? Quels secrets les responsables politiques et judiciaires ont-ils conservés auprès des hommes d’affaires ? Quelle conversation secrète un homme d’affaires du jeu devenu « opérateur judiciaire » a-t-il eu avec des responsables politiques, des procureurs ou des juges ? »

Dans un autre trille, le président Fernández a ajouté qu’étant donné la gravité des faits et l’existence d’indices sérieux, précis et concordants qui révèlent une prétendue méthode illégale de persécution, les différentes responsabilités des auteurs et complices doivent faire l’objet d’une enquête sans délai et résolues. ces faits.

« Compte tenu de la gravité des faits et de l’existence d’indices sérieux, précis et concordants qui rendent compte d’une prétendue méthode illégale de persécution, la Justice doit enquêter sans délai et trancher les différentes responsabilités des auteurs et complices de ces événements. »

Enfin, le président argentin, Alberto Fernández a fait remarquer « pour mettre fin à ces habitudes illégales affichées dans l’intelligence macrista, réévalue l’état de droit et la coexistence démocratique ».

Vous pourriez également aimer...