Le Venezuela

Maduro a proposé des réunions publiques de dialogue avec l’opposition radicale

Le président de la République, Nicolás Maduro, a assuré qu’avoir réussi à amener l’opposition extrémiste vénézuélienne à la table du dialogue en Norvège, « est un triomphe révolutionnaire. Nous allons les emmener, ces opposants à la Révolution, sur le terrain où tout se définit, les élections », a-t-il déclaré.

« Nous, révolutionnaires, faisons de la politique pour l’union, tout ce qui peut être uni, dans une phase de bataille permanente contre l’agression impériale, nous ne pouvons pas baisser la garde une seconde. »

« Combien de fois ai-je interviewé les envoyés de Norvège, je ne le dis pas, 15 fois…. Combien de fois Héctor Rodríguez et Jorge Rodríguez se sont-ils rencontrés ? et finalement nous avons fait asseoir tout le monde. Je veux un dialogue basé sur un agenda national, pour le bien du pays, mais dans ce dialogue, pour soulever la vérité crue du Venezuela. C’est pourquoi je ratifie, comme l’a fait Jorge Rodríguez devant la délégation norvégienne qui se trouve au Venezuela et sert de lien avec les différents secteurs de l’opposition, le lien pendulaire, comme on dit, a ratifié notre agenda ».

Le président a déclaré que ce n’est pas un dialogue, ce n’est pas n’importe qui, c’est différent, il doit soulever crûment des questions nationales et a réaffirmé les points à l’ordre du jour :

1.- La levée immédiate des sanctions et des mesures coercitives unilatérales imposées par l’impérialisme.

2.- Reconnaissance de la Constitution Nationale et des 5 Pouvoirs Publics

3.- Restitution immédiate des comptes bancaires avec de l’argent kidnappé et des actifs kidnappés tels que Citggo et Monómeros, le retour de la richesse au Venezuela.

4.- Nous voulons que ce soit un événement public, avec une transparence informative. «Avec des appareils photo et de la photo publique, comme il se doit. Nous ne voulons plus de réunions secrètes ».

Maduro a commenté que de nombreux opposants se réunissent en privé, la première chose qu’ils demandent est que le dialogue soit secret. « Par exemple, la rencontre de Freddy Guevara avec Torrealba, des conversations qui ont été fructueuses, mais cela a été possible puisque Guevara a été gracié par moi. Tu es parti et maintenant tu veux être candidat, tu veux être gouverneur, ils veulent me rencontrer, ils en ont marre de Guaidó, ils veulent inscrire leurs candidats, grâce à moi parce que je suis ton président Freddy Guevara », a-t-il commenté.

Pour conclure, il a insisté sur la volonté de dialogue de son gouvernement. « Nous voulons partir de bonne foi, dès que les modalités de travail et les détails seront convenus, nous nous asseoirons dans un climat de paix qui culminera avec un parti électoral le 21 novembre ».

Vous pourriez également aimer...