Maduro: le Venezuela est en paix et maintenant un processus électoral a commencé

Le président de la République, Nicolás Maduro, a affirmé ce dimanche lors d’une interview avec Juan Carlos Molina dans l’émission Rompiendo Moldes sur Radio 10 en Argentine, que le Venezuela est un pays en paix et a maintenant entamé un processus électoral.

« Malgré les agressions économiques et politiques, les tentatives de coup d’État, l’auto-proclamation de Trump et les menaces d’invasion, le Venezuela n’a jamais arrêté son calendrier électoral et maintenant nous allons vers une méga-élection (…) Le pays a cette année pris la voie de la reprise économique » .

En ce sens, Maduro a souligné qu’une véritable économie se développe au Venezuela, une économie qui répond aux besoins de la population. « Pour la première fois en 100 ans, le Venezuela produit pratiquement 100 % de sa nourriture. »

Il a rappelé que le Venezuela depuis 14 mois n’avait pas exporté une goutte de pétrole. « Nous avons eu 14 mois sans exporter une goutte de pétrole mais nous avons appris à faire beaucoup avec peu, faire beaucoup avec rien. »

Le dignitaire a évoqué le fait que le pays est dans le collimateur d’une attaque des médias nationaux et internationaux, de l’oligarchie politique et économique. « La droite continentale, une droite formée à l’école de Washington, est habituée aux mensonges extrêmes, aux mensonges répétés qui cherchent à stigmatiser, marquer et écraser les processus de changement et de transformation, populaires et révolutionnaires qui ont émergé ces 100 dernières années ».

Il a souligné qu’il n’y a pas de pays sur le continent ou dans le monde plus attaqué et plus persécuté que la République bolivarienne du Venezuela.

« Pour nous, ce n’est pas un symptôme d’apitoiement sur nous-mêmes, de se plaindre et de pleurnicher, au contraire, ce sont des symptômes de lutte, de combat, d’avance et de difficultés pour nous rendre plus forts », a déclaré Maduro.

Au cours de l’entretien, le chef de l’État a indiqué qu’entre 2020 et jusqu’à présent en 2021, plus de 350 000 ressortissants sont rentrés dans le pays grâce au Plan Vuelta a la Patria, « nous avons des milliers de personnes inscrites pour rentrer au pays de différentes parties du monde », a-t-il déclaré.

«Chaque fois que nous le pouvons, nous envoyons des avions de la compagnie aérienne vénézuélienne Conviasa tous frais payés à la recherche de compatriotes au Chili, au Pérou, en Équateur, en Argentine qui sont partis terrifiés à cause de la xénophobie (…) Je vous ai envoyé un message : venez à votre patrie. Ici, vous êtes les bienvenus. Si vous êtes à l’étranger, ne dites pas du mal de votre pays. Je vous souhaite bonne chance et ne vous alignez pas à droite », a déclaré le président Maduro.

Le leader national a souligné que le Venezuela n’avait jamais connu de phénomène migratoire. « C’était une soupape de sécurité » face aux sanctions. Le Venezuela s’était vu interdire de vendre ou d’acheter des produits dans le monde, « nous ne pouvions pas vendre de pétrole, d’or, d’acier, de fer, d’aluminium, ni de produits d’exportation », il a affirmé que les navires étaient persécutés, les comptes étaient gelés les banques à l’étranger « étaient volées plus de 10 milliards de dollars.

« Grâce à l’Inde, la Chine et la Russie, nous avons pu apporter les médicaments contre le covid. Nous avons dû faire une triangulation et le Remdesivir nous a coûté trois fois plus qu’il ne coûte à cause de la persécution américaine pour qu’ils ne nous vendent pas », a-t-il déclaré.

Al ser consultado sobre el impacto de las sanciones en la población, Maduro resaltó que el pueblo venezolano es el más afectado de las sanciones y el bloqueo imperial contra el país, al tiempo que reiteró que Venezuela pasó de percibir $54 mil millones anuales a $460 millones l’année dernière. « Nous n’avons pas fermé une école, une université ou un hôpital en général, et les droits sociaux n’ont pas été restreints. »

« Le Venezuela avait le salaire minimum le plus élevé d’Amérique latine en raison des grands revenus du pays qui ont été distribués en salaires, en améliorations sociales et à la suite des sanctions, nous sommes devenus l’un des plus bas de la région », mais nous l’avons récupéré .

Pour cette raison, le Dignitaire a souligné la création du Comité Local d’Approvisionnement et de Production (Clap) qui dessert près de 7 millions de foyers dans le pays, pour apporter un marché mensuel à chaque foyer. « Nous prenons le marché, les protéines animales pour nous pelleter la perte de revenus. »

Il a ajouté que l’enjeu des sanctions est de faire souffrir la population pour qu’elle s’embrouille politiquement, de se rebeller contre les gouvernements et de mener des révolutions de couleur « comme on l’a vu ailleurs ».

« L’actuel secrétaire Antony Blinken est l’un des grands experts aux Etats-Unis depuis des années dans l’étude des sanctions et l’objectif est de faire souffrir la population », a-t-il déclaré.

Il a souligné que le Venezuela avait une grande capacité de résilience et de résistance face à ces circonstances. « En plus de cette situation, nous avons affiné les politiques d’aide aux personnes ayant droit à l’alimentation, à l’éducation, au logement et à la santé (…) Nous avons récupéré des revenus et à travers la carte nationale nous avons accordé des obligations directes à la famille. « 

Le président de la République, Nicolás Maduro, a affirmé que son homologue américain, Joe Biden, n’avait annulé aucune des sanctions imposées au Venezuela. « Beaucoup d’Américains ont voté pour un changement et malheureusement nous n’avons pas vu ce changement », a-t-il déclaré dans une interview avec Juan Carlos Molina à l’émission Rompiendo Moldes sur Radio 10 en Argentine.

En ce qui concerne la Colombie, il a signalé qu’il y a 823 Vénézuéliens disparus dans ce pays, « il y a une persécution ». Il a dit que les puissances occidentales défendent l’oligarchie de la drogue qui la gouverne. « Dans ce pays, il y a une attaque xénophobe contre les Vénézuéliens. »
Il a ratifié qu’il se battra pour la défense et les droits de nos ressortissants, c’est pourquoi il portera les plaintes de xénophobie et de persécution des Vénézuéliens devant la Cour pénale internationale.

Il a indiqué que cette semaine, ils auront une journée de travail « et nous apporterons la réalité du Venezuela devant la Cour », concernant la visite que le procureur de la CPI, Karim Khan, effectuera au Venezuela entre aujourd’hui et après-demain.

En ce sens, il a rappelé que l’année 2017 a connu 120 jours de harcèlement violent du Gouvernement avec appels au coup d’État, guarimbas et insurrection au cours desquels plus de 19 personnes ont été incendiées. « Ils ont essayé d’exploiter la violence devant les organisations internationales », a-t-il dénoncé.

★★★★★