La Colombie

Le ministère de la Santé veille à ce que les enfants de plus de trois ans soient vaccinés cette année

Après avoir annoncé la position d’Invima concernant la vaccination des enfants de moins de 12 ans avec le Sinovac biologique contre le covid-19, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Fernando Ruiz Gómez, a expliqué comment progresse le processus d’approbation finale pour la vaccination de cette population.

Le responsable du portefeuille a indiqué que le Invima n’a pas résolu la demande de Sinovac, ce dont le comité consultatif sur les vaccins du ministère a besoin pour prendre une décision. « La demande de Sinovac est d’étendre l’utilisation d’urgence pour vacciner les enfants de 3 ans et plus », mentionné.

Du Minsalud a demandé à Invima une décision urgente, car il y a encore des limitations pour reprendre présence totale dans les établissements d’enseignement, à tous les niveaux, mais selon Ruiz, cela peut être résolu avec la vaccination des enfants dans le pays.

« Nous avons un stock d’environ 15 millions de vaccins dans le pays. Notre aspiration est que les enfants soient vaccinés cette année ; nous aimerions être vaccinés dès l’âge de cinq ans, mais cela dépend de la décision prise par Invima », ajoutée.

Des associations scientifiques, telles que l’Association colombienne d’infectologie, l’Association colombienne d’immunologie et la Société colombienne de pédiatrie, soutenir la vaccination dans la population entre 6 et 12 ans.

Le ministre a souligné que, jusqu’à présent, si la demande de Sinovac pour Invima est approuvée, le les enfants de moins de 12 ans seraient vaccinés en deux doses, comme celui des adultes.

Quatrième sommet

Ruiz Gómez a assuré que « Au fur et à mesure que nous avançons dans la vaccination et que nous nous protégeons, l’éventualité de ce quatrième pic est reportée dans le temps. Avant que nous en parlions, cela pourrait être en octobre, mais une bonne couverture vaccinale, en particulier dans la population la plus sensible, qui est la population âgée, nous a permis de reporter le risque du quatrième pic ».

Cependant, il a rappelé que les célébrations d’Halloween approchent, certaines fêtes en novembre et toutes les activités de vacances et les festivités de décembre, au cours desquelles il y a un plus grand nombre d’interactions et il est donc nécessaire d’augmenter la couverture vaccinale contre le covid-19.

Dans le même ordre d’idées, il a réitéré qu’aucune ville ne peut prendre de décisions concernant les mesures de biosécurité, car celles-ci relèvent de la responsabilité directe du ministère de la Santé, sur la base de l’urgence sanitaire, du décret législatif et des dispositions de la résolution 777 de 2021 et de ses amendements.

« Nous espérons que les maires lisent les règlements et comprennent la portée de leurs décisions et de leurs pouvoirs, et comprennent ceux de l’ordre national. Nous pensons que dans le cas de Medellín, comme dans le reste des villes du pays, nous sommes pas encore dans un scénario de retrait des masques et, clairement, le public est conscient que le quatrième pic peut arriver et il est nécessaire d’avoir une prévention suffisante pour cela », a souligné le fonctionnaire.

Vous pourriez également aimer...