La Colombie

María Fernanda Cabal demande au président Duque de prendre des mesures dans l’affaire MinTic

La sénatrice de Cali du Centre Démocratique, María Fernanda Cabal Molina, l’un des plus fervents défenseurs de l’uribisme et du gouvernement actuel, n’a pu s’empêcher de manifester face au scandale du contrat passé par le Ministère des Technologies de l’Information et de la Communication, à la tête de Karen abudinen et l’Unión Temporal Centros Poblados pour apporter la connectivité aux zones rurales les plus reculées du pays et par lequel 70 milliards Les dépôts d’une avance sont « emballés ».

Après que le scandale eut été connu, le Président de la République, Ivan Duque Marquez a été le premier à sortir défendre le ministre du MinTic affirmant qu’elle est une personne honnête et travailleuse et qu’elle a toujours eu pour drapeau dans chaque institution qu’elle a présidée, la lutte contre la corruptionCependant, les questions et les incohérences du contrat qu’elle a signé laissent beaucoup à désirer pour un fonctionnaire qui s’en prendrait à des pratiques de corruption.

Le sénateur de 57 ans et qui aspire à une candidature à la présidentielle aux élections de 2022, s’inquiète de la situation qui se présente à cause du contrat MinTic car le nom d’un gouvernement qui l’a toujours recherché est remis en cause mener des marchés publics en toute transparence.

« Qu’est-ce qui se passe et qu’est-ce qui produit chaque jour une nouvelle pire que la précédente, en raison de l’examen minutieux des médias et des entités de contrôle, il doit amener le gouvernement du président Iván Duque à expliquer en détail le processus contractuel et à identifier les fonctionnaires impliqués et à les révoquer immédiatement de leurs fonctions, en vertu du principe de « vérité connue et bonne foi gardée  ».

Le sénateur se préoccupe non seulement de l’image du gouvernement du président Iván Duque Márquez, mais aussi de celle de son parti, le Centre démocratique, qui, selon le parlementaire, a dénoncé et lutté contre la corruption dans le pays, un problème grave qui coûte au pays près de 50 milliards de pesos.

Plusieurs secteurs politiques demandent la démission du MinTic, Karen abudinen, mais le président colombien insiste sur sa transparence, une raison que les membres de son propre parti commencent déjà à rejeter.

La sénatrice María Fernanda Cabal espère que les entités de contrôle agir avec la plus grande diligence pour tout savoir la vérité des faits qui ont encerclé ce contrat qui pourrait faire perdre au pays 70 milliards de pesos.

Vous pourriez également aimer...