La Colombie

Mastercard et la brasserie Ambev deviennent sponsors de la Copa América 2021

Mastercard a décidé de « ne pas activer » son parrainage de la Copa América qui se tiendra au Brésil, après le refus de la Colombie et de l’Argentine, et qui a suscité une énorme polémique en raison de la forte incidence de la pandémie de coronavirus dans le pays.

« Après une analyse minutieuse, nous avons décidé de ne pas activer notre parrainage de la Copa América au Brésil », a déclaré la multinationale américaine dans une note envoyée à Efe.

Ainsi, Mastercard, qui soutient la compétition depuis 1992, n’affichera pas sa marque ni ne fera de publicité dans cette édition de l’America’s Cup, qui débutera dimanche prochain et se déroulera jusqu’au 10 juillet au Brésil.

Des sources de la société ont souligné à Efe que Mastercard est toujours le sponsor officiel de l’America’s Cup dans le cadre du contrat actuel, mais qu’elle a choisi de ne pas exposer sa marque dans cette édition particulière.

Le concours, qui en 2020 était déjà reporté en raison de la crise sanitaire, devait initialement se tenir en Colombie et en Argentine, mais les deux pays ont perdu la possibilité de le tenir pour diverses raisons.

La première en raison des graves manifestations qui se produisent sur son territoire et la seconde en raison de la situation critique de ses hôpitaux en raison du coronavirus, similaire à celle du Brésil.

C’est alors que le Brésil a accepté d’accueillir la compétition à la dernière minute, dans une décision qui a reçu l’aval du président Jair Bolsonaro et de la Confédération brésilienne de football (CBF), et qui a été critiquée par les secteurs politiques les plus divers, de la gauche à la le droit modéré, et sanitaire.

Avec plus de 475 000 décès et 17 millions d’infections, le Brésil est le pays d’Amérique latine le plus touché par le SRAS-CoV-2, le deuxième au monde avec le plus de décès et le troisième avec le plus de positifs, derrière les États-Unis et l’Inde.

Au cours des sept derniers jours, le géant sud-américain a signalé environ 60 000 cas et quelque 1 650 décès quotidiens liés à la maladie.

Dans les quatre villes hôtes, Brasilia, Rio de Janeiro, Cuiabá et Goiania, le système de santé publique est sous forte pression avec des taux d’occupation des unités de soins intensifs allant de 70 à 90 %.

La semaine dernière, il y avait des spéculations sur un éventuel boycott par les joueurs, menés par les Brésiliens, qui ont finalement choisi de jouer le tournoi, bien qu’ils aient critiqué la façon dont il a été organisé.

« Nous sommes contre l’organisation de la Copa América, mais nous ne dirons jamais non à l’équipe brésilienne », ont déclaré les joueurs et entraîneurs dans un manifeste à l’issue du match contre le Paraguay pour les tours qualificatifs de la Coupe du monde Qatar 2022.

Cependant, la coupe reste en suspens, puisque la Cour suprême brésilienne analysera à partir de jeudi prochain deux recours qui demandent la suspension du tournoi.

Ambev, un autre sponsor de la Copa América qui s’en sort

Ambev, la filiale brésilienne de la multinationale belge AB InBev, le plus grand brasseur au monde, a annoncé ce mercredi qu’elle n’exposerait pas ses marques à la Copa América qui se tiendra au Brésil à partir de dimanche prochain, avec la pandémie de coronavirus toujours hors de contrôle.

C’est le deuxième sponsor à perdre cette édition du tournoi après la multinationale américaine Mastercard, qui avait annoncé quelques heures auparavant qu’elle « n’activerait pas » son parrainage de la Copa América au Brésil, où s’est déroulé le concours après le refus de la Colombie et de l’Argentine, initiales des lieux.

« Ambev informe que ses marques ne seront pas présentes à la Copa América. La société poursuit son engagement et son soutien au football brésilien », a déclaré la société dans un bref communiqué envoyé à Efe.

Le concours, qui en 2020 avait déjà été reporté en raison de la pandémie de coronavirus, devait initialement se dérouler en Colombie et en Argentine, mais les deux pays ont perdu la possibilité de le tenir pour diverses raisons.

La première en raison des graves manifestations qui se produisent sur son territoire et la seconde en raison de la situation critique de ses hôpitaux en raison du coronavirus, similaire à celle du Brésil.

C’est alors que la Conmebol, l’organisateur du tournoi et la plus haute autorité du football sud-américain, a annoncé de manière inattendue le Brésil comme nouveau siège, après avoir obtenu l’aval du président Jair Bolsonaro, qui nie la gravité du covid-19, et de la Confédération Brésilienne de Football (CBF).

La décision d’amener la Copa América au Brésil a été largement critiquée par les secteurs politiques les plus divers, de la gauche à la droite modérée, et les agents de santé.

Avec plus de 475 000 décès et 17 millions d’infections, le Brésil est le pays d’Amérique latine le plus touché par le SRAS-CoV-2, le deuxième au monde avec le plus de décès et le troisième avec le plus de positifs, derrière les États-Unis et l’Inde.

La semaine dernière, il y avait des spéculations sur un éventuel boycott par les joueurs, soi-disant dirigés par les Brésiliens, qui ont finalement choisi de jouer le tournoi, bien qu’ils aient critiqué la façon dont il a été organisé.

Cependant, la coupe reste en suspens, puisque la Cour suprême brésilienne analysera à partir de jeudi prochain deux recours qui demandent la suspension du tournoi.

EFE

Vous pourriez également aimer...