Le Brésil

Modification de la législation du programme de repas du travailleur

Dans une note technique de la 20e Lettre de conjoncture de l’Université municipale de São Caetano do Sul (USCS), j’ai analysé le récent décret no. La PAT a été créée par la loi 6 321 du 14 avril 1976 et a été réglementée jusqu’en novembre 2021 par le décret n° 5 du 14 janvier 1991. Ce décret a été entièrement abrogé, avec la réglementation de la loi, dans les articles 166 à 182, par un autre décret, 10 854, du 10 novembre.

Compte tenu de la législation brésilienne sur les amendements à la législation du travail, en janvier 2021, une consultation publique a été lancée par le Secrétariat spécial à la sécurité sociale et au travail, sur le projet de décret établissant le «Programme permanent de consolidation, de simplification et de débureaucratisation des normes du travail». et le Prix national du travail ».

Le projet susmentionné contenait 182 articles et la consultation serait initialement clôturée le 5 mars. Cependant, en raison des polémiques contenues dans le projet de texte, il y a eu des prolongations de la période de consultation et le texte final sous forme de décret a été publié au Journal officiel de l’Union le 10 novembre 2021, avec le nombre 10 854.

manifestations contraires

Également pendant la phase de consultation, des entités plus directement liées au droit du travail, telles que l’Association nationale des magistrats du travail (Anamatra), l’Association nationale des procureurs du travail (ANPT), l’Association brésilienne des avocats du travail (Abrat) et l’Union nationale des contrôleurs des impôts sur le travail (Sinait), ont exprimé leur opposition.

Selon les entités, la publication d’un décret qui, sous prétexte de réglementer les dispositions légales, visait à la création du Prix national du travail et du Programme permanent de consolidation, de simplification et de débureaucratisation des normes du travail. Mais aussi la révision et la consolidation de 31 décrets.

Les centrales syndicales ont également répondu à la consultation par de sévères critiques à l’encontre de l’initiative gouvernementale. Parce qu’elle ouvre la possibilité que même une ONG puisse être légitimée pour remplir un rôle qui est constitutionnellement garanti aux syndicats. Et parce qu’ils jugent évidente l’intention de réduire le rôle du mouvement syndical, ce qui est d’ailleurs déjà en cours depuis le coup d’État de 2016 et la réforme du travail approuvée en 2017.

Pourtant, 11 mois après le début de la consultation publique, le décret publié conserve, dans sa quasi-totalité, le texte initialement publié.

surprend

Les questions liées au PAT sont débattues au Conseil national du travail. Il s’agit d’un organe de consultation qui comprend le nouveau ministère du Travail et de la Prévoyance, les centrales syndicales et les confédérations patronales. Mais les représentants des salariés et des employeurs ont été surpris de voir le sujet inclus dans le nouveau décret.

Dans l’article 177 du nouveau décret, les opérateurs de bons alimentaires sont tenus de « permettre l’interopérabilité entre eux et avec les accords de paiement ouverts » (Brésil, 2021). Ainsi, le travailleur pourra utiliser le ticket-repas dans n’importe quel établissement, quelle que soit son accréditation.

En outre, le nouveau décret permettra une flexibilité du drapeau et donnera également au travailleur la possibilité de « la libre portabilité du service de paiement alimentaire offert par la personne morale », comme indiqué à l’article 182″.

Il existe cependant un délai d’adaptation pour les entreprises, puisque les modifications liées au PAT ne commencent à être valables que 18 mois après la publication du décret. Le texte présidentiel a été publié le 11 novembre 2021, de sorte que le délai accordé aux entreprises pour s’adapter et aux travailleurs pour bénéficier des nouvelles règles ne s’achève qu’au début de 2023.

Le PAT a été créé en 1976 comme l’une des politiques de lutte contre la faim, et pour cela, une incitation a été créée pour les personnes morales à fournir de la nourriture à leurs employés via leurs propres restaurants, ou exploités par des tiers, ou même, en fournissant de  » bons alimentaires ». À cette fin, le gouvernement fédéral met à disposition une incitation fiscale, avec la déduction jusqu’à deux fois le montant dépensé pour l’alimentation dans l’impôt sur le revenu des sociétés.

Lire d’autres articles de la série « Development in Focus »

Bien que le décret 10 854 prévoie, entre autres, le repos hebdomadaire payé, les bons de transport, le programme alimentaire des travailleurs, la prime de Noël, la médiation dans les négociations collectives à caractère de travail, étrangement, un changement a été inclus dans le règlement de l’impôt sur le revenu. L’amendement à l’article 645 restreint l’incitatif fiscal du Programme alimentaire des travailleurs. Les dépenses alimentaires ne peuvent être déduites que pour les employés qui gagnent jusqu’à cinq fois le salaire minimum.

Cependant, il sera possible de déduire les dépenses alimentaires pour tous les travailleurs de la personne morale, sans se limiter à ceux qui perçoivent jusqu’à cinq salaires minimums, si l’entreprise dispose de son propre service de restauration ou de distribution de nourriture par l’intermédiaire de fournisseurs collectifs de nourriture. .

Dans les deux cas, la déduction est limitée à un maximum d’un salaire minimum par salarié.

Dans le domaine nutritionnel, les règles précédemment établies par le ministère du Travail et du Bien-être et le ministère de la Santé, pour l’installation de leurs propres services de restauration dans les entreprises, restent en vigueur.

Simplification

Dans une analyse à vol d’oiseau du texte du décret 10.854, nous pouvons conclure que la simplification de la législation est la bienvenue, car elle permet à toutes les parties intéressées de la comprendre. Le PAT a perdu le statut d’avoir sa propre réglementation, commençant à être réglementée par ce décret au milieu d’autres questions de travail. Les aspects fiscaux du programme alimentaire des travailleurs ont été inclus dans le décret 9 580 de 2018, qui traite de l’impôt sur les sociétés.

En outre, il est évident que les travailleurs dont le salaire est supérieur à 5 500 R$ ne bénéficieront du programme que s’il existe un service de repas ou de distribution alimentaire propre aux entreprises. Si l’employeur utilise des coupons alimentaires ou des coupons alimentaires, ce groupe de travailleurs sera à la merci de la négociation collective.

Au final, après avoir fait les comparaisons entre l’ancien décret et le nouveau décret, on peut dire que ce n’est qu’après l’application de la nouvelle législation, et la pratique des professionnels impliqués dans le sujet et des travailleurs eux-mêmes, il sera possible de savoir si les nouvelles règles de la PAT seront bénéfiques ou non.


Sidney Sassi est professeur dans les cours de nutrition et de gastronomie à l’école technique d’État Júlio de Mesquita. Diplôme de troisième cycle en gastronomie et cuisine d’auteur de la PUC-RS, en obésité et perte de poids de l’AVM – Faculdade Integrada, et en gestion scolaire et éducation numérique de la Faculdade Venda Nova do Imigrante

Vous pourriez également aimer...