Le Brésil

Moins d’un an après que Covas a déclaré que la ligne de garderie avait été mise à zéro, 28 000 enfants attendaient une place

São Paulo – Au moins 28 592 enfants attendaient une place dans les garderies publiques de São Paulo neuf mois après le maire de l’époque Bruno Covas (PSDB), décédé en janvier de cette année, et son successeur, l’actuel maire Ricardo Nunes (MDB ), annoncent qu’ils ont mis à zéro la file d’attente à la garderie. Les données, cependant, sont déjà obsolètes, car elles se réfèrent à septembre et n’ont été publiées que le 10 novembre, après avoir remis en cause le Radio actuelle du Brésil sur le manque de mise à jour.

Les pires situations se trouvent dans des quartiers comme Sapopemba, à l’est, avec 1 250 enfants en file d’attente ; Tremembé, dans la zone nord, avec 1 010 enfants en attente d’une place, et à Grajaú, dans la zone sud, avec 988. L’assistante administrative Letícia Marinho, habitante de Jardim Myrna, dans la région de Grajaú, dit qu’elle attend une place pendant quatre mois.fils Arthur, âgé d’un an et cinq mois.

« Cela fait quatre mois que j’ai demandé une place pour mon fils et ils ont demandé d’attendre. Ils ont dit que dans les cinq jours ouvrables ils me donneraient une réponse, mais ils ne m’ont pas répondu jusqu’à présent. J’ai déjà appelé là-bas et ils m’ont dit qu’ils n’avaient toujours pas de place pour lui. Je paie cher pour qu’une personne s’occupe d’elle et je paie aussi un loyer et tout, pour moi, c’est encore plus lourd de devoir payer pour cette personne », raconte l’assistante.

tromper la population

Letícia dit également qu’elle a demandé des informations sur le poste vacant mardi (16) et qu’elle a été informée qu’il y avait encore 60 enfants en ligne, devant son fils. Pour le conseiller municipal et membre de la commission éducation du conseil municipal, Celso Giannazi (Psol), la situation montre que l’annonce de la fin de la file d’attente, le 12 décembre de l’année dernière, n’était rien de plus qu’un « maquillage » dans le Les données.

«Ce que le maire Ricardo Nunes et son administration ont fait, c’est combler les demandes de postes vacants dans les garderies. Car depuis l’année dernière, pendant la campagne électorale, avec toujours le maire Bruno Covas, l’administration a tenté de se rattraper, créant des postes vacants, des crèches et des écoles fantômes pour dégager la file d’attente. Et ce qu’on a vu, ce sont des unités qui n’avaient pas la structure minimale pour être des unités scolaires et qui déboursaient déjà des ressources publiques », conteste le conseiller.

La file d’attente à la garderie, un vieux problème

Célia Serrão, professeur à l’Université fédérale de São Paulo (Unifesp) et membre du Forum sur l’éducation des enfants de São Paulo, évalue également que la ville a profité de la pandémie et de l’enseignement à distance pour gonfler le nombre d’inscriptions effectuées.

« L’année dernière, nous étions à ce moment-là sans assistance en face à face. C’était un isolement complet, aucune activité en face à face avec les enfants. Nous avons eu une augmentation très importante des inscriptions à un moment où l’activité proposée était médiatisée par l’écran et il y avait une forte augmentation des inscriptions en garderie, de 0 à 3 ans. Ce que nous avons suivi et préoccupant dans le passé, c’est que trop d’espaces ont été attribués à des pièces qui n’existaient pas. Les inscriptions se sont faites avec des postes vacants qui n’existaient pas vraiment », décrit-il.

Cette situation fait référence à ce que RBA révélé en janvier 2018. À l’époque, lorsque Doria était maire de São Paulo, des centaines d’enfants étaient inscrits dans des garderies encore en construction. Il n’y avait aucune prédiction concrète du moment où ils pourraient assister aux cours. Malgré cela, les enfants ont été retirés des données sur la demande scolaire, raccourcissant artificiellement la file d’attente à la garderie.

En juin de la même année, dans une nouvelle tentative de réduire artificiellement la file d’attente à la garderie, le gouvernement Nunes a publié l’instruction normative 21, augmentant le nombre de bébés par classe dans les garderies. En règle générale, la crèche 1, qui accueille des enfants jusqu’à un an, passerait de 7 à 9 enfants par éducatrice. Et la crèche 2, de 11 mois à 2 ans, passerait de 9 à 11. Giannazi a réussi à faire annuler la mesure en justice. Il souligne que le gouvernement Nunes n’a pas de projet pour étendre le service, seulement pour précariser ce qui existe déjà.

Risques pour l’éducation de la petite enfance

L’enseignant estime qu’une augmentation du nombre d’enfants par classe, dans les crèches 1 et 2, pour répondre à la demande, nuira gravement à la qualité de l’éducation et même à la sécurité des enfants. Une autre mesure récemment proposée par le gouvernement Nunes est l’extinction de la division des enfants en mini-groupes. Ce qui peut aussi nuire à la prise en charge des enfants dans les garderies.

Aujourd’hui, le minigroupe 1 accueille jusqu’à 12 enfants âgés de 2 à 3 ans. Et le minigroupe 2 accueille jusqu’à 25 enfants âgés de 3 à 4 ans. La proposition de Nunes est qu’ils soient un groupe unique, dit multi-âge, avec jusqu’à 19 enfants, de 2 à 4 ans, ce qui permettrait d’augmenter le nombre d’enfants desservis. Cette mesure nuirait également à la prise en charge des enfants, car ils se trouvent à des stades de développement différents. Le conseiller a également déposé une plainte contre la mesure. Mardi, la justice a donné 72 heures à la ville pour se manifester sur le sujet. Le gouvernement Nunes, cependant, n’a pas répondu aux questions des RBA.

Consulter le rapport

Vous pourriez également aimer...