La Colombie

L’ELN libère un soldat kidnappé à Catatumbo

L’armée colombienne a rapporté le 3 novembre que Huber Fabián Chogó, un membre du bataillon du génie n°5 du colonel Francisco José de Caldas, avait été kidnappé dans ce village alors qu’il allait reprendre une activité militaire après un permis.

Après presque deux mois d’enlèvement, avec la médiation du bureau du médiateur et de l’Église catholique, l’ELN a libéré Chogó.

« Grâce à la médiation humanitaire du bureau du médiateur et de l’Église catholique, le militaire de carrière Huber Fabián Chogó a été libéré, qui avait été enlevé par l’ELN le 18 septembre dans la zone rurale d’El Tarra (Norte de Santander) alors qu’il était en route pour la base militaire. « , a rapporté ce vendredi le Médiateur sur son compte Twitter.

Les proches avaient demandé aux Forces Militaires de ne pas signaler cet enlèvement.

Le jeune militaire a affirmé au moment de sa libération, après 54 jours de captivité, avoir reçu « bon traitement et nourriture », et qu’il est « heureux » parce que, comme il l’a dit, « Je sors revoir ma famille », selon une vidéo diffusée par les guérilleros sur leurs chaînes.

« Le prisonnier a reçu un traitement humain en fonction de la réalité de la guerre qui existe dans la région », l’ELN a déclaré dans une communication.

Les enlèvements par cette guérilla de soldats et de policiers sont fréquents dans la région de Catatumbo, où Ils sont normalement détenus pendant plusieurs semaines et libérés après médiation d’organismes tels que le Bureau du Médiateur ou le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Le 3 novembre, l’armée a également dénoncé le enlèvement de deux militaires dans le village de Vetas Central, dans la municipalité de Tibú, dans la même zone, lorsqu’ils voyageaient dans un wagon-citerne « en mission de soutien humanitaire, livrant de l’eau potable à la communauté. »

De Catatumbo, également l’une des régions les plus pauvres et les plus oubliées de Colombie, les municipalités de Convention, El Carmen, El Tarra, Hacarí, La Playa, San Calixto, Sardinata, Teorama et Tibú.

Dans cette région frontalière du Venezuela, il y a une présence de la guérilla de l’ELN et de plusieurs dissidents des FARC, ainsi qu’un bastion de l’Armée populaire de libération (EPL) et d’autres gangs qui se disputent des couloirs de trafic de drogue et de récolte de coca. .

Vous pourriez également aimer...