La Colombie

Navire et UP

21 janvier 2021 – 23h35
Pour:

Beatriz Lopez

Il ne pouvait pas croire l’accusation d’Alberto Donadío selon laquelle l’ancien président Virgilio Barco était le déterminant de l’extermination de l’UP. Sur le portail «los Danieles», le journaliste, appuyé par un témoignage anonyme fragile, évoque la rencontre entre deux témoins déjà décédés et un militaire non identifié.

***

Il est impossible qu’un homme de souche libérale, sans traits d’autoritarisme, défenseur des droits de l’homme, qui a bravement affronté les assauts du trafic de drogue, ait conclu des accords non sanctionnés avec un espion israélien pour exterminer les 1500 membres de l’Union patriotique.

***

Je connais Donadío depuis que nous nous sommes rencontrés à Time, quand il faisait partie de l’Unité d’enquête dirigée par Daniel Samper. Connaissant sa rigueur en la matière, j’ai commencé à remonter ma mémoire jusqu’en 1986 pour scruter ce qu’était la présidence Barco, et je n’ai pas trouvé de fondement à une plainte aussi discutable du point de vue juridique et journalistique.

***

Lorsque Barco a succédé à Betancur, le terrorisme imposé par Pablo Escobar s’est déchaîné. Des voitures piégées ont explosé au DAS, El Espectador, à Eldorado. Il était là, avec sa figure d’homme d’État, un peu absent de la proéminence médiatique, puisque ses apparitions en public étaient comptées. De la campagne, il montra quelques difficultés oratoires.

***

Un personnage a émergé dans la maison de Nariño, qui a couvert les déficiences verbales et mémorielles de son patron: Germán Montoya, secrétaire général, qui allait devenir l’homme fort du gouvernement, puisqu’il présidait le «  Sanhédrin  » composé de Gustavo Barco, Mario Latorre, Fernando Cepeda et autres. Les hommes d’affaires, les ministres et la presse l’ont consulté et non le président.

***

Je me souviens de son voyage en Chine, lorsqu’il a souffert d’une grave obstruction intestinale et a été hospitalisé d’urgence dans le pays asiatique. Sa convalescence a duré plus longtemps que prévu, mais tout s’est bien passé au Palais. Montoya a couvert les imprévus en un temps si malheureux. À son retour au bureau, le Dr Barco a déjà montré des preuves de sa future démence sénile.

***

Le premier à douter de l’accusation de Donadío était Gustavo Duncan à El País, lorsqu’il a rappelé que «Barco a nommé les maires de l’UP, avant l’entrée en vigueur de l’élection populaire des maires, il a abrogé le décret du Front national qui donnait à l’armée le pouvoir d’armer. groupes d’autodéfense et a ouvert la voie à des accords de paix avec le M-19 et l’EPL.

***

Daniel Coronell lui-même, directeur du portail, l’enquêteur le plus diligent et le plus courageux de la presse colombienne, était également incrédule face à l’accusation de Barco par Donadío. Ramiro Bejarano, Felipe Zuleta et l’ancien procureur Gómez Méndez se sont exprimés dans ce sens.

La question reste latente de savoir qui a été le déterminant du plus grand génocide politique de notre histoire, qui semble aujourd’hui reprendre avec la mort sélective des défenseurs de la paix et réinsérés des FARC.

***

PS: Mariana Garcés, qui a accompagné le maire Jorge Iván Ospina dans la campagne, aujourd’hui dans l’œil de l’ouragan, le défend à Las 2orillas, mais en même temps attire son attention pour sa résistance à rendre transparents les chiffres des contrats inter-administratifs du Feria de Cali et éclairage mobile, « démontrant une claire incohérence d’un gouvernement alternatif et progressiste ».

Vous pourriez également aimer...