La Colombie

Nettoyeurs : les guerriers « invisibles » dans la bataille contre le Covid-19

Pour ne laisser aucune trace de coronavirus sur toute surface, vous devez être courageux ou avoir des gens courageux avec vous, comme Max l’expert de l’aspiration.

Ont également suivi un cours spécialisé dans les techniques de nettoyage et de désinfection. Il ne s’agit pas de frotter un chiffon de quelque manière que ce soit, de nettoyer la vadrouille ou de vaporiser de l’alcool. En aucune façon. Les nettoyeurs de la clinique Unidos por la Vida de Cali, où seuls les patients atteints de Covid-19 sont traités, doivent être, après les scientifiques et les médecins, les personnes qui connaissent le mieux le bogue de Wuhan, en Chine.

C’est peut-être pour cela qu’ils gardent une distance prudente, au point que l’enregistreur est incapable d’enregistrer clairement leur voix. En raison de la distance où ils se trouvent, mais aussi à cause du masque N95 qu’ils portent. Nancy Céspedes, 35 ans, qui vit avec sa mère et ses deux enfants, explique que c’est la règle d’or de son travail: prendre soin de soi pour prendre soin des autres, à commencer par le reporter.

Bien que nous soyons dans la « zone propre » de la clinique, c’est-à-dire où il n’y a ni patients ni personnel médical, juste une petite réception (et où tout est si propre que les sols, les portes des ascenseurs et les mains courantes shine) elle porte un chapeau, des lunettes de sécurité, le masque N95, une blouse antifluide, des gants et des leggings. Seuls ses yeux sont visibles, ce qui révèle une certaine timidité. Ce n’est pas souvent, explique-t-on avec le sourire, que malgré l’importance de leur travail, restant en première ligne contre Covid-19, les journalistes interrogent les nettoyeurs d’hôpitaux.

Nettoyants pour cliniques Covid-19

Même dans les zones «propres», Alba Orejuela Salinas utilise tous les éléments de protection.

Photo: Aymer Álvarez | Le pays

Nancy raconte qu’elle a commencé à travailler comme femme de ménage de la même manière que la plupart de ses collègues: d’abord dans les maisons familiales, dans les restaurants, elle était aussi baby-sitter, jusqu’à ce que l’entreprise Brillantex la recrute dans son personnel. C’est alors qu’il a suivi le cours de nettoyage et de désinfection de l’hôpital. Il a également appris, dans son intégralité, les protocoles à suivre contre Covid-19.

Cela peut vous intéresser: la Colombie est sur le point de passer un million de cas de covid-19, que disent les données sur la pandémie?

Il existe donc plusieurs techniques de nettoyage. L’un d’entre eux est appelé «glisser». Il consiste à toujours nettoyer les surfaces de haut en bas, ou de gauche à droite, dans un seul sens, « en évitant que le chiffon ne passe plusieurs fois au même endroit », évitant ainsi de salir la zone déjà désinfectée.

Une autre technique est celle du «huit». Il est utilisé pour nettoyer le sol formant le numéro 8, en s’assurant que toute la surface est nettoyée. Ou le zigzag, qui sert à nettoyer les équipements biomédicaux.

– Une autre règle d’or dans notre métier est le nettoyage du plus propre au plus contaminé. De cette façon, nous évitons la prolifération de micro-organismes dans les zones désinfectées – souligne Guillermo Renteria, originaire de Buenos Aires qui travaillait auparavant comme chauffeur et qui est maintenant le seul homme parmi le groupe de nettoyeurs de la clinique Unidos por la Vida. Dans la rue, ils l’appellent «la clinique Covid».

Nettoyants pour cliniques Covid-19

Guillermo Renteria est l’homme de Buenos Aires chargé de désinfecter les marches et les mains courantes à la clinique Unidos por la Vida.

Photo: Aymer Álvarez | Le pays

Le balayage d’un hôpital, et particulièrement en période de pandémie, est une autre question qui nécessite une préparation. Par exemple, vous ne devez jamais effectuer de balayage à sec dans les zones d’hospitalisation, de chirurgie ou de laboratoire, car les micro-organismes pourraient traverser la poussière. Il est balayé avec une vadrouille imbibée d’eau, de savon et de solution désinfectante.

Cela peut vous intéresser: les histoires difficiles de ceux qui ont vaincu le covid-19 dans une unité de soins intensifs

Le nettoyage des poussières nécessite également tout un manuel: dépose des parties basses (bases de bureau, lits, pieds de chaise), dépose des parties hautes (fenêtres, murs, plafonds), enlèvement horizontal ou vertical, y compris le nettoyage de table , des bureaux, des compteurs, « avec des mouvements parallèles et continus », quelque chose que Alba Orejuela Salinas connaît très bien, autre des nettoyeurs.

Elle n’est pas seulement chargée de désinfecter sa maison de la même manière qu’elle le fait à la clinique, mais elle la soutient face au coronavirus. Son mari était au chômage en raison de la pandémie. Il a travaillé dans le cirque Gasca Brothers, et les cirques resteront fermés qui sait combien de temps. Le mari d’Alba a organisé une vente de poisson pour le moment, « pendant que cela se passe ».

Pendant ce temps, des désinfectants puissants doivent également être utilisés pour éradiquer le bogue de n’importe quelle surface. Dans les zones où il y a des «déversements de liquide», c’est-à-dire du sang, on utilise de l’hypochlorite de sodium, un désinfectant à effet rapide sur un grand nombre de micro-organismes, qui doit cependant être rincé rapidement: non seulement il peut décolorer les objets, mais corroder les métaux.

Nettoyants pour cliniques Covid-19 4

Nancy Céspedes est l’une des dirigeantes de l’équipe d’hygiène de la clinique Unidos por la Vida.

Photo: Aymer Álvarez | Le pays

Au lieu de cela, les brancards et les équipements biomédicaux sont nettoyés avec des «désinfectants à haut spectre», à base de «cinquième génération d’ammoniums quaternaires», qui sont des composés chimiques efficaces contre les virus, les bactéries et les champignons. Tout est renforcé, explique le coordinateur du nettoyage, Jhon Jairo Enriquez, avec un nébuliseur, un appareil similaire à un aspirateur qui contient de l’ammonium quaternaire et de l’alcool glycériné.

– C’est comme la fumée d’une boîte de nuit. Le nébuliseur répand la fumée dans tout l’espace pour désinfecter. C’est un processus qui ne prend que quelques minutes.

Il n’y a d’ailleurs pas de calendrier spécifique pour faire la désinfection. Si, à ce moment, un patient atteint de Covid – 19 était admis, les nettoyeurs devraient passer derrière, à une distance prudente, désinfecter la zone couverte. Vous travaillez donc 24 heures sur 24, selon des équipes différentes.

Damaris Quiñónez, teint foncé, 36 ans – bien que ses traits la font paraître dix ans plus jeune – explique qu’il y a trois moments de son travail dans lesquels des mesures de protection supplémentaires doivent être prises: lorsque vous entrez dans l’unité de soins intensifs pour faire désinfection; lorsqu’une des cabines d’hospitalisation est entrée après la libération d’un patient; lorsque la morgue est nettoyée une fois qu’un cadavre est retiré.

«Dans ces cas, il faut utiliser des combinaisons de haute sécurité», intervient Nancy Céspedes, et ensemble, avant d’entrer dans ces lieux, ils prennent soin les uns des autres, s’assurant que le matériel est correctement porté.

Il est également inévitable de le nier, ajoutent-ils: la peur du virus était une chose à laquelle ils devaient également faire face. En seulement trois mois de fonctionnement de la clinique, 180 patients atteints de Covid – 19. Cela les a certifiés que là-bas, dans la rue, il y a beaucoup de faux. Ceux qui disent encore que la pandémie est un mensonge. Même de loin, les nettoyeurs ont vu des patients mourir, ou se sont retournés face contre terre dans leurs cabines pour mieux respirer, ce qui laisse quelques leçons. Comment valoriser vos proches, profiter, tant que vous le pouvez, de la famille. Célébrez la santé, la vie. C’est ce qu’ils font chaque fois qu’ils voient un patient qui quitte la clinique en respirant normalement. Au fil des jours, ils ont réussi à affronter le virus avec respect, «mais pas avec peur».

– Je ne travaille pas avec la peur. Parce que peut-être en travaillant avec la peur, mes défenses s’abaissent et on s’infecte plus rapidement. C’est un problème psychologique. Je travaille avec beaucoup d’amour – dit Guillermo Renteria, qui en plus de désinfecter la morgue, les escaliers du cinquième étage au premier, ainsi que les mains courantes et les murs, est en charge de séparer les vêtements utilisés par tout le personnel médical et de nettoyage, en les pesant, et envoyez-le à la blanchisserie. Il transporte également les déchets hospitaliers, toujours dans des sacs rouges, vers l’unité où ils sont collectés tous les mardis, jeudis et samedis.

Pour l’instant, aucun des nettoyeurs de la clinique Unidos por la Vida n’a été infecté par le nouveau coronavirus. Ils ont à peine eu peur il y a quelques semaines. C’est arrivé à Alba. Elle est revenue à la maison après le quart de huit heures et a commencé à se sentir mal. Elle avait mal à la tête, un malaise général, qui l’a alarmée. Quand elle a signalé les symptômes, ils lui ont dit qu’elle devait passer immédiatement le test Covid-19. Pendant que le résultat arrivait, elle était isolée, même si Alba, le quatrième jour, se sentait déjà royale. Le test est revenu négatif.

Sandra Villamil, la directrice administrative de la clinique, affirme que la base de la protection de l’entité sont les nettoyeurs, « donc dans le cadre des soins prodigués au personnel, ils occupent la première place ».
– Sans le travail des nettoyeurs, il serait impossible pour les médecins de traiter la pandémie. Avec leur travail, ils protègent les patients, leurs compagnons, spécialistes et administrateurs. Sans eux, nous ne pourrions pas travailler, nous prenons donc soin d’eux avec les meilleurs outils et protocoles.

Leurs familles prennent également soin d’eux. Alba dit en riant qu’à chaque fois qu’elle rentre à la maison, son petit-fils a une bouteille d’alcool prête qu’elle applique sur ses vêtements comme une lotion. Aussi une paire de chaussures confortables à la porte. Nancy ajoute qu’il ne suffit pas de suivre à la lettre les mesures de biosécurité; il faudra toujours se confier à la protection divine. Pour faire face à Covid – 19, le quotidien suggère de croire en une puissance supérieure.

Sur WhatsApp, il a une photo avec un passage de la Bible surligné en jaune qui dit: «Si je ferme le ciel pour qu’il ne pleuve pas, si j’envoie la sauterelle dévorer la terre, ou j’envoie la peste contre mon peuple; et mon peuple, sur qui mon Nom est invoqué, s’humilie en priant et en cherchant ma face, et il se détourne de ses mauvaises voies, je les entendrai alors du ciel, je pardonnerai leur péché et je guérirai leur pays ».

Vous pourriez également aimer...