Le Brésil

Nommé par Bolsonaro pour le président de Petrobras n’a aucune qualification

São Paulo – Le comité d’éligibilité de Petrobras se réunira ce vendredi (24) pour analyser la nomination de Caio Paes de Andrade au poste de président de l’entreprise. Il a été nommé par le gouvernement Bolsonaro pour remplacer José Mauro Coelho, qui a démissionné lundi dernier (20). Actuellement, Paes de Andrade occupe le poste de secrétaire à la débureaucratisation au ministère de l’Économie. Cependant, selon la représentante des travailleurs au conseil d’administration (CA) de l’entreprise publique, Rosangela Buzanelli, le candidat ne remplit pas les conditions techniques requises pour être président de Petrobras.

« Il y a au moins deux obstacles possibles à sa nomination : l’expérience professionnelle et la formation académique », dit Rosangela. Dans une note, elle qualifie l’indication d' »insulte » et précise que la zone de conformité de l’entreprise aurait déjà alerté sur la situation. « Paes de Andrade n’a aucune connaissance notoire dans le domaine, il est diplômé en communication sociale et n’a aucune expérience dans le secteur pétrolier et énergétique. »

L’Association nationale des actionnaires minoritaires de Petrobrás (Anapetro), avec le soutien de la Fédération unique des travailleurs du pétrole (FUP) et des syndicats affiliés, a également pris position. Dans une lettre envoyée aux administrateurs et aux membres du comité d’éligibilité de Petrobras, ils pointent des « incohérences » dans la nomination de Caio Mário Paes de Andrade à la présidence de Petrobras. Ainsi, il suggère la désapprobation du nom.

Critère

En ce sens, Rosangela réitère que la nomination viole les critères juridiques établis par la loi sur les sociétés d’État (13 303/2016). En effet, la législation établit une expérience professionnelle minimale de 10 ans, « dans le secteur public ou privé, dans le domaine de fonctionnement de l’entreprise publique ou de la société à capitaux mixtes ou dans un domaine connexe à celui pour lequel ils sont nommés en un rôle de gestion plus élevé ». Ou quatre ans occupant un poste de direction dans une entreprise de taille similaire, un poste public de confiance à un niveau supérieur (DAS-4) ou un poste d’enseignement ou de recherche dans le domaine d’activité de l’entreprise. Mais la nomination ne répond à aucune de ces options, souligne le représentant.

La même loi impose également aux présidents des entreprises publiques d’avoir une « formation académique » et des « connaissances notoires » compatibles avec le poste indiqué. Selon le programme de Paes de Andrade, il est titulaire d’un diplôme de troisième cycle en administration et gestion de l’Université Harvard et d’une maîtrise en administration des affaires de l’Université Duke. Mais, selon CNN Brésilleurs diplômes n’ont pas été validés par le ministère de l’Éducation nationale, une des conditions exigées par la législation.

D’autre part, les statuts de Petrobras exigent que les directeurs exécutifs aient « des compétences professionnelles, des connaissances et une expertise notables dans les domaines de contact respectifs dans lesquels ces directeurs agiront, dans le respect du plan d’organisation de base ». En outre, il stipule 10 ans « d’expérience en leadership, de préférence dans l’entreprise ou dans un domaine connexe, tel que spécifié dans la politique de nomination de l’entreprise ».

« La seule incursion professionnelle de Caio Paes de Andrade compatible avec le rôle envisagé a été la participation d’un an et demi au conseil d’administration de PPSA (Pré-Sal Petróleo SA), une entreprise publique brésilienne qui gère l’exploration pétrolière », souligne Rosangela.

pauvre doigt

Ce n’est pas la première fois que Bolsonaro a des difficultés à approuver un candidat au commandement de Petrobras. Fin mars, le gouvernement a même annoncé l’économiste Adriano Pires, qui succéderait au général Joaquim Silva e Luna. Mais Pires a fini par abandonner le poste, en raison d’un conflit d’intérêts. En effet, il est l’un des partenaires fondateurs du Centre brésilien pour les infrastructures (CBIE), qui a fourni des services de conseil à de nombreuses entreprises du secteur pétrolier et gazier. Son intention était de transférer le contrôle du BCEI à son fils. Mais la loi sur les sociétés d’État interdit aux dirigeants de ces sociétés d’avoir des parents dans des entreprises concurrentes.

troc

Si le nom de Paes de Andrade passe par le conseil d’administration, il sera le quatrième dirigeant à commander Petrobras dans le gouvernement Bolsonaro. Ses prédécesseurs sont tombés sous la pression du Palais du Planalto contre la hausse des prix du carburant. Les réajustements constants proviennent cependant de la politique de parité des prix à l’importation (PPI). Cette politique est appliquée par l’entreprise depuis 2016, et Bolsonaro résiste à la changer. En effet, la dollarisation des prix du carburant se traduit par des bénéfices extraordinaires pour les actionnaires de Petrobras.

Le président cherche un équilibre impossible entre les intérêts du marché et des électeurs. Ces derniers souffrent de la hausse des prix de l’essence, du gaz de cuisine et du diesel, avec des effets généralisés sur l’inflation. Rien qu’en 2022, le prix du diesel dans les raffineries de Petrobras a augmenté de 68 %. L’essence, en revanche, s’accumule à hauteur de 31 % dans les raffineries. Au cours de la même période, l’inflation officielle mesurée par l’IPCA était de 4,7 %.

Selon le représentant des travailleurs, les changements constants à la tête de l’entreprise provoquent « une énorme instabilité dans l’économie et dans l’entreprise elle-même ». C’est comme « un tremblement de terre, une onde sismique », a déclaré Rosangela, qui souligne que Petrobras appartient à l’État brésilien, pas au gouvernement en place.

De son côté, Anapetro, qui regroupe des travailleurs du pétrole qui sont également actionnaires de l’entreprise, prévient également que « si le nom est approuvé, il réagira pour que la décision soit revue. « A la fois dans les organes de contrôle, tels que la Securities and Exchange Commission, et dans le pouvoir judiciaire, afin que la décision puisse être prise. »

Consultez une déclaration d’Anapetro et FUP

Vous pourriez également aimer...