La Colombie

Rodolfo Hernández n’a pas confirmé s’il siégera au Sénat ; attendra d’être notifié

Comme on le sait, le candidat perdant du concours présidentiel il se voit attribuer un siège au Congrès de la République pour servir de sénateurun droit que ceux qui ne gagnent pas au second tour ont en raison du statut d’opposition, approuvé en 2016 après la signature de l’accord de paix avec les FARC.

Ce règlement, basé sur les articles 40 et 112 de la Constitution politique, stipule que le deuxième candidat aux élections présidentielles qui obtient le plus grand nombre de voix a droit à un siège au Congrès. Cependant, le cas de Rodolfo Henández a suscité diverses spéculations, car il n’est pas clair s’il prendra le siège ou non.

Gustavo Petro, qui a participé trois fois aux élections présidentielles jusqu’à sa victoire ce 19 juin, est actuellement sénateur de la République grâce au fait qu’en 2018, lorsqu’il a concouru avec Iván Duque pour la Chambre de Nariño, il a obtenu le deuxième vote : 8 millions de votes qui n’ont pas suffi à battre les 10 millions de votes obtenus par l’actuel président Duque.

Compte tenu des rumeurs sur la décision de l’ancien candidat Rodolfo Hernández, le Santanderean s’est exprimé et a demandé de la patience, ajoutant qu’un jour avant les élections, il est trop tôt pour prendre une décision, pour laquelle il a indiqué que attendra d’être formellement notifié. « Nous allons d’abord attendre qu’il soit notifié par les autorités électorales pour prendre cette décision », a déclaré le leader du mouvement Ligue des gouverneurs anti-corruption.

Bien que Rodolfo ait exprimé qu’il ne savait toujours pas quoi faire de l’option qu’il a d’être sénateur, certains proches de sa campagne ont donné des versions à cet égard. Ángel Beccassino, son stratège de campagne, a commenté que l’ingénieur occupera son siège au Sénat puis il prendra les décisions qu’il veut.

D’autre part, Jorge Figueroa, ancien secrétaire au développement social de la mairie de Bucaramanga dans l’administration Hernández, a déclaré qu’il avait parlé avec l’ancien maire et qu’il lui avait dit que Le Congrès ne serait pas un endroit pour lui.

« Il m’a dit que c’était comme mettre Lionel Messi comme gardien de but, qu’il n’allait pas s’y sentir bien et que cela n’apportait aucune valeur ajoutée au pays qu’il soit sénateur ou non », a déclaré l’ancien responsable en déclarations recueillies par Semana.

Pour sa part, la formule vice-présidentielle, Marelén Castillo, a assuré qu’elle occupera le siège qui lui sera accordé, bien que dans son cas ce soit à la Chambre des représentants. « Je continue avec ma bannière de l’éducation, je vais débattre et proposer des actions pour amener l’éducation aux quatre coins du pays », a déclaré l’ancien candidat à la vice-présidence dans un communiqué.

Vous pourriez également aimer...