Le Brésil

Nous avons arrêté de parler aux gens, catéchisés par l’extrême droite, dit Benedita

São Paulo – Réunion de la série en ligne République et démocratie: l’avenir n’attend pas, transmise vendredi (12), la députée fédérale Benedita da Silva (PT-RJ) a défendu la nécessité d’unité des secteurs démocratiques et d’un dialogue avec la population face au gouvernement extrémiste de Jair Bolsonaro. Selon elle, le centre-gauche a besoin de parler aux mouvements sociaux et aussi à la population non politisée.

«Nous avons arrêté de parler aux gens, qui ont été catéchisés et sont allés à l’extrême droite», a déclaré Benedita, en référence à la cooptation, par les églises évangéliques, de la population, en particulier celles des régions urbaines périphériques. «Nous devons atteindre ces personnes. L’extrême droite s’est approchée et a offert ce que les gens recherchaient. Ils ont trouvé un soutien, mais les chefs travaillaient sur un concept d’occupation du pouvoir », a-t-il ajouté.

« Points minimums d’unité »

La proposition du débat, selon le médiateur, l’ancien gouverneur du Rio Grande do Sul Tarso Genro, était de discuter des moyens de confronter le gouvernement «protofasciste et négationniste» et des «points minimum d’unité pour faire face au fascisme».

Selon Benedita, il faut rechercher, en plus de la population évangélique, les catholiques et les fidèles des autres religions. En outre, elle a préconisé un dialogue avec les représentants de la gauche et du centre gauche. « Il n’y a pas de salut s’il n’y a pas d’unité », a-t-il prévenu. « Nous devons être ensemble. »

Cependant, le député ne s’oppose pas au mouvement de gauche dans le sens du pré-lancement des candidats pour 2022. «Les candidatures déposées jusqu’à présent n’empêcheront pas une réunion plus tard. Nous ne pouvons pas laisser Bolsonaro (seul) au bord de la succession », a-t-il justifié. « La mise au rebut et la crise sociale s’accélèrent. »

De l’avis du parlementaire, le défi est difficile et sérieux, étant donné un projet néolibéral qui vise «un État plus petit», alors que le pays a besoin du contraire, «l’État stimulant l’économie». «Nous vivons le chaos du chômage à son comble, des familles entières au milieu de la rue, travaillent avec une relation précaire, une inflation croissante.

Selon elle, le pays traverse aujourd’hui un processus dans lequel les Noirs sont de nouveau emmenés «dans les quartiers des esclaves». «Nous subissons le travail des esclaves dans le pays. Le travailleur domestique – que Dilma réglementait – est le symbole du travail forcé au Brésil. Nous avons beaucoup peu d’argent dans le pays. Notre récit doit rassembler ces personnes, les organiser. »

Découvrez la réunion dans son intégralité

Vous pourriez également aimer...