Le Brésil

« Nous avons besoin d’un changement fondamental dans la façon dont nous vivons sur Terre », prévient une déclaration sur la santé planétaire – Jornal da USP

Que la pandémie du covid-19 sert d’avertissement : la planète Terre est malade, frappée par la pollution, le changement climatique, la déforestation, la dégradation de l’environnement, l’extinction d’espèces et d’autres comorbidités diverses induites par l’homme. Les êtres humains, dans ce cas, sont à la fois les bourreaux, les victimes et la solution ; mais il faut agir vite et ensemble pour renverser ce diagnostic, selon une déclaration internationale publiée ce mardi 5 octobre, par plus de 250 organisations des secteurs public et privé, de plus de 40 pays.

« Nous, la communauté mondiale de la santé planétaire, tirons l’alarme sur le fait que la détérioration continue des systèmes naturels de notre planète est un danger clair et actuel pour la santé de tous, partout dans le monde », déclare le Déclaration de São Paulo sur la santé planétaire, rédigé conjointement par l’USP et le Alliance pour la santé planétaire, un consortium international basé à la Faculté de santé publique de Harvard, avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Couverture du numéro 398 (octobre 2021) de La Lancette – Photo : Divulgation

« La pandémie de covid-19 est le dernier d’une série de signaux de détresse qui résonnent dans le monde entier. Le changement climatique, la perte de biodiversité et la destruction de la qualité de l’air, de l’eau et du sol érodent les systèmes fondamentaux de maintien de la vie dont nous dépendons tous », indique le document, publié conjointement avec un Lettre dans la revue scientifique La Lancette. « La science de la santé planétaire est claire : nous ne pouvons plus protéger la santé humaine à moins de changer de cap. »

Trier les poubelles, fermer le robinet et le fermer sont des exemples de petites habitudes saines qui doivent être encouragées ; mais le « changement de cap » suggéré par la déclaration va bien au-delà. « Nous avons besoin d’un changement fondamental dans la façon dont nous vivons sur Terre, ce que nous appelons la Grande Transition ; (qui) nécessitera des changements structurels rapides et profonds dans la plupart des dimensions de l’activité humaine », préviennent les scientifiques. Tout doit changer : la façon dont nous produisons (et consommons) notre nourriture, comment nous construisons nos villes (et y vivons), comment nous traitons les déchets, mesurons la prospérité, produisons des connaissances, prenons soin des forêts, de l’océan, de l’atmosphère, de la biodiversité , et ainsi de suite.

« Toutes les personnes, partout, de toutes les vocations, ont un rôle à jouer dans la protection de la santé de la planète et des personnes pour les générations futures », conclut le document. La déclaration comprend des recommandations spécifiques pour 19 secteurs de la société – gouvernements, entreprises, institutions financières, universités, presse, agriculture, chefs religieux et culturels, entre autres – sur la manière dont chacun d’entre eux peut contribuer à la Grande Transition. « Considérer le pouvoir et l’impact de la technologie, afin de faciliter des solutions transformatrices au profit de tous et de la planète et de transmettre des informations factuelles », par exemple, est l’une des recommandations pour les professionnels de la technologie. Pour les institutions financières, la ligne directrice est la suivante : « N’investissez pas dans des projets et des entreprises qui profitent de la dégradation de la nature et, par conséquent, nuisent à l’humanité. Privilégiez plutôt ceux qui mettent l’accent sur le bien-être humain et la restauration des systèmes naturels.

La déclaration découle d’une conférence internationale tenue en avril (en format virtuel, en raison de la pandémie) : une Réunion annuelle de la santé planétaire 2021, organisé par la Planetary Health Alliance et l’USP, qui a réuni des milliers de personnes, de différents secteurs et de différents pays, pour discuter, pendant six jours, des défis et des chemins pour atteindre la Grande Transition.

Antonio Mauro Saraiva – Photo : AIE-USP

« Nous n’avons pas seulement besoin de nouvelles lois, mais de nouveaux comportements », souligne le professeur Antonio Mauro Saraiva, de l’École polytechnique de l’USP, l’un des organisateurs de la déclaration et auteur de la lettre en Lancette. La pandémie de covid-19 en a fourni une démonstration claire, a-t-il déclaré : il ne suffit pas que les autorités publient des lois exigeant le port de masques et la distanciation sociale si les gens ne changent pas leur comportement. Dès lors, ajoute le chercheur, il est important que le mouvement de transition vers la santé planétaire se fasse « de bas en haut », mené par la société civile. « Nous devons amener plus de gens dans cette conversation. »

La déclaration, selon Saraiva, est un « appel à l’action », et pas seulement un discours théorique : « Il y a beaucoup d’actions concrètes qui peuvent être faites ». Le document a été découpé lors de la conférence d’avril puis affiné sur la base d’une consultation publique, réalisée via la plateforme numérique bleu étincelle, du PNUD, de la manière la plus inclusive et collaborative possible. « S’il s’agit de produire un document qui propose d’induire des changements globaux, il faut partir de ce postulat que tout le monde doit être impliqué, car chacun a un rôle à jouer », réfléchit le professeur.

« La santé de la planète est un sujet important et urgent qui ouvre des perspectives de recherche très larges et multidisciplinaires », déclare le doyen de la recherche de l’USP, le physicien Sylvio Canuto. « L’idée d’organiser l’événement à São Paulo, et à l’USP en particulier, était un moyen efficace d’attirer l’attention sur ces opportunités et, en même temps, d’offrir une plus grande intégration internationale à nos groupes déjà actifs. »

Parmi les signataires de la déclaration figurent plusieurs institutions d’enseignement et de recherche au Brésil, notamment les académies nationales des sciences, des lettres et de la médecine. Le document reste ouvert aux souscriptions et sera présenté dans un événement international virtuel, ce mercredi 6 octobre, à 12h, parrainé par le PNUD.

Radio USP

Écoutez l’interview dans Jornal da USP sur l’air 1ère édition, avec le professeur Antônio Mauro Saraiva, organisateur de la réunion annuelle 2021 sur la santé planétaire

Vous pourriez également aimer...