Le Brésil

« Nous sommes déjà dans une crise de l’eau », déclare Pedro Luiz Côrtes – Jornal da USP

Selon lui, le système d’approvisionnement de la région métropolitaine de São Paulo est déjà confronté à une crise, compte tenu des indicateurs de baisse des précipitations et de rationnement de l’eau

Le point crucial et l’initiative la plus importante en ce moment est la reconnaissance d’une crise de l’eau par Sabesp – Photo : Wikimedia Commons

Le système d’approvisionnement en eau de la région métropolitaine de São Paulo a atteint un niveau d’alerte ces derniers jours. Selon la Société d’assainissement de base de l’État de São Paulo (Sabesp), le principal réservoir de la région, le système de Cantareira, a atteint 39,2 % du volume utile cette semaine. Les projections indiquent que le système sera sous la réserve de 20 % d’ici le milieu de l’année prochaine.

Pedro Luiz Côrtes, professeur à l’École des communications et des arts et au programme de troisième cycle en sciences de l’environnement à l’Institut de l’énergie et de l’environnement (IEE) de l’USP, commente les impacts d’une éventuelle nouvelle crise de l’eau sur l’approvisionnement en eau à São Paulo à Journal USP sur l’air 1ère édition. « Nous sommes déjà dans une crise de l’eau, car les indicateurs montrent une réduction significative du volume de pluie et de stockage d’eau au cours des mois de cette année. Pour nous donner une idée, nous avons aujourd’hui 20 % d’eau en moins qu’à la même période en 2013, l’année d’avant la crise », dit-il.

Par rapport à la crise de l’eau qui a duré de 2014 à 2016, Côrtes explique qu’aujourd’hui le système Cantareira est dans une situation pire. « Toutes les prévisions indiquent une situation très similaire. Selon le Centre national de surveillance et d’alerte aux catastrophes naturelles (Cemadem), la capacité du système de Cantareira atteindra un peu plus de 20 % d’ici la fin de l’année. Un autre pronostic, celui d’un représentant de la Sabesp, lors d’un événement de l’Institute for Advanced Studies de l’USP, indique que le même système sera inférieur à 20 % au milieu de l’année prochaine », explique-t-il. Pour Cortes, ce sont des points qui renforcent la réalisation d’une nouvelle crise de l’eau et de l’approvisionnement en 2022.

Le professeur souligne également que le rationnement est un terme que les administrateurs publics évitent en cette période préélectorale. « La vérité est que nous avons déjà un rationnement en cours dans la ville de São Paulo, car, systématiquement, Sabesp réduit la pression de l’eau pendant certaines heures de la journée, dans plusieurs quartiers, divulguant la liste des personnes affectées sur le site », a-t-il déclaré. souligne. Il explique également que cette pratique est le résultat de la dernière crise de l’eau, dans le sens de réduire les pertes dues aux fuites dans le réseau. « Ce que la Sabesp peut faire, et devrait probablement déjà opérer dans ce sens, c’est d’augmenter le temps de réduction de la pression de l’eau et aussi d’augmenter le nombre de quartiers touchés. En pratique, nous avons déjà le rationnement, et il peut être étendu même si l’agence ne reconnaît pas la situation », évalue-t-il.

Le point crucial et l’initiative la plus importante en ce moment est la reconnaissance d’une crise de l’eau par la Sabesp. « Elle réfute l’idée et renforce que la population doit rester calme et économiser l’eau, mais n’indique officiellement aucun scénario possible de crise de l’eau », explique-t-il. Cortes rappelle également le fait que les investisseurs doivent prêter attention à la crise de l’eau, car les rapports d’investissement de l’institution ne la désignent pas comme un facteur aggravant. «Même avec tous les investissements de Sabesp avant et après la crise, avec la population économisant l’eau et avec le système Cantareira avec une nouvelle forme de gestion, nous avons aujourd’hui un volume d’eau stocké inférieur à celui de 2013. Donc, même avec des investissements de tout le monde , le système n’était plus résilient », conclut-il.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculdade de Medicina et l’Institute for Advanced Studies. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h00, 3 : 00h00 et 16h45. À Ribeirao Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec des présentations de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, sur Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...