Le Brésil

Opération Condor et dictatures en Amérique latine : comprendre

Les pays du continent ont vécu la même période sous des régimes dictatoriaux.  Image : AFP.
Les pays du continent ont vécu la même période sous des régimes dictatoriaux. Image : AFP / Lecture BBC.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, certaines nations latino-américaines ont vécu des périodes très sombres de leur histoire. Ce fut le cas du Brésil, de la Bolivie, de l’Argentine, du Chili, du Paraguay et de l’Uruguay, qui subirent des coups d’État et l’instauration de dictatures militaires peu après (en 1954, au Paraguay ; en 1964, en Bolivie et au Brésil ; en 1973, en Chili et Uruguay et en 1976 en Argentine). Tous ces régimes avaient des caractéristiques similaires., et dans ce post Politize ! Il y a un point commun entre eux : le Opération Condor.

Il est important de comprendre l’opération Condor pour comprendre comment l’armée a agi dans les pays d’Amérique latine.

Mais, après tout, savez-vous ce qu’était cette opération ?

Continuez à lire et découvrez!

Lire aussi : Dictature : qu’est-ce que c’est et quelles sont ses caractéristiques ?

Dictatures et systèmes de renseignement

Tout d’abord, il est important de préciser que, dans les gouvernements dictatoriaux, la surveillance constante de la population est l’une des bases de soutien du régime autoritaire.

Lorsque nous parlons de « systèmes de renseignement », ou de « service d’information », il s’agit d’activités telles que collecte de données personnelles, réalisée au service de l’Etat. L’utilisation de ces informations, au sein des régimes autoritaires dont nous parlerons plus loin, et au sein des contexte de la Doctrine de Sécurité Nationale (DSN), a servi à réprimer et à combattre ce que l’on appelle « l’ennemi intérieur ».

La notion d’« ennemi intérieur » au sein de la DSN n’est pas nécessairement configurée comme une cible spécifique. Toute une société devient suspecte, n’importe qui peut être un subversif potentiel. Ainsi, l’espionnage de la population à travers les systèmes de renseignement a servi les gouvernements militaires dans leur projet de pouvoir autoritaire, dans le recours à la force et à la violence militaire.

Bien que chaque personne soit une cible potentielle d’un régime, certaines personnalités et organisations étaient dans le collimateur des militaires de manière plus évidente. Dans la dictature militaire brésilienne (1964-1985), par exemple, L’Acte Institutionnel nº 1 a rendu possible l’« Opération de Nettoyage ».

Cette opération a mobilisé Forces armées afin de rechercher et d’arrêter tous ceux qui avaient des liens avec les mouvements sociaux et les partis de gauche. Au moins 50 000 personnes ont été arrêtées dans les premiers mois après la coup d’état de 1964.

Outre le Service national d’information (SNI), les Centres d’information des forces armées et les organismes publics, la dictature brésilienne s’est également appuyée sur le CIEx – Centre d’information sur l’étranger.

CIEx a agi en espionnant les Brésiliens dans diverses parties du monde, dans les ambassades brésiliennes dans des pays comme le Portugal, la France, la Russie et la République tchèque. Il a également opéré en Uruguay, au Chili et en Argentine, participants à l’opération Condor.

Voir aussi notre vidéo sur l’autoritarisme !

L’opération Condor en pratique

L’opération Condor peut être définie comme une pacte répressif de caractère international, signé en 1975 dans la capitale chilienne. A cette occasion, des représentants des services d’information de l’Argentine, du Brésil, de la Bolivie, du Chili, du Paraguay et de l’Uruguay, et l’intégration entre les systèmes de renseignement et d’espionnage de ces dictatures a été officialisée. Certains historiens affirment que cette coopération existait déjà avant même cette date.

Ainsi, Condor était un accord entre les pays du Cône Sud, créé pour persécuter et punir les personnes qui montraient un comportement contraire à ces dictatures.. L’opération a obtenu intense Soutien américainqui a élaboré et diffusé la Doctrine de Sécurité Nationale (DSN).

En bref, le DSN a été développé par les États-Unis pendant la guerre froide pour lutter contre « menace communiste ». La doctrine prêchait que l’État pouvait utiliser la forcelorsque cela est jugé nécessaire, pour la défense de la nation.

Dans ce contexte, il n’y avait pas de définition claire de qui était l’ennemi; permettant ainsi à toute une population d’être surveillée, contrôlée et susceptible de subir des arrestations, des tortures et la mort.

Dans la DSN, il n’y avait pas de frontières dans la persécution des opposants. À l’intérieur ou à l’extérieur de chaque pays, la violence d’État a opéréet pour cela, les militaires disposaient d’un transit territorial gratuit, pouvant franchir les frontières facilement, sans restrictions.

L’opération encore soutenu par l’État américain, qui a fourni divers types de soutien. Parmi eux : formation des soldats latino-américains, fonds et financement, système de communication, envoi de soldats pour donner des cours et des conférences.

Les phases de l’opération Condor

On peut dire que L’opération Condor s’est déroulée en trois étapes. La première consistait à création d’une base de données contenant des informations sur les prisonniers politiques, les exilés, les autorités, les organisations et les personnes impliquées dans des activités d’opposition.

Au ministère de la Justice, par exemple, il existe des rapports des ambassades brésiliennes, contenant des détails sur les activités des citoyens brésiliens dans d’autres pays.

La deuxième étape a été caractérisée par la actions conjointes dans les territoires membres de Condor. En ce sens, les prisonniers étaient changés de place sans aucune trace d’entrée ou de sortie du pays.

De nombreux des personnes ont été kidnappées par les militaires à leur domicile et assassinées aux frontières, puis traitées comme des « disparues ».

Enfin, la troisième étape visait la formation d’équipes de travail, capables de combattre les « ennemis » partout sur la planète.

Voir aussi notre vidéo sur la dictature militaire au Brésil !

La fin des dictatures et les processus de transition

Avec l’affaiblissement des gouvernements dictatoriaux à partir des années 1980, les pays du Cône Sud s’approchent de moments plus favorables à l’épanouissement des régimes démocratiques.

En Argentine, la mémoire collective de la population par rapport au régime était bien construite. En 1984, les travaux ont commencé enquête sur les disparitions et les violations des droits de l’hommesous grand pression populaire. La justice transitionnelle du pays est ainsi devenue un exemple pour le continent ; également pour les procès et la punition des tortionnaires.

Le Chili, dans sa première année de redémocratisation (1990), a créé la première commission vérité du pays pour enquêter sur les crimes contre l’humanité commis pendant la période dictatoriale. En l’an 1992, le Loi de réparation entre en vigueur, dans le but de réparer les familles des victimes directes de la dictature. En 2010, l’ouverture du Musée de la Mémoire et des Droits de l’Homme.

En Uruguay, le premier Loi d’amnistie, 1985, a été une étape importante pour la libération de nombreux prisonniers politiques. La même année, des commissions d’enquête ont été créées, dont l’une s’est concentrée sur les cas d’enlèvements d’enfants, de disparitions forcées et de torture.

Dans le cas brésilien, la loi d’amnistie (1979), toujours en pleine dictature, a été un moment clé du processus de redémocratisation. Malgré cela, c’est une loi qui a également profité aux auteurs, entravant ainsi les enquêtes et les condamnations judiciaires pour les graves violations des droits de l’homme qui se sont produites sous le régime.

En 1995, dix ans après le départ des militaires du gouvernement, et avec beaucoup de lutte de la part des familles des personnes tuées et disparues par l’État brésilien, la loi nº 9.140/1995 a été formulée.

Cette loi a créé la Commission Spéciale sur les Morts et Disparitions Politiques (CEMDP), dans le but de réparer les membres de la famille, localiser et reconnaître les victimes direct de la dictature. En 2001, la Commission d’amnistie a été fondée, et en 2012 la Commission nationale de la vérité, qui a rendu un rapport final en 2014.

Alors… l’Opération est terminée ?

À Dictatures militaires en Amérique latine elles s’inscrivent donc dans un contexte de contestation politique mondiale, étant des développements de la guerre froide.

L’opération Condor a perdu de sa force avec les transitions démocratiques, mais les traces laissées par celle-ci et les dictatures sont permanentes. Les sociétés sont restées traumatisées, portant la douleur de la répression, de la torture, de la perte d’êtres chers, pour toujours.

Dictature, démocratie, justice transitionnelle… Ça fait beaucoup, non ? En fait, l’histoire de l’Amérique latine est assez complexe et la période en question n’est pas différente.

Mais comprendre le passé est essentiel pour nous, en tant que société, afin de construire un présent et un avenir meilleurs.

Alors, avez-vous pu comprendre ce qu’était l’opération Condor et comment ce processus s’est déroulé dans les pays d’Amérique latine ?

Références:
  • Ananda Simões Fernandes. La dictature brésilienne et la surveillance de son « ennemi intérieur » en Uruguay (1964-1967) : les organes de la répression et de l’espionnage. EEH 2008, ANPUH-RS.
  • Ananda Simões Fernandes. La persécution au-delà de la frontière : les organes de répression et d’espionnage de la dictature brésilienne pour le contrôle des exilés brésiliens en Uruguay. CDHRP, 2009.
  • Commission nationale de la vérité
  • Carlos Fico, Marieta de Moraes, Maria Paula Araújo, Samantha Quadrat. Dictature et démocratie en Amérique latine.
  • El País – Le règne sanglant de l’Opération Condor, l’alliance meurtrière des dictatures du Cône Sud El País – Chili : L’horreur de l’Opération Condor
  • Mémoire et résistance – Histoire de la dictature civilo-militaire de Bolivie
  • Maira Pereira da Costa, Rodrigo Gonzalez. Justice transitionnelle, culture politique et héritage autoritaire dans le Cône Sud. UFRGS, 2009.
  • Maria Helena Moreira Alves. État et opposition au Brésil (1964-1984).
  • Politiser! – Qu’est-ce que le terrorisme d’État ?
  • Quadrat Samantha Viz. Opération Condor : le « Mercosur » de la terreur. PUCR, 2002.

Vous pourriez également aimer...