Le Brésil

Parler de guerre peut enseigner aux enfants des valeurs humaines – Jornal da USP

Même loin des conflits, les très jeunes enfants sont touchés par des nouvelles qu’il faut éviter et mesurer ; pour les plus grands, beaucoup de discussions et d’explications

De Rubens Avélar

Guerre – Photo : Freepik/pixabay

La guerre entre la Russie et l’Ukraine envahit tous les écrans, passe à la télévision, sur les téléphones portables, à la radio et touche l’ensemble du monde globalisé. Si la guerre est difficile pour les adultes, comment les enfants sont-ils exposés, même de loin, aux horreurs de la guerre ? Spécialiste du développement de l’enfant, la professeure Maria Beatriz Martins Linhares, de la Faculté de médecine de Ribeirão Preto (FMRP) à l’USP, présente des formes de protection contre les maux, mais met en évidence l’opportunité d’enseigner, de manière didactique, les valeurs humaines aux enfants.

Maria Beatriz Martins Linhares – Photo : Publicité/Ivepesp

La guerre, évalue l’enseignant, est une situation d’extrême violence (physique, émotionnelle, psychologique, sexuelle, de privation et d’abandon) qui génère un environnement « hautement anxiogène », tant pour les adultes que pour les enfants. Le chaos de la guerre apporte des menaces aux conséquences émotionnelles profondes d’anxiété, de peur, de dépression qui, chez les enfants, se traduisent par un comportement agressif, l’isolement et même la régression des compétences déjà conquises.

« Vous ne pouvez pas préparer un enfant à la guerre », dit-il, ajoutant que les enfants ont besoin de défis et non de menaces pour grandir. Donc, en ce qui concerne l’actualité, le professeur dit qu’il vaut mieux ne pas exposer les enfants. Pour les plus petits, « nous devons éviter » l’exposition à tous les médias, en particulier ceux qui contiennent des informations sur la guerre, avec des agressions et des morts.

Quant aux plus grands, entre 4 et 6 ans, Maria Beatriz guide le dosage des contacts à contenu violent. Lorsqu’elles ne peuvent être évitées, les nouvelles doivent être discutées avec l’enfant. L’enseignant rappelle que, même s’il s’agit d’un mauvais fait, il est possible d’en profiter pour parler de la guerre, en vérifiant ce que l’enfant sait, pense, ressent. C’est l’occasion de « dire aux enfants que parfois les gens s’agressent, ils sont violents, ils ne comprennent pas, ils ne savent pas parler », souligne-t-il.

La guerre, pour l’enseignant, peut éveiller les enfants à des questions « sur les valeurs humaines », comme la solidarité et l’empathie, thèmes qui peuvent être travaillés avec l’enfant ayant en contrepoint la situation violente et agressive. Ils peuvent apprendre aux enfants à développer l’empathie (se mettre à la place des autres qui souffrent), à comprendre l’importance du partage, du partage, de la réflexion sur les autres, de la coopération, du regroupement, du travail communautaire, du don. En montrant le manque de protection, la guerre « peut aussi aider à protéger le développement humain et nous commençons cet enseignement dès l’enfance », argumente Maria Beatriz.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...