La Colombie

Perdu à gauche

La gauche colombienne vient de perdre à nouveau l’occasion de gouverner en 2022 par le vote, compte tenu de sa récente maladresse à montrer aux Colombiens vivre et diriger et, au moins pendant deux semaines, ce que c’est que de vivre dans le socialisme du 21e siècle, sans nourriture, sans essence et sous le contrôle et l’enlèvement d’un garde indigène intolérable et avec des arrestations dictatoriales. «Tu passes, tu ne passes pas, d’ici à là sous ta responsabilité», alors que l’oxygène étouffait sur les routes et que de plus en plus de Colombiens mouraient du covid dans les cliniques.

Les ONG européennes toujours aussi paternalistes n’ont apparemment pas connu la vidéo de la mère qui a donné naissance à un fils mort au milieu du blocus «patriotique». L’histoire du bébé qui n’a pas survécu à Tocancipá, a déjà été effacée, car Rafael Nieto l’a dit récemment à La Noche, les organisations internationales qui veillent aux droits de l’homme sont généralement borgnes. Venez seulement par l’œil gauche.

Toutes les nations étrangères qui prennent aujourd’hui plaisir à présenter la Colombie comme un narco-État où elles assassinent des étudiants et des femmes au foyer sans défense dans la rue pour maintenir une ploutocratie, n’ont pas non plus vu l’irruption sauvage d’une banque du centre de Cali où se trouvaient certaines femmes. réclamant la clémence, leur rappelant qu’il y avait des êtres humains là-bas; ou l’incendie avec une bombe de pomme de terre par des policiers à Pasto, ou le meurtre au couteau du capitaine de police dans la banlieue de Bogotá, ou l’irruption la plus récente d’autochtones sur une propriété privée à Ciudad Jardín, où ils peuvent voir comment ils jettent pierres sur le drone qu’il les filme, ou comment ils brandissent des machettes pour endommager les voitures et intimider les justiciers.

La question de Ciudad Jardín était délicate car certains habitants ont dû recourir à la légitime défense pour protéger leur vie et celle de leur famille.
C’était si grave que de nombreux Colombiens ont réussi à éviter l’embryon d’une guerre civile non déclarée là-bas, en l’absence des autorités étatiques, locales ou départementales. L’autodéfense n’est pas la voie et sa circonstance est observée, à partir de la réalité des faits, comme le désespoir d’une société non protégée.

La prise de Cali n’était pas le fruit du hasard; en elle convergeaient les fins huilées d’une machine à objectif fixe: paralyser la société, porter un coup mortel à la vie civile, en brûlant des bus, des stations-service, des banques, des stations-service, des supermarchés, des commerces et en bloquant des routes pour indigner la population manquer de.

Ne croyez pas que tout cela était le fruit du hasard, de « l’autocuiseur sur le point d’exploser pendant de nombreuses années », mais que c’était une rébellion orchestrée avec le consentement, la tolérance et l’approbation des autorités locales qui ont applaudi la démolition de la statue de le fondateur de Cali, sous le sophisme de «construire des récits qui exigent la transversalité du discours social axé sur la reconnaissance de la trietnia, l’appel des Taitas et de la Terre Mère», etc.

Il est clair que les droits du mouvement indigène ne sont pas résolus dans le quartier Ciudad Jardín de Cali, mais dans les réserves et les conseils de sa juridiction.

Parmi les plus graves de ces nuits de folie, la position de certains faiseurs d’opinion sans rédacteur en chef qui insistent pour promouvoir une prétendue lutte de classe à Cali, peut-être la ville la plus inclusive de Colombie. De leurs forums à Bogotá et à l’étranger, ils présentent Ciudad Jardín comme un quartier de «trachetos»; Ils ignorent, par ressentiment, que des professeurs d’université, des petits industriels, des commerçants, des gens qui ont forgé leur fortune avec de nombreuses années de travail y vivent.

Les milliers de travailleurs et de petits employés qui font la queue ces jours-ci pour tanker leurs motos sortiront en toute sécurité pour voter «emberracados» aux prochaines élections contre les ennemis de la mobilité, de ceux qui ont apporté la famine au peuple. Aujourd’hui, le prix des produits alimentaires de base tels que les pommes de terre et les bananes est à la hausse.
Suivez sur Twitter @cabomarzo

Vous pourriez également aimer...