Le Brésil

« Personne ne s’habitue aux mauvaises choses », dit Lula à propos de l’administration Bolsonaro

São Paulo – L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a défendu une large alliance pour vaincre le gouvernement de Jair Bolsonaro (PL) et, surtout, pour reconstruire le pays, une tâche qu’il a définie comme « rien de facile ». Lors d’une conférence de presse avec des véhicules indépendants ce mercredi (19), il a souligné les problèmes de chômage et de faim, marques de l’administration fédérale actuelle, et a déclaré qu’il ne sera candidat que s’il est possible d’inverser la crise. « Personne ne s’habitue aux mauvaises choses. Personne ne veut se passer de nourriture ou mourir dans une cabane, les gens veulent progresser dans la vie. Nous devons réaliser les rêves de la société », a-t-il déclaré.

Interrogé à plusieurs reprises sur une éventuelle alliance qui aurait comme adjoint l’ancien gouverneur de São Paulo Geraldo Alckmin, Lula a souligné que l’idée est de faire des alliances politiques « pour transformer le Brésil » et vaincre Bolsonaro. Selon lui, ce sera le moyen de garantir la gouvernance et de concrétiser ses projets.

« Pensez-vous que quelqu’un aspire à dormir dans une chambre de 12 x 2 ? Je vivais dans une chambre et une cuisine avec 13 personnes. Donc, je suis conscient de ce que vivent ces gens », a-t-il déclaré. « Je ne peux pas mentir. Je ne peux pas dire : « J’ai gagné, mais je ne peux rien faire ». Désolé, je dois servir le marché, Faria Lima, je dois être responsable fiscalement, tenir le plafond des dépenses… » Et le plafond alimentaire, et le plafond emploi, santé, salaire, qui le rendra à ces gens ? », a demandé Lula, les yeux larmoyants.

« Cela n’a de sens pour moi d’être à nouveau président que si j’ai l’engagement que les gens vivront dignement dans ce pays », a-t-il souligné. « Si ce n’était pas pour ça, mieux vaut demander l’addition et partir. C’est pour construire ce pays qu’il me faut bâtir une construction plus large que le PT, et non plus à gauche, mais au centre. Et si tel est le cas, même avec les secteurs de centre-droit.

Les alliances de Lula contre Bolsonaro

Le journaliste Ivan Longo, de Revue des forums, a demandé si une alliance avec un profil de droite ne ferait pas renoncer un futur gouvernement à certains points d’un programme progressiste, comme l’annulation du plafond des dépenses et une partie de la réforme du travail, en plus de reprendre la souveraineté de Petrobras. En réponse, Lula a déclaré que l’éventuel député aidera à approuver ces propositions de directives et a cité en exemple la tentative de changement fiscal, présentée en 2007, qui n’avait pas de soutien législatif.

« L’idée est de faire des alliances politiques pour transformer le Brésil, principalement pour la réforme fiscale. En 2007, j’ai proposé une modification fiscale qui avait l’appui de tous les gouverneurs, hommes d’affaires et syndicalistes, mais la législature y a opposé son veto. Nous devrons changer beaucoup de choses, comme la relation avec le Congrès national. Une réforme fiscale est nécessaire pour donner plus de durabilité à ceux d’en bas et plus d’engagement à ceux d’en haut. J’ai beaucoup parlé avec (Gilberto) Kassab et il a la chance de construire quelque chose ensemble. Quiconque sera vice aidera à y contribuer », a-t-il déclaré.

Industrie et parité hommes-femmes

Le rédacteur en chef de Réseau brésilien actuel, Paulo Donizetti de Souza, s’est demandé si le projet de pays conçu par Lula impliquerait la création d’un nouveau modèle industriel, qui tiendrait compte de la durabilité et de l’environnement. L’ancien président a déclaré que le Brésil devra réfléchir à de nouvelles niches industrielles et a regretté que, depuis le gouvernement Bolsonaro, une partie de la structure de l’industrie automobile et aéronautique ait été perdue.

« Le seul défi pour moi est d’impliquer les universités, les hommes d’affaires et l’État pour discuter de ce qu’il faut faire. A l’époque de la BNDES, on créait des centres d’innovation industrielle, mais les entrepreneurs n’investissaient pas dans la recherche. Savez-vous qui y a investi ? Petrobras, c’est-à-dire l’État. Par conséquent, la politique industrielle doit passer par une discussion avec la société, avec les scientifiques, les universités et les hommes d’affaires », a défendu le PT.

Pensant également à un projet gouvernemental, l’éventuel candidat aux élections a parlé d’instaurer la parité hommes-femmes dans les postes ministériels et exécutifs, d’ouvrir plus d’espaces aux femmes et aussi aux Noirs. Lula a déclaré que l’objectif était de créer une administration représentative, différente du gouvernement Bolsonaro, et a ajouté que le PT était responsable de l’élection de la première femme présidente du Brésil : Dilma Rousseff.

« Je ne peux pas parler de chiffres, mais les partis travaillent avec l’idée que les femmes devront avoir une participation plus forte, il en va de même pour les Noirs et les indigènes. Le PT veut faire un gouvernement qui respecte la densité de la population brésilienne. Ma grande réussite au gouvernement a été de remettre le peuple au centre des décisions et nous devons le remettre au centre de l’histoire. Il est possible d’exercer la démocratie en respectant la totalité brésilienne », a-t-il déclaré au journaliste Mauro Lopes, du Brésil 247.

Vous pourriez également aimer...