PF s’empresse d’exclure que la mort de Bruno et Dom ait eu des cerveaux

São Paulo – La police fédérale (PF) a déclaré aujourd’hui (17) qu’il n’y avait pas de cerveau dans le meurtre de l’indigéniste Bruno Pereira et du journaliste britannique Dom Phillips. Il a également exclu la participation de factions criminelles. Donc, pour le PF, les assassins ont agi seuls. Pour parvenir à cette conclusion, la police est partie de pistes d’enquête qui ont pris en compte le travail développé par Bruno, qui a guidé les habitants pour dénoncer les irrégularités dans les réserves indigènes. Et aussi la présence de trafiquants de drogue et d’armes, de braconniers, de bûcherons et de prospecteurs dans la région de Vale do Javari, à l’extrême ouest de l’Amazonie, où les deux ont disparu le 5.

Cependant, la police soupçonne que d’autres personnes ont été impliquées dans le meurtre. Ils envisagent donc de nouvelles arrestations dans les prochains jours. Jusqu’à présent, Amarildo da Costa Oliveira, le « Pelado », qui a avoué, est en prison. Et son frère, Oseney da Costa de Oliveira, dit « Dos Santos ».

Les restes de Bruno et Dom, localisés mercredi (15), ont été transportés hier de Manaus à Brasilia, où ils seront identifiés et examinés. Le résultat, qui devrait prendre jusqu’à dix jours, devrait apporter plus d’informations sur le meurtre.

Marchands d’armes, bûcherons et mineurs

La vallée de la rivière Javari abrite la deuxième plus grande réserve indigène du pays. C’est là que vivent la plupart des peuples indigènes isolés du monde – le centre d’intérêt du travail de Bruno Pereira. Proche de la frontière avec le Pérou et la Colombie, la région est l’objet d’invasions constantes. Ce sont des trafiquants de drogue et d’armes, des braconniers, des bûcherons et des prospecteurs.

On ne sait pas encore avec certitude si le meurtre de Bruno et Dom est associé à l’action de ces criminels et d’autres, démontant l’affirmation du PF selon laquelle il n’y a pas de maîtres. Le commissaire de la police fédérale d’Amazonas, Eduardo Alexandre Fontes, garde secrets les pistes d’enquête. Mais des témoins entendus ont affirmé que Bruno avait été menacé pour le travail qu’il effectuait dans la région. L’indigéniste était le coordinateur régional de la Funai à Atalaia do Norte et, entre autres, il a guidé les habitants pour dénoncer les irrégularités dans les réserves indigènes.

Le journaliste Dom Phillips, selon le président Jair Bolsonaro, n’était pas bien considéré dans la région. Précisément pour avoir dénoncé les crimes contre l’Amazonie et ses peuples. Dans ton Blogl’auteur de UOL Leonardo Sakamoto a retranscrit le discours du président, lors d’une interview accordée à une chaîne Leda Nagle : « Cet Anglais, il était mal vu dans la région. C’est parce qu’il a fait beaucoup d’histoires contre les prospecteurs, la question environnementale… Donc, cette région-là, qui est assez isolée, beaucoup de gens ne l’aimaient pas. Il devait avoir plus que redoublé d’attention à lui-même. Et il a décidé de partir en tournée.

Les corps de Bruno et Dom enterrés

Les agents de la PF sont retournés sur le site de recherche aujourd’hui. L’objectif est de sauver le bateau utilisé par Bruno et Dom, qui aurait été coulé près de l’endroit où les restes ont été retrouvés, sur les rives de la rivière Itaguaí. Les peuples autochtones de la région et les membres de l’Union des peuples autochtones de Vale do Javari (Unijava) collaborent.

Le PF a beaucoup à travailler avant toute conclusion. Il y a des contradictions dans ce qui a été dit jusqu’ici. Dans un premier communiqué, « Pelado » a déclaré que Bruno et Dom sont passés en bateau devant la communauté de São Gabriel, où il habite. Et il a nié avoir quitté la maison le 5. Il a également dit qu’il connaissait Bruno « de vue » et qu’il ne lui avait jamais parlé.

Cependant, un enregistrement diffusé par le réseau de télévision Al Jazeera, du Qatar, montre le contraire. Il y a eu une rencontre, sans date précise, entre Bruno Pereira et « Pelado ». Lors d’une patrouille sur la rivière Itaguaí, Bruno s’approche de « Pelado ». L’indigéniste le met en garde contre la pêche illégale en territoire indigène, ce à quoi il réplique. « La zone ici appartient à la communauté, elle n’a rien à voir avec les peuples autochtones, non. Passez votre chemin.

Regardez la vidéo

★★★★★