Le Venezuela

Plasencia : Si Alex Saab est condamné, nous continuerons d’insister sur sa libération

Le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, a assuré que si Alex Saab est condamné, ils continueront d’insister pour sa libération, et a également qualifié le processus mené par les États-Unis d’enlèvement.

« Si Alex Saab est condamné, nous continuerons d’insister pour qu’il soit libéré, car il s’agit d’une dynamique illégale. Il existe des cas et des opportunités pour continuer à défendre légalement les droits de ce représentant vénézuélien à ce stade d’enlèvement et d’arrestation illégale », a déclaré le ministre dans une interview au réseau d’information russe RT.

– Les dialogues qui avaient lieu avec l’opposition ont-ils été bloqués après l’extradition d’Alez Saab ?

« Ce serait une vision très passive. Le dialogue avec tous les Vénézuéliens est toujours actif au Venezuela pour parvenir à la paix et à la tranquillité. L’enlèvement de l’ambassadeur Alex Saab, diplomate également membre de la Table de dialogue, est une circonstance qui affecte et a une conséquence dans la dynamique du dialogue, mais cela ne signifie pas que le processus de dialogue avec les Vénézuéliens pour construire des solutions a été démantelé ».

Le gouvernement du président vénézuélien, Nicolás Maduro, « vise les meilleures relations avec tous les membres de la communauté internationale, il n’y a pas d’exceptions à cela », a-t-il déclaré.

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères est en visite officielle en Russie et a souligné que le gouvernement vénézuélien reconnaît et respecte les élections tenues dans les nations. « Le président Nicolás Maduro a félicité le triomphe du président Biden aux États-Unis et a toujours dit qu’il avait les bras ouverts pour une rencontre avec les représentants de ce pays et avec tous les pays membres de la communauté internationale. »

Le haut responsable a assuré que le Venezuela « continue d’être aujourd’hui un leader fondamental dans la région, avec un engagement en faveur de la paix, du multilatéralisme et dans la recherche d’une entente avec les États-Unis ».

Plasencia a déclaré qu’au cours de sa visite en Russie, il s’exprimait au nom du reste des nations d’Amérique latine parce que « le Venezuela est la porte d’entrée naturelle » vers l’Amérique du Sud.

Interrogé sur les sanctions imposées par les États-Unis aux responsables vénézuéliens, le ministre des Affaires étrangères les a décrites comme des mesures coercitives appliquées par le gouvernement américain pour générer des pressions et le départ du président Nicolás Maduro.

Cependant, le ministre des Affaires étrangères a rappelé que ces sanctions « affectent le peuple vénézuélien et ne renversent pas le gouvernement de Maduro, qui est sorti plus fort de ce processus de longues années ».

Le ministre a expliqué qu’un autre objectif que ces sanctions visent à atteindre est l’industrie pétrolière, cependant, cette mesure de pression a permis au Venezuela de parier sur la diversification de sa production de brut, dont le principal marché était les États-Unis.

« J’espère qu’il existe un gouvernement responsable aux États-Unis qui se rend compte qu’imposer des mesures coercitives contre le peuple vénézuélien est une mauvaise voie qui ne fait que jeter le discrédit, l’ignorance et la honte sur la population américaine », a déclaré Plasencia.

Rejet de l’ingérence étrangère

La relation entre l’Iran et le Venezuela a été qualifiée d’historique par le ministre des Affaires étrangères. « Nous rejetons tous les deux l’ingérence étrangère, l’impérialisme et les mesures coercitives »

« Nous défendons tous les deux la souveraineté, nous sommes des producteurs de pétrole très importants, nous avons de grandes réserves de gaz naturel, nous sommes alignés sur une route de défense pour les marchés mondiaux de l’énergie, qui sera toujours un motif de rapprochement, de rencontre et de travail. »

Voir l’interview complète ici.

Le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Félix Plasencia, a assuré que si Alex Saab était condamné, ils continueraient d’insister pour sa libération, il a également qualifié le processus mené par les États-Unis d’enlèvement.

« Si Alex Saab est condamné, nous continuerons d’insister pour qu’il soit libéré, car il s’agit d’une dynamique illégale. Il existe des cas et des opportunités pour continuer à défendre légalement les droits de ce représentant vénézuélien à ce stade d’enlèvement et d’arrestation illégale », a déclaré le ministre dans une interview au réseau d’information russe RT.

Ces dialogues qui avaient lieu avec l’opposition ont-ils été bloqués après l’extradition d’Alez Saab ?

« Ce serait une vision très passive. Le dialogue avec tous les Vénézuéliens est toujours actif au Venezuela pour parvenir à la paix et à la tranquillité. L’enlèvement de l’ambassadeur Alex Saab, diplomate également membre de la Table de dialogue, est une circonstance qui affecte et a une conséquence sur la dynamique du dialogue, mais cela ne signifie pas que le processus de dialogue avec les Vénézuéliens pour construire des solutions a été démantelé ».

Le gouvernement du président vénézuélien, Nicolás Maduro, « vise les meilleures relations avec tous les membres de la communauté internationale, il n’y a pas d’exceptions à cela ».

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères est en visite officielle en Russie, a souligné que le gouvernement vénézuélien reconnaît et respecte les élections qui se tiennent dans les nations, « Le président Nicolas Maduro a félicité le triomphe du président Biden aux États-Unis et a toujours dit qu’il a bras ouverts pour une rencontre avec les représentants de ce pays et avec tous les pays membres de la communauté internationale.

Le haut responsable a assuré que le Venezuela « continue d’être aujourd’hui un leader fondamental dans la région, avec un engagement en faveur de la paix, du multilatéralisme et dans la recherche d’une entente avec les États-Unis ».

Plasencia a déclaré qu’au cours de sa visite en Russie, il s’exprimait au nom du reste des nations d’Amérique latine parce que « le Venezuela est la porte d’entrée naturelle » vers l’Amérique du Sud.

Interrogé sur les sanctions imposées par les États-Unis aux responsables vénézuéliens, le ministre des Affaires étrangères les a décrites comme des mesures coercitives appliquées par le gouvernement américain pour générer des pressions et le départ du président Nicolás Maduro.

Cependant, le ministre des Affaires étrangères a rappelé que ces sanctions « affectent le peuple vénézuélien et ne renversent pas le gouvernement de Maduro, qui est sorti plus fort de ce processus de longues années ».

Le ministre a expliqué qu’un autre objectif que ces sanctions visent à atteindre est l’industrie pétrolière, cependant, cette mesure de pression a permis au Venezuela de parier sur la diversification de sa production de brut, dont le principal marché était les États-Unis.

« J’espère qu’il existe un gouvernement responsable aux États-Unis qui se rend compte qu’imposer des mesures coercitives contre le peuple vénézuélien est une mauvaise voie qui ne fait que jeter le discrédit, l’ignorance et la honte sur la population américaine », a déclaré Plasencia.

Rejet de l’ingérence étrangère

La relation entre l’Iran et le Venezuela a été qualifiée d’historique par le ministre des Affaires étrangères. « Nous rejetons tous les deux l’ingérence étrangère, l’impérialisme et les mesures coercitives »

« Nous défendons tous les deux la souveraineté, nous sommes des producteurs de pétrole très importants, nous avons de grandes réserves de gaz naturel, nous sommes alignés sur une route de défense pour les marchés mondiaux de l’énergie, qui sera toujours un motif de rapprochement, de rencontre et de travail. »

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur le lien suivant.

Vous pourriez également aimer...