plusieurs graines en processus de germination – Jornal da USP

O Que serait la recherche participative en santé?

Je commencerais par annoncer trois endroits possibles pour le chercheur pour aider à introduire et clarifier notre explication :

• Recherche sur
• Rechercher
• Rechercher avec

Trois lieux légitimes et nécessaires dans lesquels le chercheur assume des places différentes. Il n’y a pas de hiérarchie ni de jugement de valeur entre ces positions. Les trois positions cherchent à élargir la base de connaissances d’un sujet particulier à portée de main. Cependant, il existe des spécificités et des intentions distinctes.

La radicalité, peut-être, de la recherche participative réside dans le fait que « laquestion de recherche» (la question de recherche) ne serait pas « un a priori», mais un construit convenu et négocié dans le processus de recherche entre acteurs « scientifiques » et « non scientifiques » sur des sujets qui font sens pour des partenaires « non scientifiques ». Cela suppose un plus grand équilibre dans l’exercice du pouvoir entre partenaires et des ruptures dans la monoculture du savoir.

L’Université du Nouveau-Mexique est l’un des pionniers mondiaux dans le développement de la recherche participative en santé et s’y appelle CBPR – Recherche participative communautaire – tout à fait en phase avec la tradition brésilienne freiréenne d’éducation populaire et une autre modalité également largement pratiquée au Brésil, la « recherche-action ».

Les rencontres entre des approches aux intentions partagées dans le respect de la connaissance des communautés, ancrées dans une véritable posture d’humilité culturelle, ont été l’ingrédient de base pour la conception du projet Múltiplas Sementes, avec une forte inspiration formative pour diffuser la base évaluative et les méthodologies de recherche en santé.

Le programme d’été (PV) de la Faculté de santé publique (FSP) de l’USP, qui en est à sa 29e édition, en 2022, a une vocation bien établie d’élargir sa communauté d’enseignement-apprentissage à travers le Brésil et l’Amérique latine, et a été privilégié partenaire du projet Múltiplas Sementes.

Le 26 janvier, lors du FSP PV 2022, ce partenariat a eu lieu une fois de plus, en six jours de rencontres avec une centaine de participants de différents états du Brésil, avec 23 animateurs de Múltiplas Sementes, dans une autre édition du cours Recherche sur l’action participative et l’autonomisationdispositif pour faire germer des graines qui créent des arbres et produisent des fruits savoureux de plus de recherche participative dans tout le Brésil.

La recherche participative est un exercice collectif. En ce sens, la centaine de participants ont été répartis, au début du cours, en huit groupes de travail thématiques pour la pratique des méthodologies participatives orientées vers les thèmes/sujets/agents de chaque groupe : décideurs intersectoriels, enseignants multiplicateurs, enfants , adolescents, riverains, observatoires des politiques publiques, populations autochtones et sans-abrisme.

Cette stratégie opératoire met stagiaires et formateurs sur un pied d’égalité pour l’exercice de l’écoute médiatisée, des thématiques abordées dans chaque groupe, à travers des méthodologies participatives.

La Faculté de Santé Publique de l’USP et les participants au projet Múltiplas Sementes, motivés par cet ensemencement, parient sur le potentiel de réplication de cette approche méthodologique dans différents contextes et, surtout, ils réaffirment leur intention d’action-réflexion-action, comme dispositif de formation et de transformation des pratiques sociales.

* Nina Wallerstein, de l’Université du Nouveau-Mexique (États-Unis), et Rosilda Mendes, de Cepedoc Cidades Saudáveis ​​​​et Unifesp Baixada Santista, sont partenaires de cette initiative, soutenues par une équipe d’animation de 31 personnes issues d’universités brésiliennes : Ufop, UNB , Fiocruz, PUCRJ, UFPE et UEBA.

★★★★★