Le Brésil

Pour la 2e année, l’ONU met en garde contre les menaces de Bolsonaro contre les droits humains

São Paulo – Ce lundi (13), la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a de nouveau inscrit le Brésil dans une liste d’une quarantaine de pays où la situation des droits de l’homme est jugée « préoccupante ». L’information est du journaliste Jamil Chad, dans un article publié sur le portail UOL. La dénonciation intervient une semaine avant la visite (hors parti) du président Jair Bolsonaro pour ouvrir la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Selon le rapport, Bachelet a mis en garde contre le projet de loi antiterroriste au Congrès national. Selon le commissaire, le texte menace les militants des droits humains et les organisations de la société civile. Elle a également alerté sur la situation des peuples autochtones, en particulier les exactions contre le peuple Yanomami.

Le Tchad prévient que, depuis la redémocratisation, le Brésil a traditionnellement été exclu des pays cités comme « préoccupants » dans l’évaluation de l’ONU. Cependant, c’est la deuxième année consécutive que le pays figure dans cette liste, aux côtés de pays comme le Mali, les Philippines, le Myanmar, le Niger, l’Ukraine, la Chine ou le Venezuela. En Amérique latine, des cas d’abus et de préoccupations ont également été cités en Haïti, au Honduras, au Guatemala et en El Salvador.

Indigène

« Au Brésil, je suis alarmé par les récentes attaques contre des membres des peuples Yanomami et Munduruku par des mineurs illégaux en Amazonie », a déclaré Bachelet, lors de l’ouverture du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. « Les tentatives de légaliser l’entrée d’entreprises sur les territoires indigènes, et de limiter la délimitation des terres indigènes – notamment à travers un projet de loi en cours d’analyse à la Chambre des députés – sont également très préoccupantes », a-t-il averti.

Elle a également affirmé que le gouvernement brésilien renverse « les politiques qui affectent négativement les peuples autochtones ». Il a également demandé au Brésil de ne pas se retirer de la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT). Par cet accord, les pays reconnaissent que les peuples autochtones ont droit aux mêmes droits humains et libertés fondamentales que les autres.

loi antiterroriste

« Mon bureau est également préoccupé par le nouveau projet de loi antiterroriste au Brésil qui comprend des dispositions excessivement vagues et larges qui présentent des risques d’abus, en particulier contre les militants sociaux et les défenseurs des droits humains », a noté Bachelet. Jeudi dernier (9), le député Sanderson (PSL-RS) a enregistré le remplacement du projet de loi 1595/19, qui traite des actions antiterroristes.

Le texte modifie trois lois antiterroristes existantes. En ce sens, le projet élargit les actes qualifiés de terrorisme, permet l’infiltration d’agents publics dans les mouvements et autorise des opérations secrètes. En revanche, pour l’opposition, il y a des risques de criminalisation des manifestations et mouvements sociaux.

Même au début de l’année, sept rapporteurs de l’ONU ont averti que les projets défendus par la base Pocket Narist « menacaient de faire taire les critiques et l’opposition ». Ils ont également signalé le risque de « criminaliser les mouvements sociaux et les grèves, en plus de restreindre les libertés fondamentales ».

Vous pourriez également aimer...