La Colombie

Pour ne pas être un pays mal éduqué

28 mars 2021 – 23h50


Pour:

Antonio de Roux

Malgré l’effort de fournir plus de ressources à l’éducation publique, d’améliorer les fournitures scolaires et les conditions de travail des enseignants, le bon résultat ne se voit pas. Et le système officiel est pire que le système privé.

À cet égard, il convient de considérer que lors des récents tests Sabre 11, la moyenne obtenue par les participants atteignait à peine 250 points sur un total possible de 500. Les différences observées entre les établissements scolaires dans le public sont aussi graves que ce qui précède. et les secteurs privés. Dans les premiers, la moyenne était de 272 points, tandis que dans les autres, elle était de 242.

Les cloches concernant les lacunes de notre système éducatif se sont accrues avec le temps. Lors des tests de Pise, nous nous sommes mal débrouillés. C’est ce qu’indiquent les évaluations 2018 publiées début octobre dernier. Cette fois, nous nous sommes classés cinquante-huit sur soixante-dix-neuf pays participants, présentant des lacunes inquiétantes: nous avons chuté dans les domaines de la lecture et des sciences, et nous sommes à peine restés dans celui des mathématiques.

Les hypothèses sur l’origine de cette situation sont variées. Entre autres, le manque d’innovation dans les stratégies pédagogiques, l’absentéisme des enseignants, la rigidité des programmes, le manque de reconnaissance et d’encouragement des enseignants et les situations de pauvreté vécues par d’innombrables élèves sont mentionnés.

Lorsqu’on explique la distance entre les performances des écoles publiques et des écoles privées, il y a des éléments supplémentaires qui ne peuvent être ignorés. Si la plupart des éducateurs brillent par leur engagement et leur détermination à exercer leur profession avec décorum, on ne peut pas en dire autant des syndicats qui les représentent.

C’est le cas de Fecode, une organisation qui proclame ouvertement son approche d’extrême gauche. C’est pourquoi l’idée grandit dans l’opinion publique que ce groupe n’a aucun intérêt à ouvrir les horizons de la connaissance, ni à semer le progrès chez les étudiants des secteurs populaires. De plus, dans son obsession d’attaquer les institutions de la démocratie bourgeoise, l’organisation syndicale ne s’arrête pas non plus à considérer les droits dominants des enfants et des adolescents en matière d’accès à l’éducation et à la culture librement, sans préjugés.

Ce qui a été dit montre clairement que dans l’éducation publique, il n’est pas possible de continuer avec un agenda détourné par l’idéologie, malgré les défis que le monde moderne efficace et compétitif pose aux futurs professionnels. Il n’est pas acceptable que l’ambition de certains alliés électoraux mène, même contre la volonté de milliers d’enseignants, à une mobilisation incessante, à l’endoctrinement des étudiants, à l’occupation dans des activités non pédagogiques, à la résistance aux évaluations de performance.

De meilleures conditions pour ses professeurs affiliés et une qualité globale devraient être les contributions de Fecode à la construction d’une société meilleure. Par simple respect des valeurs républicaines, l’élimination souhaitée du système capitaliste et l’éventuelle dictature du prolétariat devraient être laissées aux professionnels de la politique. Espérons que l’organisation susmentionnée se concentre sur ses propres tâches et rejette la tentation de continuer à contribuer à faire de nous un pays peu instruit.
Suivez sur Twitter @antoderoux

Vous pourriez également aimer...