La Colombie

Pourquoi plus de Colombiens le font ?

En 2020, 64 000 Colombiens sont passés de fonds de pension privés au fonds public, c’est-à-dire à Colpensiones, tandis que 980 personnes sont passées de Colpensiones à des fonds privés.

Cette grande différence montre la confiance que l’administrateur des retraites du secteur public a gagnée, déclare avec véhémence le président de l’entité, Juan Miguel Villa, qui soutient que de nombreux Colombiens ont compris qu’être à Colpensiones est synonyme de tranquillité.

Il ajoute qu’à tout cela s’ajoutent les résultats des enquêtes qui ont été menées au niveau du marketing dans différentes villes du pays, puisque la plupart des gens expriment qu’ils se sentent plus en confiance dans l’institution officielle. Et c’est parce que de nombreux Colombiens reçoivent une allocation plus élevée que ce qu’ils auraient obtenu dans un fonds privé.

En dialogue avec El País, M. Villa, qui terminera en novembre trois ans à la tête de la présidence de Colpensiones, affirme que pas mal de Colombiens lui demandent dans la rue si les fonds publics sont meilleurs que les fonds privés. « Je leur réponds toujours que la meilleure chose est qu’ils fassent le travail bien fait et se conforment au double conseil pour qu’ils puissent prendre la bonne décision. »

Vous pouvez lire : Les syndicats de la région présentent au gouvernement leur plan de réactivation

N’oubliez pas qu’en 2018, le nombre de Colombiens qui ont décidé de transférer de Colpensiones vers des fonds privés était de 28 000 et trois ans plus tard, le chiffre a beaucoup baissé et en 2020, il n’a même pas atteint le millier.

Se référant à la question de la viabilité financière de l’entité, il souligne fermement que les Colombiens peuvent être assurés que leurs allocations ne seront jamais manquées. Ces ressources sont toujours garanties.

M. Villa Lora, né à Valledupar, est un économiste, un magistère en économie de la Pontificia Universidad Javeriana et un doctorat en politique et gestion du développement de l’Université de Manchester, au Royaume-Uni.

Il a récemment visité les bureaux de Cali. L’un d’eux a été vandalisé pendant les blocus. Quand ce quartier général sera-t-il à nouveau opérationnel ?

Nous observions ce qui s’est passé au siège social dans le centre-ville. Il a été détruit et pour le moment nous résolvons le problème avec l’assureur. On regarde s’il peut être rouvert là-bas ou ailleurs.

Comment se porte Colpensiones aujourd’hui, étant donné que pas mal de Colombiens ont ou ont perdu confiance en l’entreprise et c’est pourquoi beaucoup se sont tournés vers des fonds privés ?

Nous sommes en concurrence avec des fonds privés et effectivement la tâche était de regagner la confiance car les procédures prenaient du temps et il y avait certaines inefficacités, mais je tiens à vous dire que cela a été réalisé ces dernières années.

Je crois que l’une des réussites de l’entité est la façon dont elle a été constituée pour être concurrentielle sur le marché de l’administration des régimes de retraite avec la facilité que toute entreprise doit avoir pour rivaliser. Elle a déjà une structure de gouvernance d’entreprise comme n’importe quelle entreprise privée et cela se voit dans les résultats.

Cela peut vous intéresser : Quatre raisons pour lesquelles l’économie va accélérer sa croissance

L’une des tâches du gouvernement national est la mise en œuvre d’une réforme des retraites, pensez-vous qu’elle est nécessaire ?

Eh bien, écoutez, ce que je peux répondre, c’est qu’il y a trois défis dans cette discussion, le numéro un est la durabilité, lorsque la loi de 1993 a été faite, l’urgence était une question de durabilité dans le régime que le précédent a apporté et avec l’introduction de des fonds privés l’ont promis.

Il y a eu plusieurs actions au cours de toutes ces années qui ont avancé vers cette question de durabilité.

La seconde est une question d’équité, c’est-à-dire comment les Colombiens prennent leur retraite et avec quels avantages ils prennent leur retraite.

On dit toujours que Colpensiones a des mégapensions et ils mettent ça en majuscule mais en réalité ce n’est pas comme ça.

La moitié des pensions correspond au salaire minimum et jusqu’à 95 % des retraités perçoivent jusqu’à 4 salaires minimum.

Il y a 278 pensions au-dessus de 20 SMIC, ce qui veut dire que nous ne sommes pas inondés de méga-pensions, et le troisième point est la question de la couverture.

L’idée est de regarder quelle couverture nous avons dans le pays pour la protection économique de la vieillesse, où les retraites jouent un rôle clé.

De ces trois points, lequel est le plus pertinent ?

La couverture est la plus pertinente car seul un quart des personnes ayant atteint l’âge de la retraite dans le pays ont effectivement une pension. 75 % de la population adulte n’a pas de pension, est sans domicile fixe et se trouve à une étape de la vie où il est très difficile de trouver un emploi car la personne est à la retraite.

Le plus complexe, c’est que la population adulte augmente dans notre pays. La couverture est un défi, mais nous ne sommes pas restés les bras croisés.

Qu’est-ce qui a été fait pour le résoudre?

Colpensiones a une tâche qui répond à ce défi. Ce sont les Bénéfices Economiques Périodiques (Beps).

Avec les Beps, qui fonctionnent depuis 2015, l’objectif est de répondre aux personnes qui ne peuvent pas cotiser à la retraite. Désormais, il y aura une garantie pour les personnes âgées et elles pourront obtenir des ressources pour la vieillesse.

Pour répondre à ma question, alors faut-il une réforme des retraites ?

Eh bien, regardez, parfois nous abusons du mot réforme, en réalité des actions sont déjà prises et ce mandat est celui qui répond à ce défi.

« L’entité a également beaucoup avancé dans la réponse aux demandes. Petit à petit, nous nous sommes améliorés et nous les avons beaucoup abaissés. »

Villa Juan Miguel,

Président de Colpensiones.

Qu’est-ce qui peut changer dans Colpensiones pour la question de la couverture?

Eh bien, l’outil est déjà disponible et ce sont les Beps. Lorsqu’une personne atteint l’âge de la retraite, on lui offre la possibilité de ne pas retirer ce qu’elle a pu cotiser et de ne pas prendre l’argent pour la maison, mais plutôt que ces ressources soient transmises aux Beps. À partir de là, ils auront droit à une subvention, qui est une garantie de revenu pour le reste de la vie de cette personne.

Lire aussi : C’est ainsi que Bancóldex atteindra toutes les régions du pays

Les Beps fonctionnent depuis six ans, qu’est-ce qui a été réalisé ?

Nous avons considérablement avancé, il y a trois ans quand je suis arrivé à Colpensiones il n’y avait pas plus de 8000 personnes qui avaient un produit retraite avec Beps, aujourd’hui nous avons quadruplé ce nombre et nous sommes à 33 000 personnes qui l’ont déjà, c’est-à-dire qu’il a s’est développé très rapidement pour leur donner cette opportunité aux Colombiens qui ne peuvent pas prendre leur retraite.

Le deuxième défi est l’équité. Y a-t-il des personnes qui pensent que la prestation devrait être supprimée des pensions plus élevées. Pour cela une réforme s’impose ou pas ?

Ce qui se passe, c’est que je ne peux pas vous dire quelle direction prendre face à cela parce que je ne peux tout simplement pas le faire.

Combien de Colombiens sont aujourd’hui retraités des Colpensiones et des fonds privés ?

Dans notre entité, il y a environ un million et demi de Colombiens à la retraite et dans les fonds privés environ 200 000.

« Les ressources pour payer les retraites seront toujours garanties. C’est un engagement du gouvernement national.

Villa Juan Miguel,

Président de Colpensiones

Au début de l’entretien, vous avez évoqué la confiance que l’entité a retrouvée. Comment voyez-vous cette confiance ?

Dans le transfert des Colombiens des fonds privés aux Colpensiones.

Regardez, de 2012 à la clôture du premier trimestre 2021, un million de personnes sont revenues dans le fonds public. Et ils ont été renvoyés pour de nombreuses raisons, l’une d’entre elles est la confiance.

Quand quelqu’un me pose des questions sur ce problème dans la rue, ma réponse est que chacun devrait prendre un double conseil en appelant le fonds privé et Colpensiones afin qu’ils puissent leur dire ce qui est le mieux pour eux.

Il n’y a pas de règle générale, mais chaque histoire de travail est individuelle et je dis toujours aux gens de faire un double conseil avant de prendre une décision.

Lire aussi : Les ventes de maisons continuent d’augmenter dans la Vallée et en Colombie

L’année dernière, comment s’est déroulé le transfert entre fonds ?

En 2020, 64 000 Colombiens ont été transférés de fonds privés vers Colpensiones, et de Colpensiones vers des fonds, seules 980 personnes ont été transférées. Cela montre que presque tout le monde veut être à Colpensiones. Et personne ne quitte l’entité. En 2018, 28 000 personnes sont passées de Colpensiones aux caisses, et comme je vous l’ai déjà dit, l’année dernière il n’y en avait même pas un millier. Les gens se sentent plus en confiance avec nous et cela a également été reconnu par les enquêtes menées au niveau du marché.

On a beaucoup spéculé sur la pérennité du système public de retraite et la crainte est qu’il ne soit pas en mesure de payer les allocations à moyen ou long terme…

Ce n’est pas vrai, c’est faux, ici en Colombie il y a peut-être un manque d’argent pour ce qu’on veut, mais pour les retraites c’est sacré. Le paiement des pensions est une obligation du gouvernement national et constitutionnel. En plus d’être une obligation, c’est un engagement envers tous les Colombiens qui ont travaillé toute leur vie et ont rempli les conditions pour avoir une pension. Les ressources sont toujours garanties.

Pour plus de couverture

Quelle est votre plus grande préoccupation ?

Développez la couverture. Avoir une proportion plus élevée de personnes âgées dans notre pays sans revenu fixe garanti comme celui d’une pension est quelque chose qui m’empêche de dormir, mais nous avons les outils pour continuer à avancer, ce sont les Beps.

Je veux que chaque adulte colombien ait un revenu fixe pour servir de protection dans sa vieillesse.

Et quel est votre gros pari cette année ?

Continuez à avancer dans les services. Je vous dis que l’année dernière il nous a fallu un mois pour répondre à ceux qui demandent leur pension.

Vous pourriez également aimer...