Près de 30 pays souhaitent rejoindre le groupe Brics

Environ 30 pays ont soumis leur demande officielle pour rejoindre le bloc d’intégration des BRICS, composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud.

L’information a été annoncée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de son bilan annuel 2023 de la diplomatie russe.

Dans son message, il a souligné l’avancée de la multipolarité dans le scénario international actuel.

Il convient de rappeler que le Venezuela fait partie des pays qui ont demandé une entrée formelle dans le bloc, dont le processus espère se consolider en 2024.

C’est pour cette raison que les pays BRICS ont accepté l’élargissement du bloc et ont adopté un document qui établit les principes et les processus pour entamer la procédure.

Tous les pays qui composent les BRICS ont exprimé leur soutien à l’entrée de différents pays dans le bloc et ont affirmé qu’ils renforceraient la coopération avec les pays émergents, afin de consolider le nouveau modèle multipolaire qui se construit à l’échelle mondiale.

D’autre part, il a expliqué qu’en 2023 seront consolidés de nouveaux centres de croissance économique, de pouvoir financier et d’influence politique, qui « dépasseront de manière significative les États-Unis et d’autres pays occidentaux dans leur développement », a cité le portail TeleSur.

Dans ce sens, il a déclaré que l’objectif fondamental de la Russie d’ici 2024 est de cesser de dépendre des différentes chaînes d’approvisionnement reliées par l’Occident.

Au cours de son discours, il a évoqué le conflit avec l’Ukraine, qui dure depuis février 2022, et a déclaré que la Russie restait ferme dans ses objectifs concernant Kiev et tenait les États-Unis pour responsables du maintien du conflit actif.

« Washington a mis le cap sur l’expansion effrénée du bloc anti-russe, l’OTAN, dans l’espace post-soviétique et a provoqué un conflit autour de l’Ukraine », a-t-il déclaré, cité par le portail.

D’autre part, il a mis en avant les relations entre la Russie et la Chine et espère qu’une série d’événements auront lieu cette année afin de renforcer le dialogue entre Moscou et Pékin, tout en soulignant la croissance rapide de l’économie du géant asiatique.