Le Venezuela

Président : Les États-Unis ont poignardé la table du dialogue au Mexique

Le président de la République, Nicolás Maduro, a assuré ce samedi que les États-Unis ont provoqué une rupture dans les processus de dialogue au Mexique.

En ce sens, le dignitaire a dénoncé que les États-Unis, en kidnappant le diplomate vénézuélien Alex Saab, ont saboté le dialogue entre l’opposition et le gouvernement national établi au Mexique.

« Les Etats-Unis ont poignardé le dialogue (…) les Etats-Unis ont assuré qu’ils n’allaient pas prendre notre diplomate Alex Saab », a-t-il dénoncé.

À cet égard, il a expliqué que le coordinateur de l’opposition, Gerardo Blyde, s’était entretenu avec le département d’État américain et avait donné des garanties que l’extradition du diplomate vénézuélien, Alex Saab, ne serait pas effectuée.

« Ils ont kidnappé Alex Saab dans une prison de Floride, l’accusant de mille faux documents, et Alex Saab continue d’être l’un des représentants de la Mexican Dialogue Table. Il faudrait qu’il y ait de gros changements pour que nous retournions au Mexique », a souligné le président national.

Lors d’un entretien avec le journaliste espagnol Ignacio Ramonet, le chef de l’Etat a réaffirmé son appel au dialogue politique dans le pays. « Je crois au dialogue, à la compréhension, je suis contre les appels que l’opposition a lancés pour nous envahir. »

« J’ai appelé au dialogue pendant presque 9 ans que je suis président en toutes circonstances, avec toutes les oppositions, car je suis un homme de dialogue et de paix », a déclaré Maduro.

Le leader national a déclaré qu’un pont d’entente avait été établi avec des secteurs de l’opposition extrémiste. « Les dialogues allaient très bien, nous entrions déjà dans les grands dossiers, la réinstitutionnalisation du Venezuela, l’économie, les sanctions pénales, la vie du pays et, encore une fois, quand il y avait déjà des pré-accords et nous allaient donner de bonnes nouvelles pour le pays, le département d’État américain prend une mesure dont il savait qu’elle entraînerait une rupture des dialogues », a-t-il souligné.

«Quand nous sommes allés au Mexique, nous avons compris que lorsque nous nous sommes assis pour discuter avec l’opposition extrémiste – guaidociste, nous nous sommes assis pour parler avec les États-Unis. Mais, nous connaissons déjà le sort des négociations mexicaines. C’est depuis le Nord qu’ils ont poignardé la serpillière pour faire dérailler les négociations de paix au Mexique », a-t-il rappelé.

« Je dis toujours à mes collègues, dirigeants, femmes leaders, chefs politiques, du Grand Pôle Patriotique (GPP), du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV), gouverneurs et gouverneurs : n’attendons rien d’autre que de nous-mêmes.

« J’espère que qui sait quand et avec qui s’ouvriront les possibilités d’un dialogue direct, courageux, sincère et compréhensif avec le gouvernement des États-Unis. Si ça arrive, très bien, et si ça n’arrive pas, on continue notre chemin », a-t-il conclu.

Extrême droite corrompue et apatride

La Révolution bolivarienne du Venezuela fait face à une extrême droite corrompue et vend une patrie qui a fait beaucoup de dégâts au pays, comme l’a déclaré le président constitutionnel de la République, Nicolás Maduro.

« Ces gens – l’extrême droite – ont montré la pourriture morale dans laquelle ils évoluent, ils ont mis leurs griffes comme des oiseaux de proie sur ces sociétés -CITGO et Monómeros-, sur ces actifs, et ce qu’ils ont fait, c’est les voler et les distribuer comme du butin », a-t-il dénoncé.

Le président vénézuélien a rappelé que le gouvernement américain avait déclaré, il y a plus d’un an, avoir donné quelque 1,6 milliard de dollars au groupe d’extrême droite dirigé par Juan Guaidó et Leopoldo López.

« Il y a 1 600 millions de dollars de contribuables américains, un jour surgiront des juristes, de braves gens, qui cherchent la vérité. Où ont-ils obtenu l’argent, à qui l’ont-ils donné et comment l’ont-ils détourné ? » s’interrogea-t-il.

Vous pourriez également aimer...