Le Brésil

Prestation indirecte de services publics: plus avec moins.

Ce texte est rédigé par Public Agenda, spécialiste de l’amélioration des services publics et qui depuis plus de 10 ans conjugue les efforts des gouvernements, de l’initiative privée et de la société civile pour renforcer les équipes, les institutions et les territoires, élargir les capacités, les opportunités et le bien-être des développement durable et inclusif.

Découvrez le reste de la piste sur les services publics:

1. Amélioration des services publics: un programme pour le Brésil
2. Que sont les services publics?
3. Comment les services publics sont-ils financés?
4. Prestation indirecte de services publics: plus avec moins

Image illustrative de personnes dans un bureau.
Image illustrative. (Photo: Pixabay)

Dans le texte «Comment les services publics sont financés», nous affirmons que les ressources publiques sont limitées. Cela signifie que, quel que soit l’intérêt qu’il y a, l’administration publique seule a du mal à répondre de manière satisfaisante à toutes les demandes sociales.

Lorsque l’on prend en compte les dimensions continentales du territoire brésilien, dont la répartition des ressources est inégale au niveau régional et interétatique, la difficulté de concilier la demande de services publics avec la capacité de financement des gouvernements est parfois assez critique.

Ainsi, pour que les conditions minimales de fourniture et d’accès aux services publics soient garanties à la population, les pouvoirs publics adoptent souvent comme stratégie le transfert de la gestion des services publics aux particuliers. Cela peut se faire, par exemple, via des partenariats public-privé, à travers des partenariats avec des organisations de la société civile et aussi à travers trois dispositifs (concession, permission et autorisation), que nous avons déjà commentés dans le premier texte de notre piste.

Toutes les modalités mentionnées sont des exemples de fourniture indirecte de services publics, c’est-à-dire lorsque l’administration publique transfère l’exécution, mais non la propriété, du service public.

Action conjointe avec le tiers secteur

Le gouvernement peut conclure des contrats avec le secteur privé et des entités à but non lucratif pour la fourniture de certains services publics. Il s’agit de services dits délégables ou inappropriés, dont la responsabilité n’est pas exclusive à l’État.

Dans ce cas, le transfert de gestion des services publics s’effectue par la conclusion d’un contrat de gestion, signé entre l’administration publique et une organisation sociale (OS). Les OS, dont les activités sont régies par la loi n ° 9637/98, sont des entités privées à but non lucratif, qualifiées par l’administration publique pour mener des activités socialement pertinentes, visant l’enseignement, la recherche, le développement technologique, la protection et la préservation de l’environnement. , santé et culture.

De cette façon, le financement des services publics reste sous responsabilité de l’État mais son disposition Ses transféré à ces entités, qui assument le rôle de gestion de ces activités.

Le modèle est utilisé, par exemple, dans le cas de la gestion des équipements culturels, tels que les maisons culturelles, les musées et les bibliothèques, pour la gestion partagée des Centres d’éducation des enfants (CEI) et aussi de certains établissements de santé, comme c’est le cas des Unités Unités de santé de base (UBS) et des unités de soins d’urgence (UPA).

Même si la loi ne précise pas expressément quand le gouvernement met à disposition de ces entités des salariés, des biens mobiliers et immobiliers pour la gestion des équipements publics, utilisés pour servir directement le citoyen, le processus est similaire à la concession administrative. Pour cette raison, il y a, dans ce cas, la notion de délégation de services publics.

Le rôle de l’administration publique dans le partenariat est de suivre et de superviser le développement des activités publiques de ces entités et leur performance avec la société. Les partenariats entre l’administration publique et les organisations sociales sont controversés. Dans le tableau ci-dessous, vous pouvez vérifier certains des points abordés dans la littérature:

Tableau des arguments pour et contre les partenariats entre les organisations sociales et l'administration publique.

Les partenariats signés avec les OSCIP et les OSC suivent-ils ce même modèle?

La réponse est non. Le partenariat avec d’autres organisations de la société civile est régi par d’autres législations spécifiques.

Le partenariat avec les organisations sociales d’intérêt public (OSCIP), par exemple, se fait via terme de partenariat avec l’administration publique, pour permettre des activités d’intérêt public que ces entités exercent déjà au profit de la société. Comme pour les OS, les OSCIP reçoivent ce type de qualification par le gouvernement et leurs activités sont régies par la loi n ° 9 790/99.

Par contre, des partenariats avec des organisations de la société civile (OSC) ont lieu terme de promotion ou terme de collaboration, selon les règles prévues par la loi 13.019 / 14. Dans ce cas, le partenariat vise à mener des activités d’intérêt public, à travers l’exécution d’activités ou de projets établis dans des plans de travail de collaboration mutuelle avec l’administration publique.

Dans ces types de partenariats, il n’y a donc pas d’affectation de fonctionnaires ou de biens publics pour mener des activités, comme cela peut arriver en partenariat avec les OS.

Existe-t-il un contrôle social sur les services fournis par ces organisations?

Comme pour les autres activités de l’État, les partenariats font également l’objet d’une évaluation par les organes de contrôle interne et externe du gouvernement. Si l’inspection des organismes de contrôle est liée au transfert de ressources publiques, l’inspection des produits issus de ce partenariat, de son avantage économique et social est sous la responsabilité de l’agence ou de l’entité publique chargée de conclure le partenariat.

De même, ces partenariats sont soumis aux mêmes exigences légales de transparence publique, et leurs objets contractuels respectifs sont également soumis au contrôle social.

De cette manière, chaque citoyen (ã) a également le droit de contrôler, d’inspecter et de contrôler la performance des activités menées indirectement par l’administration publique et peut exiger que les données publiques relatives à cette performance soient mises à la disposition de l’ensemble de la société. C’est un complément indispensable pour garantir que les activités exercées par les entités du tiers secteur ne s’écartent pas du sens public auquel elles sont destinées.

Financement privé

Comme déjà évoqué dans le texte «Que sont les services publics» sur notre piste, lorsqu’ils sont transmis au secteur privé, les services publics commencent à être exploités économiquement par les concessionnaires ou les permissionaires de ces services.

Dans ce type de modèle, c’est à travers facturer des frais modérés aux consommateurs des services octroyés, fixés conformément au projet d’appel d’offres, que les dépenses liées à l’exploitation et à l’amélioration du service soient rendues possibles. L’Etat ne participe pas en tant que financier de ces activités, mais assume le rôle de suivi de la bonne exécution du contrat, à travers une agence de régulation.

A ce titre, ils peuvent faire l’objet de ce type d’exploitation, par exemple, les services d’assainissement de base, la distribution d’électricité et les transports publics.

Cependant, pour être opérationnalisées, ces activités doivent répondre aux conditions minimales, prévues par la loi, afin qu’elles soient adéquatement fournies à la population.

Ainsi, les services fournis doivent: être offerts sans discernement à tous (généralité), à un prix raisonnable (modicité), répondre de manière satisfaisante aux besoins des utilisateurs (efficacité), donner un bon traitement aux consommateurs (courtoisie) et être fournis en permanence aux l’ensemble de la population (continuité).

Lorsque les conditions minimales de service adéquat ne sont pas respectées, le concessionnaire ou le concessionnaire est exposé aux sanctions légales et contractuelles établies par le gouvernement.

De même, dans ces types de contrats, les droits des utilisateurs doivent être clairement garantis, comme le prévoit la Constitution fédérale, et l’État est responsable de recevoir, d’enquêter et de résoudre les plaintes des utilisateurs concernant la fourniture de ces services.

Conseil d'argumentation

Contrairement à ces deux modalités, concessionnaire et permissionaire, sous forme d’autorisation de services publics, les prix sont gratuits, sans besoin de contrôle étatique. Ils relèvent de certains types d’activités liées aux services de communication, comme les services de téléphonie mobile. Parce qu’elles sont liées à des droits restreints et non publics, au lieu d’être régies par le droit public, ces activités sont subordonnées au code de la consommation.

En plus de ces modalités, il existe également une autre possibilité de financement et de soutien des services publics qui a pris de l’ampleur ces dernières années au Brésil: le phénomène de l’investissement social privé.

Savez-vous ce que signifie ce terme et pourquoi il est considéré comme l’un des paris pour la transformation du management public?

Gardez un œil sur le texte suivant pour le vérifier.

Nous t’attendons!


Vous pourriez également aimer...