La Colombie

Primoz Roglic a remporté l’étape 21 et a remporté le titre de la Vuelta a España 2021

Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo Visma) a gravi une nouvelle étape dans l’histoire de la Vuelta avec la troisième victoire consécutive, signant cette fois sa conquête avec des lettres d’or avec une magnifique prestation dans le contre-la-montre final de 33,8 km entre Padrón et Saint-Jacques-de-Compostelle, démontrant sa condition de champion olympique de la modalité.

Roglic a été le roi du Tour des Cathédrales. Il a commencé à gagner à Burgos et a terminé acclamé vêtu de rouge rigoureux sur la Plaza del Obradoiro dans la capitale galicienne après un chrono supersonique qui lui a permis de remporter sa quatrième victoire avec un temps de 44,02 minutes, à une moyenne de 46 km/heure.

Le cycliste de 31 ans de Trbovlje a simplement imposé la loi du plus fort. Il a battu le Danois moustachu Magnus Cort Nielsen (EF Education) de 13 secondes et le Néerlandais Thymen Arensman (DSM) de 51 secondes. Enric Mas, qui a bu l’alcool d’être doublé par Roglic entrant à côté de la cathédrale de Santiago, a terminé neuvième à 2,04 minutes.

Le coureur majorquin n’a eu aucun problème à conserver la deuxième place au classement général, égalant le résultat de 2018, mais à 4,42 derrière Roglic, la plus grande distance entre le premier et le deuxième au cours des 24 dernières années. La troisième place a également été défendue avec succès par l’Australien Jack Haig (Bahreïn). En dehors de la boîte se trouvaient les Suisses Gino Mader et Egan Bernal. Dans le top 10, septième, l’Espagnol David de la Cruz

Photo : EFE

Photo : EFE

ROGLIC A VOLÉ HAUT SUR LES TOURS

Roglic (Trbovlje, 31 ans), a franchi une nouvelle étape dans l’histoire de la Vuelta en devenant le troisième coureur à remporter trois éditions consécutives, égalant le Suisse Tony Rominger (1992, 93 et ​​94) et l’Espagnol Roberto Heras (2000, 03.04). et 05), détenteur du record avec 4 victoires. Aussi avec 3 figurines Alberto Contador.

Cela a été le modèle de la manche du début à la fin. Il a commencé à marquer le territoire avec la victoire à Burgos, a sorti le rouge quand cela l’intéressait et l’a récupéré pour le garder dans les moments clés, où le vrai leader devrait apparaître. Roglic repart avec 4 victoires – un total de 9 en tours. Son ambition l’a récompensé par le mérite, et son triomphe dans les lacs de Covadonga après un grand duel avec Egan Bernal est resté dans l’histoire.

Désormais, il suit la fuite de Roglic à la recherche de la réalisation de ses ambitions, infatigable malgré les difficultés qui peuvent survenir. Le champion olympique du chrono tombe et se relève plus fort. En 2020, il a perdu le Tour au chrono final contre son compatriote Pogacar.

Le revers il l’a surmonté pour revenir sur le Tour 2021. Et il a subi une nouvelle gifle. Une chute l’a laissé touché et l’a contraint à l’abandon dans la neuvième étape. La bouée de sauvetage était l’épreuve olympique et la Vuelta. Et dans ces scénarios, il était le meilleur. Deux ors.

En présence de sa femme et de son fils, excités, Roglic leva les bras au ciel de Santiago, et écouta l’hymne de son pays pour la troisième année consécutive. De part et d’autre de l’empereur, Mas et Haig, ceux qui ont souffert de la qualité cycliste slovène.

CYCLISME ESPAGNOL SOUS MINIMUM

Dans les classements complémentaires, le maillot qui accrédite le Roi de la Montagne était porté par l’Australien Michael Storer (DSM), le maillot vert aux points le Néerlandais Fabio Jakobsen (Deceuninck Quick Step), la meilleure cible jeune était pour le Suisse Gino Mader (Bahreïn) et par équipes, le titre a été remporté par Bahreïn. L’Australian Storer s’est également déclaré combatif de cette édition.

La Vuelta n’a pas laissé un doux souvenir au cyclisme espagnol. C’est la première fois qu’il n’y a pas de victoire espagnole parmi les trois grands dans la même saison. La deuxième place de Mas a une saveur douce-amère, car le Majorquin a été soumis d’une main de fer par Roglic.

Peu attendaient la troisième place de l’Australien Haig, ni la performance médiocre d’Egan Bernal, vainqueur du Tour 2019 et du Giro 2021. Aux commandes d’un puissant Ineos, beaucoup plus étaient attendus du cycliste de Zipaquirá, enfin sixième.

La manche a laissé le souvenir de la « résurrection » du Néerlandais Fabio Jakobsen, sur le point de perdre la vie il y a un an en raison d’une chute dans la Vuelta Pologne, du triplé de Magnus Cort, des forfaits de Mikel Landa et Richard Carapaz, et du  » effrayé  » étrange par Miguel Ángel López dans l’avant-dernière étape. Une édition, en tout cas, qui s’est offert le luxe de voir la meilleure version d’un immense cycliste : Primoz Roglic

Vous pourriez également aimer...