Le Brésil

«  Quand le président de la République dit de telles absurdités, c’est la fin des temps  »

São Paulo – « Je suis déçu. » La courte phrase est du juriste et constitutionnaliste Celso Antônio Bandeira de Mello, sur la situation tragique du Brésil sous le gouvernement de Jair Bolsonaro. Avec un nombre de pandémies battant des records et en augmentation, des pénuries de vaccins et d’hôpitaux à la limite de la capacité à travers le pays, la population est encore témoin, pratiquement tous les jours, des déclarations irréalistes et offensantes du président de la République.

Quand la dérision ne vient pas du chef du gouvernement, elle vient de certains de ses plus proches collaborateurs. Ce vendredi (5), par exemple, c’était au tour du ministre des Affaires étrangères, Ernesto Araújo, d’apporter sa contribution. Pour lui, l’augmentation du nombre de cas de covid-19 dans le pays est «normale». « Concernant le nombre de cas et de décès, c’est très tragique, mais apparemment il est normal après le début d’une vaccination de masse que les cas augmentent dans les pays puis baissent brusquement », a libéré la « chancelière » brésilienne, sans présenter aucun élément scientifique. Les données. Il a participé à l’événement «Relations Brésil-États-Unis: une conversation avec Ernesto Araújo», du Conseil des Amériques, une organisation privée fondée par le magnat David Rockfeller en 1963. Selon Araújo, face à la crise, la santé brésilienne le système «parvient à bien faire face». « Il y a un manque d’USI dans certains Etats, mais, en général, le système fonctionne bien », a-t-il ajouté.

«L’éducation civique fait défaut»

Bandeira de Mello voit une autre réalité. «Quand le président de la République dit le non-sens qu’il dit, c’est la fin des temps. Je viens de le jeter dehors », dit l’avocat au RBA. Le problème, à son avis, est qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de perspectives visibles pour que cette possibilité se concrétise.

«Parce qu’il n’y a pas assez de réaction pour cela. Tant que ce président sera au pouvoir, cela restera horrible. Le Brésil a dû réagir il y a longtemps. Malheureusement, il ne réagit pas, il accepte tout », déplore-t-il. Pour Bandeira de Mello, la principale raison de la «très grande passivité du peuple» face à la situation brésilienne est l’éducation. « Nous manquons d’éducation civique. »

Jeudi (4), commentant les vaccins facturés par la majorité du peuple brésilien, les médias et les gouverneurs d’État, Bolsonaro a perdu le contrôle. «Il y a des idiots que nous voyons sur les réseaux sociaux, dans la presse,« allez acheter des vaccins ». Seulement si c’est chez votre mère », a-t-il déclaré.

Face aux faits qui s’accumulent pendant le mandat de l’actuel président, Bandeira de Mello a un bilan similaire à celui de l’avocat Wadih Damous sur le rôle de la Cour suprême. «La Cour suprême doit remplir son rôle fonctionnel. Il n’agit que sous provocation. S’il n’y a pas de provocation, que pouvez-vous faire? Rien. Le bureau du procureur général n’agit pas », dit-il.

Les ministres Marco Aurélio Mello, Rosa Weber et Ricardo Lewandowski, du STF, ont déjà envoyé des informations sur la criminalité contre Bolsonaro au PGR. Aucun d’entre eux, jusqu’à présent, n’a reçu de réponse du procureur général, Augusto Aras.

Chez Alesp, un harcèlement impuni

Comme autre exemple illustratif du tableau qui le laisse désabusé avec le pays, Bandeira de Mello cite le cas du député Fernando Cury (Citoyenneté), accusé de harcèlement contre le député Isa Penna (PSOL). «Un député qui« donne »à un collègue ne mérite pas de continuer. Il a eu une punition très légère. Il n’est même pas expulsé (du mandat). Alors, tout est perdu », conclut l’avocat.

Vendredi (5), le soi-disant Conseil d’éthique de l’Assemblée législative de São Paulo (Alesp) a voté la sanction de Fernando Cury. La collégiale a décidé de suspendre le député pendant 119 jours. Maintenant, la décision va à la plénière. Isa Penna, qui avait demandé au conseil de révoquer le mandat de Cury, déposera une demande pour que le parlement de l’État suspende son collègue pendant un an.

Vous pourriez également aimer...