Le Brésil

Quelle est l’importance des nouvelles technologies dans l’étude des galaxies ? – Revue USP

Catarina Aydar dit que le télescope James Webb permettra l’observation d’objets astronomiques avec une résolution beaucoup plus grande et avec une plus grande portée que les télescopes actuels

par Diogo Paiva

James Webb est considéré comme le successeur de Hubble, jusqu’alors le télescope le plus puissant de la NASA – Photo : Razorien Eve/Flickr

Le télescope James Webb a été lancé le 25 décembre dernier. Le lancement a eu lieu depuis une base de l’Agence spatiale européenne (ESA) en Guyane française. Le télescope a été lancé à l’aide de la fusée Ariane 5, de la société européenne Arianespace.

Le James Webb est le dernier télescope spatial de la NASA. Son développement a commencé en 1996 et sa sortie a été retardée pendant des années. Au total, 9,7 milliards de dollars US ont déjà été investis dans le projet.

Le télescope possède un miroir pouvant dépasser les six mètres, composé de 18 segments hexagonaux dorés. Cette taille, qui se rapproche des plus grands télescopes au sol, permettra d’observer les objets astronomiques avec une résolution supérieure à ce qui est actuellement possible.

Le télescope est considéré comme le successeur de Hubble, jusqu’alors le télescope le plus puissant de la NASA. Pourtant, le James Webb ne remplacera pas complètement le télescope précédent. Les deux télescopes fonctionnent de manières différentes et, tant que Hubble est opérationnel, ils devraient fonctionner de manière complémentaire.

ce qui sera observé

Catarina Aydar – Photo : Sites USP/Astrominas

Catarina Aydar, doctorante à l’Institut d’astronomie, de géophysique et des sciences atmosphériques (IAG) de l’Université de São Paulo, qui a des recherches impliquant le télescope approuvées par la NASA, a commenté les principaux sujets qui seront étudiés par James Webb. « Il y a la partie de ce que j’étudie, qui sont les galaxies les plus lointaines, donc des objets qui se sont formés au tout début de l’Univers. L’accent est également mis sur les exoplanètes, c’est-à-dire les planètes en dehors du système solaire et la caractérisation des atmosphères pour voir soudainement si certaines d’entre elles pourraient habiter la vie telle que nous la connaissons aujourd’hui, ainsi qu’une étude plus détaillée des objets qui ont déjà été observé avec d’autres télescopes, mais celui-ci apportera une résolution sans précédent », précise le chercheur.

route venteuse

Mais il n’y a pas que l’animation qui accompagne le lancement du télescope. En effet, jusqu’à ce qu’il puisse être utilisé pour des recherches dans le monde entier, il doit parcourir 1,5 million de kilomètres pour atteindre le point de Lagrange L2, où les attractions gravitationnelles exercées par le Soleil et la Terre permettront au télescope de rester plus facilement en place.

Contrairement à Hubble, James Webb ne sera pas en orbite autour de la Terre, mais du Soleil. Son emplacement, au point de Lagrange L2, permettra au télescope de toujours rester aligné avec la Terre.

Une fois publié, James Webb passe par une série d’étapes qui garantiront qu’il arrivera à l’emplacement désigné vers la fin du premier mois depuis le lancement et deviendra pleinement opérationnel le sixième mois.

Il est possible de suivre le télescope en temps réel grâce à ce lien.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 4 : 45h. À Ribeirao Preto, l’édition régionale est diffusée de 12h à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...