Le Brésil

Qu’est-ce que la garantie pénale?

Luigi Ferrajoli, avocat et professeur italien, était en grande partie responsable de la création du théorie du garant qui prévoit le respect des garanties pénales et procédurales. Dans ce contenu, politisez! vous explique ce qu’est cette théorie, son origine et quels débats sur le thème.

L’origine de la théorie du garant

Au fil des siècles, le droit pénal et les règles incriminantes ont, en règle générale, été utilisés par ceux qui étaient au pouvoir pour satisfaire des intérêts unilatéraux. C’était seulement avec Mouvement des Lumières – ou le siècle des lumières, comme le 18e siècle est devenu connu – que cette pensée individualiste a changé.

Avec la défense de valeurs de l’humanisme et de la raison, les intellectuels du XVIIIe siècle placent l’être humain et la recherche de la connaissance scientifique comme les sources d’où doivent émaner tout le pouvoir et toutes les décisions de la société. De cette idée, alors, il n’y aurait plus de place pour les monarques avec des pouvoirs absolus et même pas pour la croyance religieuse comme source pour justifier les structures de pouvoir.

Et c’est à partir de ce moment que les sociétés modernes ont commencé à construire des principes et des lois pour limiter l’action de l’État, comme les Constitutions. Ainsi, à partir de ce mouvement de création de lois qui représentaient un peuple, ses volontés, droits et devoirs collectifs, la structuration du Système de garantie a gagné en force.

Luigi Ferrajoli, avocat et professeur italien, était en grande partie responsable de la création de la théorie. Au travail «Théorie de la garantie pénale» (1989), l’auteur, sur la base des héritages du mouvement des Lumières, a soulevé un débat large et durable sur l’importance de protéger les garanties des citoyens et a utilisé le champ pénal pour démontrer la tension entre libertés et pouvoir.

Et quelle est la théorie du garant en fait?

La garantie vient du verbe « garantir » et signifie assurer ou garder quelque chose. Dans le cas de la théorie, l’objet de cette protection est la droits humains, tels que: droit à la vie, à la liberté, à l’égalité, à la sécurité et à la propriété.

De cette manière, le garantisme peut être compris, selon la théorie de Ferrajoli, comme une chaîne juridique qui prône le respect maximal des droits fondamentaux et des garanties procéduralesafin de freiner l’arbitraire judiciaire et ainsi protéger les individus et les accusés.

En savoir plus sur les droits fondamentaux ici!

Ainsi, la théorie représente un instrument de protection des droits fondamentaux et contre les sanctions arbitraires, et qui vise, en même temps, minimiser la violence dans la société. Il faut comprendre ici que la violence considérée peut être: criminel, qui se manifeste par la pratique des crimes dans la société; le institutionnel, exercé dans des institutions qui fournissent des services publics, tels que les postes de police ou la magistrature; et celle de appareil répressif, lorsque des instruments sont créés pour contenir, détenir et punir des individus.

En général, la préoccupation de l’ensemble du cadre des garants est de contenir la violence, qu’elle soit de la part de particuliers ou produite par l’État lui-même.

Mais pourquoi une garantie pénale?

L’État a le monopole de l’usage légitime de la force. Selon ce précepte, il est devenu la figure qu’il peut légalement restreindre et, en cas d’excès, menacent la liberté des individus. Ainsi, la sphère criminelle étant principalement responsable de ces cas de violation des droits, la garantie a été consolidée en tant que garantie pénale.

À partir de ce moment, le garant pénal est devenu un champ important de garant attaché à la nécessité de minimiser la violence exercée par le pouvoir punitif de l’État à travers le garanties pénales et procédurales. Mais que sont réellement les garanties pénales et procédurales? Pourquoi sont-ils si importants? Nous expliquons ci-dessous.

Les hypothèses de garantie pénale

Tout d’abord, il faut comprendre que dans le domaine du droit il y a les exigences qui confèrent une validité aux processus judiciaires. Ces exigences sont des présupposés, c’est-à-dire des exigences légales qui permettent le développement procédural conformément aux préceptes juridiques requis.

Comme mentionné, la garantie pénale vise à garantir les droits des individus et à contrôler le pouvoir de punition de l’État. Pour cette raison, il a également des hypothèses essentielles: les garanties pénales et procédurales.

À garanties pénales ce sont des principes du droit pénal lui-même qui affectent la configuration juridique des crimes et tendent à réduire la sphère d’action du pouvoir législatif dans ce qu’il peut sanctionner comme un crime et imposer une certaine peine. Certains d’entre eux sont:

  • taxativité: cela signifie qu’il ne suffit pas d’avoir une loi qui définit la conduite comme un crime, une telle norme incriminante doit être claire et compréhensible, permettant aux individus d’avoir une réelle conscience de la conduite punissable;
  • matérialité: cela signifie que pour établir l’existence d’un crime, il doit y avoir des éléments physiques qui prouvent l’action ou l’inaction de l’individu et attestent de la blessure;
  • légalité: cela signifie qu’il n’y a pas de crime sans une loi préalable qui l’établit;
  • Principe du rapport ultima: cela signifie que le droit pénal ne devrait agir que lorsque les autres moyens de résolution des conflits échouent.

À garanties procédurales ils affectent la preuve judiciaire du fait punissable (crime) et visent à réduire autant que possible le pouvoir discrétionnaire de ceux qui devraient exercer la fonction de punition. Voyez quelques-uns d’entre eux:

  • Présomption d’innocence: cela signifie que personne ne sera déclaré coupable tant qu’une condamnation pénale n’aura pas été prononcée;
  • contradictoire: cela signifie que tout accusé aura le droit de répondre contre l’accusation qui a été portée contre lui, en utilisant, à cet effet, tous les moyens de défense admis;
  • parité des armes: cela signifie que l’égalité des chances doit être garantie aux deux parties dans un processus;
  • dans dubio pro reo: cela signifie qu’en cas d’incertitude quant à la matérialité ou à la paternité d’un crime, il y a le bénéfice du doute pour le défendeur entraînant son acquittement;
  • charge de la preuve: cela signifie que la personne responsable d’une déclaration particulière est également celle qui doit fournir les preuves nécessaires pour l’étayer;
  • publicité: cela signifie que la procédure est publique et que la loi ne peut restreindre la publicité des actes de procédure que lorsque la défense de la vie privée ou de l’intérêt social l’exige;
  • juge naturel: cela signifie que nul ne sera condamné sauf par une autorité compétente, représentant la garantie d’un organe de jugement technique et exempté, dont la compétence est établie dans la Constitution elle-même et dans les lois d’organisation judiciaire de chaque Etat;
  • procédure légale régulière: cela signifie que chacun a droit à un processus avec toutes les étapes prévues par la loi et toutes les garanties constitutionnelles;

Il convient de noter que, comme l’explique Ferrajoli dans ses œuvres, ces hypothèses prescrivent ce doit se produire, c’est-à-dire qu’ils énoncent le conditions qu’un système pénal doit satisfaire. Ainsi, ils servent de recette à suivre par l’État pour qu’il devienne un État qui valorise les garanties fondamentales des individus.

Relation entre le garantisme et l’État de droit démocratique

L’Etat de droit démocratique est une forme d’État dans laquelle la souveraineté populaire est fondamentale. De même, la séparation des pouvoirs de l’État (législatif, exécutif et judiciaire) et le respect des droits de l’homme sont également extrêmement importants pour l’organisation de cet État. Après tout, l’État démocratique de droit est celui qui garantit, à partir d’un État démocratiquement gouverné et attentif à la loi, une une vie digne pour tous les citoyens.

La garantie, quant à elle, est étroitement liée à l’état de droit démocratique. La théorie considère que les Constitutions existant dans ce modèle assurer droits fondamentaux et créer des instruments qui restreignent le pouvoir de l’État et freinent l’arbitraire. Cela se voit, par exemple, dans le principe d’interdiction des excès – l’une des bases du système de garantie idéalisé par Ferrajoli – qui prévoit que l’action de l’État doit être limitée, adéquate, nécessaire, proportionnée et, dans les paramètres du système démocratique État de droit, lutter pour le respect de la dignité de la personne humaine.

Venez en comprendre davantage sur l’importance des droits de l’homme pour la société ici!

Garantie au Brésil

Au Brésil, le mouvement des garants s’est renforcé principalement au milieu des années 80 et a abouti à la création de la Constitution fédérale de 1988, également connue sous le nom de Constitution citoyenne.

Les nouveaux cadres théoriques sociaux, politiques et juridiques de l’époque montraient que les dispositions juridiques et les interprétations jurisprudentielles qui pouvaient être appliquées ne pouvaient pas être appliquées. incompatible avec les garanties fondamentales prévues dans une constitution démocratique. En conséquence, les compréhensions doctrinales liées à la nécessité d’appliquer les doctrine de la garantie au Brésil.

Depuis son importation au Brésil, la théorie du garantisme pénal de Luigi Ferrajoli a eu de larges répercussions dans le système de justice pénale et dans les universités: il y a d’innombrables débats sur l’extension du terme garant et l’adéquation de cette théorie d’origine italienne à la réalité brésilienne.

Une grande partie des débats sur la garantie a embrassé la discussion sur la système pénitentiaire et fonction de la punition au Brésil. De ce point de vue, il était entendu que la peine devait avoir pour fonction de récupérer l’individu fautif et de permettre son retour et sa réinsertion dans la société. Cependant, d’un autre côté, les idées de Ferrajoli ont également été interprétées par certains groupes de manière péjorative. Ainsi, il est aussi souvent assimilé comme un théorie favorable à l’impunité.

Enfin, comme déjà mentionné, il ne faut pas oublier que la garantie pénale est un idée idéale, c’est-à-dire qu’il ne repose sur aucun système juridique préexistant. Ferrajoli lui-même comprend la garantie comme un modèle idéal qui ne peut jamais être pleinement réalisé.

Avez-vous aimé le contenu? Laissez votre avis dans les commentaires!

RÉFÉRENCES

Garantie pénale: Ferrajoli par Ferrajoli, mettant les gouttes sur le

MPU: Garantie

Jus Brasil: les axiomes de la garantie pénale


Vous pourriez également aimer...